Créer sa propre forêt-jardin : abondance, biodiversité et plaisir

Forêt-jardin ou jardin-forêt, forêt nourricière, agro-forêt… Quel que soit le terme utilisé, renouons avec l’une des plus anciennes pratiques agricoles pour de meilleurs rendements, une grande variété de cultures et un vrai plaisir personnel.

Rédigé par Paul Boucher, le 8 Apr 2017, à 7 h 25 min

Une forêt-jardin est un jardin créé selon le modèle de la forêt naturelle. Dans de nombreux pays asiatiques (Sri Lanka, Malaisie, Indonésie, Inde, Népal), le forêt-jardin est utilisé depuis toujours. Les hommes vivant dans ou près des zones boisées ont en effet de tout temps aménagé leur environnement, en protégeant et en améliorant les espèces utiles, et en éliminant les espèces indésirables. Aujourd’hui encore, les jardins-forêts sont présents en zone tropicale, en Inde du Sud, au Népal, en Afrique.

Qu’est-ce qu’une forêt-jardin ?

Dans une étude menée en 1992 pour le compte de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Douglas McConnell examinait les avantages du système de forêt-jardin comparé à l’agriculture intensive(1). Il concluait, après avoir étudié une dizaine de forêt-jardins au Sri Lanka, que ce système est beaucoup moins cher à mettre en place, à développer et à faire fonctionner à long terme. Il s’inscrit dans les pratiques et connaissances des paysans locaux, et ne demande donc pas de coûteux programmes de formation. Il génère des ressources et procure un maximum de bénéfices pour la famille, tout en préservant l’environnement.

Robert Hart : pionnier des forêt-jardins en Europe

Suivant les principes de Robert Hart, qui a commencé à cultiver un jardin-forêt à partir d’un verger de 5.000 m2 sur sa ferme à Wenlock Edge dans le Shropshire dans les années 1960, il comporte différents étages de végétation, tels des grands arbres (fruitiers ou à coques), des arbustes ou arbrisseaux (petits fruitiers), des buissons (à baies ou aromatiques) et des plantes herbacées (légumes vivaces, plantes aromatiques, médicinales et utiles).

Le système de Hart comprend en fait sept strates :

  1. La couche canopée, constituée par les arbres fruitiers d’origine ;
  2. La strate arborée basse : noix et arbres fruitiers sur porte-greffe nain ;
  3. La strate arbustive : des arbustes fruitiers tels que le cassis et autres baies ;
  4. La couche herbacée de légumes et d’herbes vivaces ;
  5. La couche couvre-sol de plantes comestibles qui se propagent horizontalement ;
  6. La rhizosphère ou dimension souterraine des plantes cultivées pour leurs racines et tubercules ;
  7. La couche verticale de vignes et autres plantes grimpantes.

forêt-jardin

Bill Mollison, inventeur de la permaculture, intégrait ainsi ensuite le système des sept couches du forêt-jardin dans sa théorie du design, après avoir rendu visite à Hart en octobre 1990.

Le but est d’obtenir, non seulement une production alimentaire pérenne, mais aussi des plantes médicinales, des matériaux de construction, du bois de chauffage, du miel, des champignons, du fourrage, tout en encourageant la bio-diversité, puisqu’un forêt-jardin fournit nourriture et protection à de multiples espèces d’insectes, de plantes et d’animaux. Par ailleurs, une fois arrivé à une certaine maturité, il nécessite peu de travail de la part de l’agriculteur.

Une foret-jardin en Belgique vieille de 35 ans

Gilbert et Josine Cardon ont commencé leur jardin-forêt à Mouscron en Belgique en 1970. Au chômage, ils voulaient surtout subvenir à leurs besoins alimentaires. Mais petit à petit, ils se sont aperçus que ce type de jardin peut constituer une véritable ressource pour des personnes ayant peu de terre, peu de moyens financiers et un minimum de connaissances agronomes.

Aujourd’hui, leur jardin de 1.800 m² est une véritable jungle d’arbres fruitiers, de lianes comestibles et de plantes potagères et aromatiques, qui se ressèment toutes seules, dans une fantastique variété et une abondance qui dépasse l’imagination.

Quelques chiffres : 312 variétés de pommiers (395 arbres) ; 16 variétés de poiriers (242 arbres) ; 69 variétés de pruniers (81 arbres) ; 59 variétés de cerisiers pour 68 arbres ; 82 variétés de vignes différentes (127 plantes) ; 16 variétés d’actinidia pour 35 lianes ; 35 variétés de figuiers (41 arbres) ; 50 variétés de framboisiers ; 70 autres ronces fruitières de 31 variétés différentes ; 98 groseilliers de 26 variétés ; 82 agrumes.(3)

Lire page suivante : faire sa propre forêt-jardin

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Professeur d’université à la retraite, Paul aime observer le monde moderne et ses évolutions. Il s’intéresse tout particulièrement à l’économie...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis