L’écovolontariat : soyez bénévole pour la planète !

Amoureux de la nature et des voyages ? Sachez que l’éco-volontariat séduit de plus en plus de passionnés de l’environnement. Actuellement, de nombreuses associations telles que Greenpeace font appel aux écovolontaires. Prêt à relever le défi ?

L’écovolontariat pour l’amour de la planète

En France ou à l’autre bout du monde, l’écovolontariat vous permet de découvrir des lieux inaccessibles aux touristes en participant aux projets de conservation afin de soutenir des organisations locales de protection de la nature.

Qui n’a jamais rêvé de s’occuper d’éléphants menacés en Asie, de soutenir les chercheurs et les protecteurs de l’environnement dans leur travail de préservation de la biodiversité ? L’écovolontariat c’est :

  • protéger la nature sur le terrain,
  • apprendre à respecter la planète au quotidien,
  • découvrir la nature avec un guide.

écovolontariat

Très développé dans les pays anglo-saxons, l’écovolontariat c’est aussi l’occasion de se ressourcer au contact de la nature, de vivre une expérience unique et de se former à des techniques écologiques.

>>>Les organisations, de leur côté, apprécient de transmettre un savoir, de bénéficier d’effectifs supplémentaires et de soutien financier.

 

Comment devenir écovolontaire ?

Pas besoin de compétences scientifiques en biologie ou écologie pour devenir écovolontaire ! Il faut simplement être en bonne condition physique, savoir travailler en équipe, avec des personnes d’origine et de cultures différentes mais aussi parler anglais… une bonne occasion de vous y mettre ou d’approfondir vos performances !

En général, les chantiers sont réservés aux personnes de plus de 18 ans, sans aucune limite d’âge supérieure. Il n’y a pas de connaissances ou d’aptitude physique particulières à avoir.

L’écovolontaire doit se préparer à un confort …. différent de celui qu’il connait d’habitude.

Toutefois, l’écovolontaire doit prendre conscience qu’il aura souvent à faire à d’autres cultures, peut-être aussi à un  climat différent et à une nourriture qu’il ne connaît pas. Une capacité d’adaptation est donc essentielle.

*

La suite > Les missions de l’écovolontaire