L’épandage de pesticides obligatoire crée la polémique

Rédigé par Nolwen, le 23 Feb 2014, à 11 h 56 min

C’est une histoire édifiante ! Celle d’un préfet qui décide que les viticulteurs doivent épandre un pesticide pour une hypothétique épidémie de cicadelle, celle d’un viticulteur bio qui refuse de le faire et celle d’un tribunal correctionnel qui doit juger celui-ci pour complaire à celui-là. Une affaire édifiante qui risque d’instaurer un fâcheux précédent.

Épandage obligatoire … même sur les cultures bio

fleche-suiteEmmanuel Giboulot, viticulteur qui va comparaître le 24 février  devant le tribunal correctionnel de Dijon (il risque jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 30 000 € d’amende) est à l’origine d’une pétition visant à le soutenir qui tourne un peu partout. Un collectif de soutien d’une vingtaine d’organismes a été créé fin janvier pour mobiliser la toile. Ce viticulteur a refusé de traiter ses vignes dans le cadre de la lutte obligatoire contre la flavescence dorée. Des fonctionnaires qui l’ont contrôlé l’ont donc assigné en justice.

Connaître les vins bios

  • Les vignes d’Emmanuel Giboulot ne sont pas traités avec des pesticides comme exigé par l’arrêté préfectoral visant à lutter contre la flavescence dorée.

Emmanuel Giboulot explique sa position : “Je ne suis pas un frondeur mais un lanceur d’alerte. Je souhaite assumer mes actes en conscience. Je n’ai jamais dit qu’il ne fallait rien faire concernant la flavescence dorée. Mais il faut raison garder. On ne va pas sortir la bombe nucléaire parce qu’on a trouvé trois cicadelles dans le vignoble“.

bonhomme-croissance21Selon la préfecture de Bourgogne, “une seule parcelle de 0,20 hectare a été fortement touchée” par la flavescence dorée en 2013 et a du être arrachée. En 2012, la flavescence dorée a ravagé 11,3 hectares de vignes.

 L’enjeu ? La destruction de la faune auxiliaire engendrée par le traitement insecticide imposé par le préfet.

epandage-aerien-pesticides-2

Les épandages de pesticides sont bien interdits depuis 2009. Mais ils se poursuivent grâce à des dérogations préfectorales, notamment dans les Antilles, en Aquitaine et en Champagne. 800 opérations d’épandage aérien en France en 2012 (2).

point-exclamatiionRappelons qu’en octobre 2013, une enquête de Que Choisir révèle des taux de pesticides dans les vins jusqu’à 3 500 fois supérieurs à la norme de potabilité de l’eau : Vin bio et pesticides : sommes-nous protégés ?

E. Giboulot explique qu’il a toujours lutté contre les maladies des vignes, notamment la cicadelle, par une culture en biodynamie. Il refuse “catégoriquement l’épandage préventif de pesticides (…) très dangereux pour l’environnement et dont l’efficacité n’est pas avérée“. Il réclame un changement de la réglementation actuelle car elle est, selon lui  contradictoire avec l’engagement de la France à réduire sa consommation de pesticides de 50 % en 2018 ».

La cicadelle, fléau des vignobles

Différentes cicadelles sont nuisibles à la viticulture. Trois sont particulièrement néfastes : la cicadelle de la flavescence dorée, la cicadelle des grillures et la cicadelle pruineuse.

etoileLes représentants officiels des viticulteurs ont pris la parole pour démentir certaines affirmation du viticulteur poursuivi par la justice. En l’occurrence, le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB), la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne (CAVB) et le Service d’éco-développement agrobiologique et rural de Bourgogne (Sedarb) ont donné une conférence de presse, très remontée !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

53 commentaires Donnez votre avis
  1. IL FAUT LE MUTER EN CORSE CE PRÉFET…

  2. je n’ai plus envie de boire autre chose que du vin bio mais ce sera , hélas , les autres pays qui en produiront….pauvre France

  3. Vive POUTINE ! vive l’UKRAINE russophone qui refuse que l’on viennent se meler de leur affaires !!

  4. Les paradoxes multiples de la société finiront, il le faut, par éclater aux yeux de TOUS. Merci à tout ceux qui s’intéresse à la vérité, pour le bien de l’humanité. C’est quand même indescriptible de voir ça !! J’en perd complètement mes mots.

    Le plus beau, c’est que la majorité du peuple ne se rend même pas compte que la seule valeur actuelle est l’argent. On s’en fout de la santé, on s’en fout de la planète, on s’en fout royalement. Alors condamner quelqu’un pour non empoisonnement, quoi de plus normal ? Bientôt il faudra se faire vacciner par des vaccins qui provoquent de graves maladies pour se protéger d’autres graves maladies que l’on aura tout autant inventé. Ah, non, c’est déjà fait ! Pardon mais ce monde me fait peur.

  5. Le lobby des pesticides est une honte, tout comme notre gouvernement qui n’a pas de courage. C’est un crime de nous empoisonner, et notre union les fera tomber !

  6. On ma toujours dit de mettre de l’eau dans son vin.
    MAIS mettre des pesticides ! OHOOOO !!

  7. je soutiens Emmanuel pour son refus d’empoisonner ces vignes donc les gens,il y a d’autres moyens naturels comme il le fait pour protéger les vignes de ces insectes destruteurs.j’aimerai savoir combien touche le préfet pour avoir obligé les viticulteurs a usé de pesticides, car nous le savons tous bien, que leurs avaontages sont énoorrrrmes les laboratoires qui les fabriquent sont très généreux envers toutes les personnes qui ordonnent l’utilisation de toutes ces merdes qui nous tuent.Alors mon de Dieu ne soyez pas des cons de moutons, réagissez prenez votre vie en main.Soyez citoyens de la planète ne la tuez pas. NE SOYEZ PAS DES ASSASINS POUR NOS GENERATIONS FUTURS ET POUR NOUS MÊMES; DE GRÂCE M’ENRICHISSEZ PASCES PORRIS QUI NE PENSENT QU’A LEUR POMME ET A CE DE LEURS ACTIONNAIRES; SOUTENEZ LES PERSONNES CENSEES QUI OSENT BRAVER CETTE LOI PREFECTORALE POUR LE BIEN DE TOUS;

  8. le pire c’est que la réaction de toutes les organisations professionnelles du vin jettent un discrédit sur la bourgogne, et scient la branche sur laquelle ils sont assis, ils proclament clairement qu’il ne faut pas laisser la liberté de choix aux viticulteurs… on croit rêver…çà rappelle les épisodes sur les vaccins!!

    sinon on peut regretter que consoglobe n’ait pas relayer plus tôt, sauf si je me trompe, l”appel à pétition pour soutenir ce viticulteur bio.

  9. “Si l’eau contenait les poisons que l’on trouve dans le vin, elle serait interdite à la consommation”
    Et on continue de faire l’apanage du vin ! Quelle hypocrisie !

  10. Moi aussi j’ ai signé pour ce viticulteur et pour une action via avaarz,c’est ok

  11. C’est une Honte!Utiliser encore des pesticides est criminel!On en a marre de mal boire et manger!!!sous prétexte des accords avec les ” Empoisonneurs du Monde”(qui n’auraient jamais dû être signés!!!)Quand cela cessera-t-il?

  12. Je connais trop peu le sujet pour me prononcer. Cela dit, je suis a priori pour les méthodes alternatives et surtout la biodynamie qui nous procure d’ailleurs les vins les plus exquis (même si de grands noms refusent de s’en vanter!)
    Il serait peut-être opportun de lancer une pétition sur Avazzz?

  13. Si je comprends bien cette bébête représente un fléau d’une telle dangerosité pour la vigne qu’il faille “obligatoirement” répandre une saloperie dangereuse pour tout le reste…tout le reste.
    En refusant d’utiliser cette chimie exterminatrice cette famille de viticulteurs, génération après génération, refusant de le faire depuis des lustres, présente de facto une certaine tendance suicidaire à en croire Mr le Préfet et consort. Je remarque qu’apparemment, leur exploitation a la vie dure. A moins qu’ils aient de la chance….que la coquine cicadelle soit dans la combine….ou qu’ils n’aient tout compte fait pas tord.
    Je pense que ce viticulteur est dans le vrai. Exterminer une multitude de “bébêtes” utiles pour en éliminer (réduire la population) UNE autre “gênante” me semble aberrant. D’autres solutions sont efficaces. Je ne dis pas rentables, pour beaucoup, là est le problème majeur de l’affaire.

    J’ai signé la pétition et je soutiens cet agriculteur “raisonné” et raisonnable.
    Je salue ici son courage.

    • Entièrement d’accord avec vous M Carol… Mais vous avez mis le doigt sur un enjeu qui lui est autrement crucial…. celui de la rentabilité…. mais pas de nos viticulteurs, mais bien des chimistes fabricant les pesticides insecticides et autres truc-icides… Ils voient d’un mauvais oeil que l’on diminuent leurs dividendes avec de tels comportements… la santé, de la vigne comme celle des êtres vivants qui l’entourent, de l’abeille aux viticulteurs et aux consommateurs….
      Nous vivons dans un monde qui marche sur la tête et se tue à petit(?) feu dans sa vision ultra court termiste et ultralibéraliste!
      Moi aussi j’ai signé la pétition et diffusé autour de moi!

  14. Je suis un apiculteur;les insecticides sont une catastrophe pour les abeilles.
    les apiculteurs de la régions devraient porter plainte contre ce préfet.

  15. Je vais jouer les avocats du diable mais sans ça pas de débat.
    Pour être clair je ne trouve pas normal que ça aille aussi loin (notamment peine de prison) cependant une lutte commune contre les ravageurs est tout simplement indispensable dans la conjoncture actuelle.
    Je ne connais pas bien le cas de la viticulture mais le même problème existe pour la nuciculture (culture des noix) qui subit les assauts de la mouche du brou (insecte invasif), dès que la mouche est détectée le préfet est averti et décide alors de lancer un plan de traitement obligatoire concernant les agriculture et les particuliers afin d’éliminer tout risque.
    Sans cela les traitements ne servent à rien !
    Par ailleurs le choix des produits est laissé aux agriculteurs parmi une liste qui comporte des pesticides conventionnels et aussi des pesticides “bio” “naturel” et aussi bien toxique notamment pour les abeilles.

    Il suffit qu’un champs ne soit pas traité en même temps que les autres pour que la mouche prolifèrent et anéantissent une années de récolte.
    Alors oui les pesticides c’est mal, oui il faut en diminuer l’usage mais il ne faut pas non plus oublier que perdre un an de salaire c’est pas bien agréable.

    Et si le préfet ne prend pas la décision et que par malheur la mouche ou la cicadelle ravage la récolte, il échoue dans sa mission et se retrouve responsable du suicide de plusieurs agriculteurs …

    Tout ça pour dire que le problème est bien plus complexe qu’il n’y parait et qu’il ne faudrait pas oublier la moiter des acteurs en route sous prétexte que les pesticide c’est mal.

    • Même si j’ai signé les pétitions et soutiens, je considère que votre analyse (comme celle de Laurent, plus bas) est néanmoins très pertinente ! Car, effectivement, cette cicadelle est une vraie peste et se propage rapidement. Mais, selon la préfecture de Bourgogne, “une seule parcelle de 0,20 hectare a été fortement touchée” par la flavescence dorée en 2013 et devait être arrachée. Et cet homme exerce correctement son métier depuis 30 ans !!! Donc, les sanctions encourues me semblaient disproportionnées ! Le parquet a finalement requis une amende de 1000 € pour moitié avec sursis…
      Malgré tous les “plans” lancés pour en réduire l’usage, la France reste le premier consommateur de pesticides en Europe ! C’est symptomatique en France : soit on ne fait rien, ou on laisse faire… jusqu’à ce qu’une catastrophe se produise (sic inondations), soit on prend des mesures outrancières (sic vaccins H1N1 ou épandages massifs). Dans les 2 cas c’est dramatique ! Le bon dosage ? La sagesse (et les conseils) héritée de nos ancêtres, assaisonnée d’un zeste de bon sens et de modération ?

    • Mais non de non, renseignez-vous et avez-vous bien lu l’article ?!
      Il y a des produits sans menace pour l’environnement et qui éradiquent cette mouche, qui l’empêche de proliférer au lieu d’épandre des produits chimiques de toutes sortes qui entrent ensuite dans le raisin et que l’on mange ou boit…
      Il faut arrêter de vouloir absolument payer les actionnaires empoisonneurs qui n’ont rien à faire de ce vin empoisonné et du peuple qui l’achètera. Eux ils boivent du bio, c’est comme à la cantine de “MONSANTO”, ils empoisonnent le monde entier avec leurs OGM, pesticides et engrais, mais les employés mangent bio à la cantine.
      Posez-vous les bonnes questions, sinon, cette planète n’a plus longtemps a exister!!!

  16. LA FRANCE pays de liberté ?
    Nous n’aurons bientôt plus le choix dans n’importe quel domaine que ce soit
    On nous tue à petit feu. J’ai vu en Alsace, un viticulteur qui passait du produit dans sa vigne : il ressemblait à un scaphandrier : si ce n’est pas dangereux, pourquoi se protégeait-il ?
    Un céréalier m’a dit : “nous savons que nous devrions nous protéger mais nous avons “peur de faire peur” aux gens”
    Il y a des garanties nous dit-on : ah oui ! et les laboratoires Servier ? N’y avait-il pas eu tous les feux verts possibles ?
    De grâce, arrêtez de nous empoisonner au nom de l’argent. Le profit rien que le profit, vous ne pensez qu’à ça, vous, les empoisonneurs

Moi aussi je donne mon avis