Trop de sucre ralentit le cerveau

La consommation excessive de glucose-fructose ralentit le cerveau en affectant les capacités de mémorisation et d’apprentissage. En bref, elle rend stupide. Cette conséquence peut heureusement être contrée par la consommation d’oméga 3.

Trop de sucre ralentit le cerveau

Les résultats d’une étude de chercheurs californiens rajoutent un nouveau méfait au sirop de glucose-fructose, déjà pointé du doigt par de nombreuses autres études : trop de sucre réduit vos facultés intellectuelles.

On connaissait déjà la responsabilité du sucre sur l’apparition du diabète, de l’obésité et des stéatose du foie (le foie « gras »). Mais cette étude californienne est la première à montrer ses conséquences sur le cerveau. Elle renforce également ce que l’on savait déjà sur les bienfaits du DHA sur le bon fonctionnement du cerveau.

Un labyrinthe, des souris, du sucre et du DHA

Fernando Gomez-Pinilla et Rahul Agrawal, chercheurs de l’Université de Californie à Los Angeles, ont mené une expérience sur deux groupes de rats.(3)

Une solution de glucose-fructose a été donnée à boire aux deux groupes à la place de l’eau pendant six semaines. Mais l’un des deux groupes a reçu, en plus, des oméga 3 sous forme de DHA. Les deux groupes de rats avaient été exercés à retrouver la route d’un labyrinthe pendant quatre jours avant l’expérience.

Au bout des six semaines de traitements, le groupe qui a reçu le sucre et le DHA retrouvait sa route très facilement, voire même encore plus vite. Au contraire, celui qui n’avait reçu que le sucre, sans le DHA, mettait plus de temps à trouver la sortie.

« Les analyses du cerveau des rats n’ayant pas reçu de DHA montre une activité synaptique plus faible, ne leur permettant plus de se souvenir du chemin appris six semaines avant », explique Fernando Gomez-Pinilla.

Elles ont aussi montré que ce deuxième groupe de rats a développé une résistance à l’insuline, l’hormone qui régule le taux de sucre dans le sang et qui permet de réguler les fonctions synaptiques du cerveau. Plus précisément, elle permet de gérer l’utilisation et le stockage de sucre nécessaire pour traiter les pensées et les émotions.

Donc sans insuline, le cerveau n’arrive visiblement plus à mémoriser ni à apprendre correctement des informations nouvelles.

« Une alimentation avec un taux de sucre élevé déclenche des conséquences négatives sur le corps, mais aussi sur le cerveau. Voilà la nouveauté de nos recherches », résume le scientifique américain.

De quel sucre s’agit-il ?

Les chercheurs ont utilisé un mélange de sucres : du sucre de canne, et du sirop de glucose-fructose. Ce dernier, peu cher, est utilisé par beaucoup d’industriels dans les sodas, les sauces et condiments, et certains aliments pour bébé pour ses pouvoirs sucrants et/ou conservateurs, et surtout pour son prix.

Les chercheurs ont noté que les Américains consomment en moyenne 21,3 kg de sucre de canne par an, et presque 16 kg de sirop de glucose-fructose, soit plus de 37 kg par an et par Américain. Les Français ne sont pas loin, puisqu’ils en consomment 35 kg par an.

Suite : Le sirop de glucose-fructose : attention danger