Foie gras : nouvelles vidéos choc sur les méthodes de production

En période de fêtes, les ventes de foie gras explosent. Pour dénoncer les méthodes de cette production, l’association L214 a diffusé des images insoutenables d’une pratique des plus barbare !

Rédigé par Hugo Quinton, le 22 Dec 2015, à 10 h 50 min

Bon appétit : à quelques heures du réveillon de Noël, l’association Ethique & animaux L214 dénonce de nouveau, à travers des images parfois insoutenables, la violence des pratiques d’élevage et de mise à mort des animaux utilisés pour la production de foie gras.

Foie gras : choquer pour mieux alerter

Une première vidéo a été tournée courant décembre dans un couvoir de canetons dans les Pays de la Loire. On y voit des milliers de canetons à peine sortis de l’oeuf qui sont triés puis broyés vivants. Les mâles se font couper le bec pour éviter les agressions liées à l’élevage en cage et les femelles, qui ne produisent pas assez de foie gras, sont broyées. Selon un employé, 6.000 à 7.000 canetons seraient ainsi détruits chaque jour. Mais le procédé n’est pas toujours efficace, certains canetons sortent encore vivants de la broyeuse, agonisants.

« Ces vidéos lèvent le voile sur une filière qui a beaucoup à cacher », commente la porte-parole de l’association de défense des animaux Brigitte Gothière, au près du magazine Le Monde. « Les producteurs, à grand renfort de publicité, ont réussi à faire du foie gras un produit de luxe et soi-disant de tradition, mais les images montrent des choses abjectes et de la maltraitance animale. Le broyage est certes autorisé par la législation mais il doit provoquer une mort immédiate, ce qui n’est pas toujours le cas. »  

ATTENTION, les images ci-dessous peuvent choquer.

La seconde vidéo a été filmée en avril dans un élevage de canards reproducteurs dans le Sud-Ouest de la France qui fournit des oeufs aux couvoirs. On y voit des canards mâles, dont on prélève la semence, entassés dans des cages. Quand aux canes, elles sont inséminées sans ménagement, les images montrent très clairement un employé tordre le cou d’une cane et la jeter à terre, sans parvenir à la mettre à mort.

ATTENTION, les images ci-dessous peuvent choquer.

Comme dans l’affaire de l’abattoir d’Alès, elle aussi révélée grâce au travail de l’association L214, la mise à mort des animaux est accompagnée de nombreuses infractions à la réglementation. Sur son site, l’association L214 ouvre d’ailleurs une pétition pour demander l’interdiction du broyage des canetons et appelle la profession à en finir avec cette « pratique standard de l’industrie » qui transforme ces animaux en « déchets de couvoir ».

« Il n’y a ni transparence ni traçabilité dans cette filière, donc nous voulons montrer l’envers du décor, comment le produit a été obtenu », explique Brigitte Gothière au Monde qui rappelle que les canards destinés à produire du foie gras sont élevés 40 jours en poussinières, puis 40 jours en extérieur, avant d’être installés en cage pour être gavés pendant une dizaine de jours.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je suis passionné par le web et tout ce qui entoure, de près ou de loin, les réseaux sociaux. A ce titre, j'ai contribué à plusieurs media en ligne, en...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Vraiment pas de quoi être fiers d’eux,tous ces producteurs ne sont que des sadiques, rien dans la cervelle. Honte à la France et les pays pratiquant ces horreurs.

  2. hé! c’est tellement naturel tout ça qu’il y a pas de quoi casser 3 pattes à un canards combien de personnes achètent du fois gras combien en achèteraient… c’est un équilibre , il y a beaucoup de donquichottes mais peu de braves en bout de lignes c’est pareil pour tous ce qui l’emporte c’est la demande donc si on produits et vu le prix c’est que la demande est plus forte que les insurgés donc c’est mathématique… le foie gras l’emporte au suffrage en partant delà que dire de plus on vas créer des normes qui demain seront de nouveau contournées et ça continue encore est encore…

  3. je ne mange plus de foie gras depuis que j’en connais le gavage
    des paysans sadiques j’invite tous le monde a en faire autant.

  4. Le sadisme humain ne connait aucune limite dès lors qu’il s’agit de satisfaire ses plaisirs égoïstes, fussent ils totalement éphémères et cupides.
    Tant que certains boufferont du cadavre, la violence et la barbarie n’auront de cesse de se développer. Si à la préhistoire, la consommation de viande alors occasionnelle a modifié la structure du cerveau de l’espèce humaine, sa consommation régulière a rendu cet animal particulièrement stupide, destructeur, cupide et égoïste, à tel point que cette espèce est devenue si nuisible que c’est la seule à détruite son hôte, comme un virus.
    Curieusement, les êtres les plus intelligents se sont rarement nourris de charognes ou de cadavres : De Vinci, Einstein, Platon… la liste est trop longue pour tous les citer.
    Les adeptes de la pensée unique feraient bien de s’en inspirer pour s’affranchir de diktats délétères qu’ils perpétuent sans en avoir conscience…

  5. eh oui du temps de l’egypte ancienne on connaissait deja le foie gras de canard mais on ne faisait pas souffrir ces pauvres betes au contraire on profitait de leur gourmandise :on mettait a leur disposition des « montagnes »de figues et ils en bouffaient tellement !!!!!!!!!!! qu’ils avaient le foie « gras »

Moi aussi je donne mon avis