Coquille Saint-Jacques, invitez-la pour les fêtes !

A l’approche des fêtes de fin d’année, mettons à l’honneur un coquillage qui sera peut-être de la partie dans vos menus de réveillon : la coquille Saint-Jacques, la vraie. Pecten Maximus vient étoffer le guide poisson dans la catégorie « feu orange », à consommer avec une certaine modération.

Rédigé par Annabelle, le 10 Dec 2012, à 18 h 10 min

Coquilles Saint-Jacques : ne vous faites pas piéger !

Depuis que l’OMC a autorisé l’appellation « Saint-Jacques » en 1996 pour tous les Pectinidés, c’est-à-dire des pétoncles, on retrouve dans le commerce beaucoup de préparations culinaires soit disant à base de coquilles Saint-Jacques mais qui n’en ont que la lointaine apparence.

Coquille Saint-Jacques Pour les reconnaître : chez le poissonnier, pas de confusion, elles sont entières et vivantes. Elles peuvent parfois être décortiquées. C’est à ce moment là qu’on les appelle noix.

Vous trouverez sur les étals des produits arborant le Label Rouge. Il est apposé sur les coquilles venant de Normandie depuis 2002 : la coquille Normandie Fraîcheur Mer. Les noix bénéficient du Label Rouge depuis 2009.

Là où il faut être vigilant, c’est au rayon surgelés ! Un conseil : lisez bien (comme d’habitude) l’étiquette. Le nom latin Pecten Maximus doit figurer, c’est la seule vraie coquille Saint-Jacques. Dans les plats préparés, on retrouve souvent sous l’appellation coquille Saint-Jacques des pétoncles venus du Chili par exemple, Argopecten purpuratus, de Chine comme Clamys farreri ou de plus près en Europe, Chlamys varia et Chlamys opercularis.

*

Mangez des Saint-Jacques !

Assurez-vous de la fraîcheur de la Saint-Jacques en tapotant sur sa coquille qui doit se refermer. Décortiquée, la noix de Saint-Jacques doit présenter une couleur nacrée et paraître bien ferme.
Vous pourrez la conserver maximum 3 jours entière dans le bac à légumes de votre réfrigérateur, ou en noix entre 0 et 5°C. Elle se congèle également décortiquée mais il ne faut pas la garder plus de 3 mois.

Photo : l’atelier des chefs

Peu calorique, la chair de la Saint-Jacques est délicate et contient d’excellentes protéines pour très peu de lipides et très peu de glucides. Le corail a un goût plus prononcé. Certaines personnes ne l’apprécient pas tel quel. Il peut alors être utilisé pour préparer une sauce qui accompagnera à merveille les poissons !

Les acides gras contenus dans la Saint-Jacques sont principalement des acides gras poly-insaturés dont les fameux omega-3.
Elle contient des vitamines, principalement de la vitamine B12 qui participe à la synthèse des globules rouges et des protéines.

La Saint-Jacques renferme d’importantes concentrations en minéraux et oligo-éléments, et notamment :

  • le phosphore qui intervient dans les mécanismes de transport et de stockage de l’énergie ;
  • le potassium qui maintient l’équilibre acido-basique ;
  • le magnésium qui intervient dans le fonctionnement musculaire et nerveux
  • le calcium essentiel pour les os et les dents ;
  • le sélénium qui est antioxydant  ;
  • le zinc qui joue un rôle actif dans la synthèse des protéines
  • et l’iode qui participe à la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Valeurs nutritionnelles pour 100g :

  • Calories : 78 kcal > 75 à 80g d’eau
  • Proteines : 15,6 g
  • Glucides : 0 g
  • Lipides : 0,1g

Saint-Jacques et gastronomie

Les coquilles Saint-Jacques constituent un mets raffiné et délicat. Elles peuvent se cuisiner de différentes manières : crues en carpaccio, poêlées dans du beurre et accompagnées d’une fondue de poireaux ou cuites dans leur coquille après préparation, pour une cuisson à l’étouffée.

Comment ouvrir les coquilles Saint-Jacques ?

  • Utilisez un couteau pointu à lame souple
  • Tenez la coquille valve plate sur le dessus
  • Introduisez la lame dans l’interstice à l’arrière de la coquille
  • Écartez légèrement les deux valves en tournant la lame comme un tournevis
  • Faites glisser la lame du couteau au plus près de la valve plate pour détacher la noix sans la couper en deux ni en perdre
  • Enlevez délicatement la partie du manteau qui recouvre le corail, puis coupez à l’arrière du corail et le long de la noix
  • Glissez la lame du couteau sous la noix en raclant bien la coquille
  • Enlevez la poche noire, le reste du manteau et le petit boyau
  • Rincez sous un mince filet d’eau.

Sources : nfm.fr, ifremer, finemaree.com,

*

Je veux témoigner Coquille Saint-Jacques

 

Retrouvez tous les poissons à consommer un peu, beaucoup, ou pas du tout :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis