Voyager autrement avec les Greeters

Rédigé par Annabelle, le 16 juil 2012, à 16 h 30 min
Voyager autrement avec les Greeters

Les Greeters, littéralement “hôte” ou “comité d’accueil” en anglais est un concept new-yorkais qui s’étend peu à peu dans nos villes françaises. Le principe est simple : découvrir une ville à travers le regard de ses habitants, ceux qui la vivent au quotidien, en connaissent les moindres recoins et pourront peut-être même vous en révéler les trésors cachés.

Partons à la rencontre des Greeters, ces guides pas comme les autres !

Histoire des Greeters

Les Big Apple Greeters ont été fondés à New York en 1992 par Lynn Brooks. Elle souhaitait que les touristes voient “La Grosse Pomme” comme elle la voyait elle même, greeters new yorkc’est-à-dire une ville abordable, avec sa vie de quartier, ses bons plans shopping, d’excellentes adresses pour dîner ou pour sortir et des habitants très avenants, prêts à renseigner les visiteurs un peu perdus…

Elle a donc imaginé une forme d’accueil touristique basé sur la rencontre avec les habitants. Lynn Brooks  a surnommé les bénévoles qui l’ont accompagnée les Greeters. En anglais, to greet signifie accueillir.

Un concept dans la lignée de la nouvelle consommation

Comme d’autres noms qui se sont vite répandu (comme le wwoofing, couchsurfing, … ), le mot “greeter” risque de se répandre largement.

Le concept a eu un grand succès et s’est répandu dans le monde entier. En juin 2011, le réseau comptait plus d’une vingtaine d’organisations de Greeters suivant ce modèle. Elles sont présentes dans une douzaine de pays dans le monde dont la France et sont fédérées depuis 2005 par le réseau international Global Greeter Network (voir le site globalgreeternetwork.info)

Ce réseau permet aux Greeters d’échanger sur leurs différentes expériences et de veiller au respect des principes de base du concept, à savoir la bonne connaissance de la ville, le sens de l’accueil et la gratuité.

En France, il existe à l’été 2011, six groupes de Greeters à Lyon, Marseille, Nantes, Paris, dans le Pas de Calais et à Mulhouse. Au vu du succès fulgurant de ce type de tourisme alternatif, gageons que d’autres organisations de Greeters verront le jour prochainement.

*

La suite p.2> Se laisser guider par un Greeter

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Je trouve cette typologie de tourisme très interessante et personnellement j’apprécierais découvrir les coins d’une ville à travers un Greeters.
    Je ne pense pas que les Greeters veuillent remplacer la guide touristique..j’étudie à l’Universitè pour travailler dans le monde du tourisme et probablement un jour je deviendrai une guide touristique.
    En Italie par exemple ce phenomen n’est pas très étendu..
    Bonne journée!!

  2. Oui, ça y est, c’est en train de se créer sur Toulouse…

    Mais, sinon, je suis aussi assez énervée par ces initiatives qui se montent un peu partout, en plus de cela soutenus par les institutions (OT, CDT, CRT…) ce qui leur permet d’avoir de superbes sites Internet, alors que les guides professionnels n’ont pas du tout cette même publicité.
    Et je ne suis pas d’accord avec l’argument qui consiste à dire que c’est différent, humain, alternatif, passionné…. Sous-entendu: les guides sont ringards et ne font que suivre les circuits classiques.
    Ah oui, “faire du tourisme sans en avoir l’air”, c’est bien ça: on méprise les touristes en plus de ça. Parce qu’on veut bien faire du tourisme, découvrir des choses, mais surtout ne pas en avoir l’air. Cachez donc vos appareils photos et vos lunettes de soleil lorsque vous visitez “hors des sentiers battus” la prochaine fois.
    Pendant ce temps-là, les guides battent le pavé en ayant un statut précaire et des salaires souvent dérisoire quant à leur niveau d’études.
    Je vous remercie de faire attention à ce que vous écrivez, les mots que vous employez et surtout de mettre en avant les guides au moins autant que vous le faites pour ces bénévoles qui s’improvisent hôtes et hôtesses d’accueil.

  3. Afin de rassurer Morguy, il est fort probable que cette initiative fasse comme les sites de colis- voiturage : les professionnels du transport ont hurlé à la concurrence déloyale. Aujourd’hui, les sites sont VIDES, aucun colis à transporter.
    Juste un mauvais moment à passer… courage

  4. Je viens de découvrir votre article et suis surprise de voir que vous ne citez pas Versailles dans votre liste.
    En effet, depuis cette année l’Office de Tourisme propose des visites “hors des sentiers battus” de la ville avec un Greeter. Cette découverte de la ville ne doit en aucun cas être une visite guidée de la ville avec un axe patrimonial. Les thèmes de balade (shopping, marchés, vie de quartier, sports …) sont des supports à la rencontre. Ceci ne remplacant pas bien sûr nos visites de la ville avec conférencières agrées. Pour toute information sur ce service http://www.versailles-tourisme.com/greeters/accueil.html

  5. Cet article est tout simplement HONTEUX!!!!!
    Avez vous pense une seule seconde aux guides professionnels qui vivent ou du moins qui essaye de suivre de ce metier? Car on ne s improvise pas guide! Nous guides interpretes nationaux regionaux ou conferenciers nous faisons trois ans d etudes superieures au minimum et le tout sanctionne par un examen d Etat.Resultat avec cette concurrence de greeters aux connaissances historiques souvent bien legeres nous n arrivons plus a vivre de notre passion qui est de transmettre aux visiteurs le respect et l amour de notre patrimoine.C est sur ces personnes peuvent proposer leur service gratuitement car ils ont un autre metier ou une retraite.J aimerai bien voir leur tete si je m installais a leur bureau en disant a leur patron que je vais travailler a l oeil! Ne faites confiance qu aux guides diplomes. Iriez vous consulter un chirurgien non diplome ou confier votre projet immobilier a un architecte non diplome? NON Alors faites de meme avec votre cerveau ne le laisser remplir d enormites non fondees.
    DEMANDER A VOTRE GUIDE SA CARTE PROFESSIONNELLE ainsi bous serez sur de payer soit mais pour une
    qualite d accueil et de service.
    Bien a vous.
    PS nous proposons bien evidemment des circuits a theme hors des sentiers battus qui souvent ne partent pas faute de participants!

    • Annabelle

      Bonjour Morguy,
      Je comprends votre réaction en tant que professionnel du tourisme mais comme je l’écrivais dans l’article, les Greeters n’ont pas du tout la vocation de remplacer les guides, ils exposent un autre angle.
      Il est clair que personne ne peut s’improviser expert et que lorsqu’on a envie d’en apprendre davantage sur un bâtiment historique ou sur le patrimoine culturel d’une ville, personne ne peut remplacer un guide professionnel.
      Cependant, le rôle d’un Greeter est plutôt celui de partager une passion. Je pense qu’il s’agit plus d’une aventure humaine et en ce sens, je n’ai pas l’impression que les deux soient incompatibles; une visite avec un Greeter se réalisant “en plus de” plutôt “qu’à la place de”…
      Je vous souhaite une très bonne journée,
      Annabelle

    • Bonjour,
      on comprend votre désarroi, cependant, selon la charte des greeters, ces visites ne sont pas des visites patrimoniales mais bien des visites de lieux, d’ambiance avec bonnes adresses à la clé. Je pense que si cela est bien mené, ces visites sont complémentaires de l’offre que vous proposez, qui est indéniablement de meilleure qualité concernant les informations historiques, patrimoniales etc.Mais les personnes qui recherchent un greeters ne font pas partie du même public qu’une personne qui fait appel à un guide professionnel, elle n’attend pas la même chose et rien ne l’empêche de faire appel à un guide pro pour avoir une approche plus historique et patrimoniale.

  6. Y a t’il des gens qui savent si cela existe sur Toulouse? Merci pour l’info.

Moi aussi je donne mon avis