Foie gras : nouvelles vidéos choc sur les méthodes de production

En période de fêtes, les ventes de foie gras explosent. Pour dénoncer les méthodes de cette production, l’association L214 a diffusé des images insoutenables d’une pratique des plus barbare !

Foie gras : nouvelles vidéos choc sur les méthodes de production

Bon appétit : à quelques heures du réveillon de Noël, l’association Ethique & animaux L214 dénonce de nouveau, à travers des images parfois insoutenables, la violence des pratiques d’élevage et de mise à mort des animaux utilisés pour la production de foie gras.

Foie gras : choquer pour mieux alerter

Une première vidéo a été tournée courant décembre dans un couvoir de canetons dans les Pays de la Loire. On y voit des milliers de canetons à peine sortis de l’oeuf qui sont triés puis broyés vivants. Les mâles se font couper le bec pour éviter les agressions liées à l’élevage en cage et les femelles, qui ne produisent pas assez de foie gras, sont broyées. Selon un employé, 6.000 à 7.000 canetons seraient ainsi détruits chaque jour. Mais le procédé n’est pas toujours efficace, certains canetons sortent encore vivants de la broyeuse, agonisants.

« Ces vidéos lèvent le voile sur une filière qui a beaucoup à cacher », commente la porte-parole de l’association de défense des animaux Brigitte Gothière, au près du magazine Le Monde. « Les producteurs, à grand renfort de publicité, ont réussi à faire du foie gras un produit de luxe et soi-disant de tradition, mais les images montrent des choses abjectes et de la maltraitance animale. Le broyage est certes autorisé par la législation mais il doit provoquer une mort immédiate, ce qui n’est pas toujours le cas. »  

ATTENTION, les images ci-dessous peuvent choquer.

La seconde vidéo a été filmée en avril dans un élevage de canards reproducteurs dans le Sud-Ouest de la France qui fournit des oeufs aux couvoirs. On y voit des canards mâles, dont on prélève la semence, entassés dans des cages. Quand aux canes, elles sont inséminées sans ménagement, les images montrent très clairement un employé tordre le cou d’une cane et la jeter à terre, sans parvenir à la mettre à mort.

ATTENTION, les images ci-dessous peuvent choquer.

Comme dans l’affaire de l’abattoir d’Alès, elle aussi révélée grâce au travail de l’association L214, la mise à mort des animaux est accompagnée de nombreuses infractions à la réglementation. Sur son site, l’association L214 ouvre d’ailleurs une pétition pour demander l’interdiction du broyage des canetons et appelle la profession à en finir avec cette « pratique standard de l’industrie » qui transforme ces animaux en « déchets de couvoir ».

« Il n’y a ni transparence ni traçabilité dans cette filière, donc nous voulons montrer l’envers du décor, comment le produit a été obtenu », explique Brigitte Gothière au Monde qui rappelle que les canards destinés à produire du foie gras sont élevés 40 jours en poussinières, puis 40 jours en extérieur, avant d’être installés en cage pour être gavés pendant une dizaine de jours.