La consommation collaborative révolutionne les vacances

Rédigé par Jean-Marie, le 20 Dec 2012, à 16 h 40 min

Se loger pas cher, chez l’habitant

La manière classique de voyager est actuellement totalement bouleversée pour ceux qui veulent se faire globe-trotter dans l’esprit du tourisme responsable ou du « slow travel » pour employer les mots à la mode.

Avant de partir, je prends soin de louer mon propre logement avec homeexchangetrocmaison, homeforhome, ou bien sejourning  : je prends une photo de mon nid douillet, je le mets en ligne en fixant le prix et le calendrier. Le locataire me verse le loyer 100 % à l’avance et le site prend en charge l’assurance multirisque. Voilà je peux partir.

Témoignages de personnes pratiquant le co-hébergement

Sophie : « Je suis de nature sociable et j’aime bien avoir des contacts avec de nouvelles personnes d’horizons différentes. Pour l’instant je n’ai accueilli que 3 étudiants qui étaient en recherche d’un logement, mais ils étaient très courtois. C’est un bon moyen de rendre service et puis cela permet de mettre un peu de beurre dans les épinards »

.
Marion : « Je me suis inscrite sur ce site, car je suis de nature confiante, et pourquoi ne pas aider quelqu’un ! De plus cela fait peu de temps que j’habite la région nantaise, je connais peu de monde, et j’espère me faire des amis ».

Faire des rencontres avec les « greeters »

La solitude du touriste, c’est fini ! Rencontrer des nouvelles personnes partout où l’on va est maintenant possible.

  • Tout d’abord grâce au couchsurfing qui permet à bien des routards de faire halte chez des particuliers tout autour du monde, en allant de « canapé en canapé » d’où son nom. Le couchsurfing, c’est l’hôtel gratuit chez l’habitant mais avec un état d’esprit particulier ; celui d’une rencontre et non du commerce. Le couchsufring n’est pas une histoire d’argent, mais une histoire de personnes et d’accueil. Le couchsurfing est une chaîne d’hospitalité tout autour de la planète.
  • L’année prochaine, je pars en vélo et alors, le réseau qu’il me faut, ce sera WarmShowers. Les warmshowers, ce sont les cyclistes « collaboratifs, l’internationale de la pédale sur le même mode d’accueil et de partage. Warmshowers.org est le site de l’entraide cycliste à l’échelle internationale, un mouvement lancé aux États-Unis en 2007.

Les greeters ou l’accueil local mondialisé

greeters new yorkDans le même esprit, mais encore plus engagé dans la rencontre, il faut absolument découvrir les « greeters ». Les Greeters, littéralement « hôte » ou « comité d’accueil » en anglais est un concept new-yorkais qui s’étend peu à peu dans nos villes françaises. Le choix est large : dans chaque ville que je visite, je me laisse emmener par des « greeters« , ces habitants passionnés de leur ville qui font les guides bénévoles. Le principe est simple : découvrir une ville à travers le regard de ses habitants, ceux qui la vivent au quotidien, en connaissent les moindres recoins et pourront peut-être même vous en révéler les trésors caché(Voyager autrement avec les greeters).

La campagne en mode collaboratif, ça existe aussi !

Developpement durable articleEt oui pour cela, il y a le glamping, le camping écolo-chic. Et, plus rustique, plus authentique, je peux également passer quelques jours à la ferme en mode woofing, pour apprendre la moisson et la traite des vaches.

Le WWOOFing, sur wwoof.fr, c’est en effet l’occasion de découvrir l’agriculture biologique, des acances bio et économiques sur les 4 continents en séjournant dans une ferme et en partageant le quotidien de ses propriétaires ! J’ai également découvert GuestToGuest, une nouvelle communauté permettant à ses membres de se loger gratuitement pour les vacances. Comment ? En s’invitant les uns les autres tout simplement !

Le troc de maison sur internet progresse

Comme l’explique son fondateur, Emmanuel Arnaud « L’échange de maison est un très bon concept, inscrit dans la tendance de la consommation collaborative, mais il a ses limites. Par exemple, les services de ce type sont payants, ils nécessitent un abonnement annuel coûtant entre 50 et 100€.

Selon le site trocmaison début 2014, déjà 6 % des Français ont déjà essayé le troc de maison.

Chez GuestToGuest, le simple échange de maison est gratuit. Ce qui est payant, ce sont les services

Photo : mister-eco.fr

Avant tout, des expériences humaines, même sans bouger

greeters tourisme collaboratifSi vous êtes motivé par l’envie de rencontrer des locaux lorsque vous voyager à l’étranger, si vous voulez découvrir un pays ou une situation au travers des yeux de ses habitants, essayez sowetrip.com, un autre site libre et gratuit qui permet à tout un chacun  de pratiquer l’échange d’hospitalité. Ce site propose, pour ceux qui n’ont pas le temps de voyager, de rencontrer « ses voisins » et de « créer des connexions dans la vie réelle« .

Un business privé en pleine croissance

Plus intéressés que les Greeters qui accueillent leurs hôtes le plus souvent tout à fait gracieusement, les particuliers qui, comme moi, louent leur domicile à la journée.

Car la consommation collaborative, c’est un univers aux contours assez flou dans lequel certains s’engouffrent pour faire de l’argent. Les grands sites américains sont les premiers à participer la marchandisation de la consommation collaborative.
Les sites allemands 9flats et Wimdu ou le site américain Airbnb permettent aux particuliers de proposer leur domicile en location pour arrondir leur fin de mois. De bonnes affaires sont possibles. Ainsi, Paul qui a loué un bel appartementpour 4 personnes, dans le centre de Bordeaux pour 340 € la semaine.

Pour l’instant le phénomène reste relativement marginal mais l’hébergement chez l’habitant plutôt qu’en hôtellerie semble séduire les investisseurs  : 9flats a levé 10 millions de dollars, Wimdu, 90 millions et Airbnb, 112 millions. Le potentiel semble énorme car en Europe le marché de l’hôtellerie représente 183 milliards d’euros, mais on ne sait pas si les Italiens, Français ou Allemands loueront facilement

Pour les amateurs de sensations fortes ?
covoiturage en vacanceswidiwici est un site de partage entre personnes  qui ont envie de bouger, de pratiquer toutes sortes d’activités, plutôt que d’en parler ! widiwici est une communauté ouverte pour tous ceux qui ont envie de découvrir et de faire découvrir un sport (il y en a 500 référencés), un événement, un spot,etc Dans toutes ces formules de consommation collaborative dédié au tourisme, il y a un point commun : la rencontre avec d’autres personnes pour passer des vacances intenses en expériences humaines. On est loin de la bronzette anonyme dans un club tunisien, mais c’est justement ce que je cherche, un peu de « vécu », des choses à raconter à mon retour.

Les co-vacances pour ceux qui veulent rester en communauté

Si vous voulez passer du temps avec des gens et pas seulement passer d’une rencontre à une autre, avec le danger d’un contact superficiel, vous pouvez essayer les co-vacances.

Des vacances partagées, pour faire des économies

L’avantage évident des covacances réside dans les économies à réaliser. Transport, logement, nourriture et parfois activités : le pot commun reste une formule très économique. Les voyageurs en solo connaissent bien le problème : il y a toujours  le supplément « personne seule » à régler.

Les covacances permettent de diviser au moins par deux les budgets transport et logement, ce qui est loin d’être négligeable !  Également, les covacances peuvent être un moyen de diminuer les coûts d’un voyage onéreux parce qu’on a décidé de voyager loin ou parce que l’on souhaite profiter d’un certain confort. J’ai identifié deux formules :

1 – Des vacances partagées, via levoyagiste Marmara qui propose une formule dédiée aux covacanciers en mettant en ligne son site covacanciers.marmara.com.

site covacanciers marmaraLe principe : la personne s’inscrit gratuitement sur le site, elle se met en contact avec un covacancier pour partager une chambre ou elle passe une annonce précisant sa recherche. Les covacanciers réservent alors leur chambre pour le séjour et évitent ainsi de payer le supplément pour une chambre individuelle.

2 – Si vous n’êtes pas fan d’agences de voyages et préférez voyager par vos propres moyens, des sites spécialisés répondront à vos besoins. colocationsdevacances.com par exemple répertorie des petites annonces et permettent de :

  • trouver avec qui partir
  • trouver où partir
  • trouver une location avec votre groupe de colocataires déjà formé ou que vous pouvez initier.

Bien entendu, en rentrant de vacances, je vais partager mes plus belles photos avec sur le site de partages de photos flickr, et sur ma page facebook. Car il faut bien avouer que les personnes attirées par les vacances collaboratives sont aussi de gros utilisateurs de réseaux sociaux. Comme c’est étonnant !

*

Je veux témoigner

A suivre : 7 ème étape, Agir – Changer le monde … avec les autres

 

Retour au sommaire du Dossier Consommation collaborative

(1) Concrètement, la plateforme Darjeelin met en relation chaque voyageur qui recherche un billet d’avion en fonction de critères personnalisés, avec quatre experts mis en concurrence pour trouver le meilleur billet. Pendant 3 jours, le voyageur reçoit des offres et peut sélectionner celle qui lui convient le mieux. L’expert qui l’a proposée est automatiquement rémunéré pour son travail de recherche. Lancer une recherche coûte 20 € à l’utilisateur ; l’expert qui gagne reçoit 15€ de rémunération, les 5 € restant allant à Darjeelin.

Sur le thème du tourisme collaboratif :


Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. Article très intéressant. Si vous souhaitez connaitre toutes les solutions de consommation collaborative autour de chez vous postées sur internet je vous conseille le nouveau moteur de recherche Alterre.org

  2. Article très intéressant mais qui comporte des erreurs: les sites HomeExchange.com et Trocmaison.com ne sont pas des sites de location entre particuliers, mais, comme leur nom l’indique, des sites d’échange de logement. Il faut s’acquitter d’un abonnement annuel qui permet de troquer sa maison autant de fois qu’on le souhaite sans frais supplémentaire. Echanger n’est pas louer!

  3. Bonjour,

    Il y a aussi Airvy (airvy-locationdecampingcar.com) pour la location de camping-car.

    Cordialement
    Camille Helleboid

  4. Face à la crise économique, au développement de l’isolement des personnes en ville ou à la campagne, aux alertes sur le devenir de notre planète, de nombreuses initiatives individuelles ou collectives existent au sein d’une tendance que l’on nomme de plus en plus souvent « économie solidaire » ou « économie collaborative ».

    Le phénomène se développe de plus en plus rapidement sous différentes formes, gratuites, associatives et même commerciales, preuve que le nombre de personnes concernées et impliquées est toujours plus important, justifiant parfois de gros investissements liés à la création d’entreprises ou de sites web aux ambitions commerciales affirmées.

    Pour vous aider à vous y retrouver dans cette jungle des propositions d’entraide et des propositions commerciales nous tenterons au fil du temps de recenser les différents sites web qui éxistent déjà ou qui verront le jour. Nous comptons sur votre aide pour nous signaler les sites qui ne manqueront pas de passer à travers les mailles de notre filet….

  5. La consommation collaborative révolutionne tout ! Si nous avons des outils, pourquoi ne pas en faire profiter notre voisin qui n’en a pas ? Lorsqu’on n’utilise pas sa voiture, pourquoi ne pas la louer ou la prêter en échange d’un autre service ? Plutôt qu' »acheter, consommer et jeter », « achetons, consommons, échangeons » ! Essayez l’échange de service 😉

  6. Adepte de la consommation collaborative, j’ai souvent utilisé la formule dormir chez l’habitant durant mes déplacements à Paris.En effet etre loin de chez soi et de pouvoir retrouver un cadre familiale est vraiment tres appréciable.En Guadeloupe ou je reviens d’un séjour,jai aussi pu partager un repas dans une famille en utilisant un site de réservation en ligne de repas chez l’habitant et la aussi ces concepts de consommation collaborative permet de mieux connaitre une culture, de rencontrer et d’échanger.

  7. dommage que l’envoi à un ami ne fonctionne pas (le code à recopier s’efface et ne permet pas l’envoi du message)

  8. L’article est complet et présente bien les multiples formules qui sont désormais à notre portée pour partir en vacances tout en rencontrant de nouvelles personnes et en réalisant des économies.
    J’ai déjà essayé plusieurs de ces formules mais je vois déjà de nouvelles expériences à réaliser (notamment rejoindre les warmshowers si mon projet de vacances à vélo se concrétise!).

  9. Très très intéressant, merci de cette revue des « nouvelles » vacances – ça me donne envie d’essayer

Moi aussi je donne mon avis