Le vin naturel : une étiquette difficile à déchiffrer

Rédigé par Guillaume, le 1 May 2011, à 9 h 22 min

Le vin naturel. Voici une nouvelle (enfin, plus trop nouvelle, finalement) dénomination bachique qui ne va pas simplifier la compréhension des consommateurs amateurs de vin. Pourtant, la démarche n’est pas sans intérêt et devient de moins en moins marginale.

Le vin naturel, du vin brut

Le vin naturel est finalement difficile à appréhender. Non pas que la démarche soit compliquée mais qu’il n’existe pas de dénomination officielle ni de législation définissant précisément cette pratique.

Pourtant cette démarche iconoclaste n’est plus réellement nouvelle depuis que quelques précurseurs comme Marcel Lapierre dans le Beaujolais ont voulu sortir des démarches modernes créant des vins de plus en plus stéréotypés. Ces précurseurs voulaient revenir à des vins mettant en avant le fruit dans leur goût.

Toujours est-il que l’on peut essentiellement définir les vins naturels comme des vins dont la vinification se veut la plus respectueuse possible du raisin.

C’est pourquoi, il est communément admis que les vins naturels sont des vins ne comportant pas ou peu de soufre. Ou tout du moins, moins de soufre que les vins “classiques”. Le souffre étant un composant très important dans la vinification contemporaine, le vin naturel est une attitude qui rompt totalement avec le goût des vins dits “classiques” contenant du soufre.

Précisons que le soufre sert avant tout lors de la période de vinification pour stabiliser le goût du vin et éviter le développement de micro-organismes.

Bref, l’absence de soufre donne un goût totalement différent au vin où le goût du fruit retrouve toute son importance.

C’est en quelque sorte, du vin “brut”.

Une meilleure reconnaissance du vin naturel

Même s’il n’existe pas de dénominations administratives précises, des vignerons se retrouvant dans cette démarche se sont organisés pour essayer de définir une ligne de conduite et accroître leur visibilité sur le marché embouteillé du vin.

Une visibilité qui n’est plus que sur les étiquettes et dans les dénominations croquignolettes des différentes cuvées de vin naturel telles que Hého le rouge, Il fait soif ou encore Lendemains qui chantent.

Ainsi certains vignerons se sont constitués en association comme l’Association des vins naturels (AVN).

L’AVN est même allé plus loin dans sa démarche en créant une charte qui encourage le passage des adhérents à l’agriculture biologique.

Mais cela ne s’arrête pas à ce passage au bio, il y a tout un ensemble de contraintes techniques comme l’obligation de vendange réalisée à la main ou encore l’emploi exclusif des levures issues du vin.

Cette démarche est louable car elle permet de réellement définir un cadre d’expression pour les vignerons et d’améliorer la visibilité de la production de vin naturelle.

Mais c’est également l’occasion de réaliser une véritable distinction avec les vins biologiques et biodynamiques.

Les vins naturels se distinguant de leurs 2 homologues par une vinification dite … naturelle.

*

Sur le vin  :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Guillaume dès la fin de ses études a eu envie d'écrire pour partager ses connaissances et ses convictions. Guillaume est notre spécialiste Habitat durable...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Le vin naturel, lorsqu’il est réussi, procure au vigneron une satisfaction de son travail si bien mené…un bon exemple avec Philippe Philippe Richy du Domaine Stella Nova, Philippe donne tous son coeur pour élaborer des cuvées naturelles, et les risques il en prend chaque année.

    Pour dire que sulfités, c’est plus facile mais l’expression du fruit, quand le vin est bien mené, restera inégalé. A découvrir stella nova ‘mira céti ou polaris…moi j’adore…

  2. Merci Ludovic pour ces quelques précisions. J’ai nuancé quelque peu mon propos sur l’usage du soufre dans les vins naturels.

    Et je vous rejoins sur le côté iconoclaste de ces vignerons : leur volonté est de cassé les étiquettes dans le monde du vin.

  3. Je voudrais juste dire que le vin naturel ne se range résolument pas du côté des labels et autres classifications, c’est d’abord des personnes qui se sont mis en rupture avec la viticulture traditionnelle telle qu’apprise dans les écoles aujourd’hui encore.

    Ce qui rassemble ses vignerons c’est l’amour du vivant, du coeur. Ils fonctionnent par cooptation voire par amitié de partager la même philosophie du vin et de la vie.

    Leur faiblesse (pas de structure reconnue) est leur force.

    PS : un vin naturel n’est pas forcément sans soufre ajouté (on dit soufre ajouté car la vigne produit naturellement du soufre). Rares sont ceux qui n’en mettent pas du tout mais il en existe quelques uns tout de même.

    • Commee tu as l’air bien informé… en dehors des magasins bio où trouver du vinaigre sans sulfites (ajoutés) car en hyper même les vinaigres bio en contiennent – C admis par les certificateurs ?

Moi aussi je donne mon avis