Les cantines bio partout, c’est pour bientôt

Les cantines bio partout, c'est pour bientôt

Manger bio est souhaitable pour tous car cela préserve la santé et l’environnement. Manger bio n’est pas réservé qu’au domicile ni, encore moins aux familles aisées. Dans les cantines scolaires c’est aussi possible. Pourtant le bio ne représente en 2013 que 2,4 % des produits dans la restauration collective, alors que les établissements passés au bio affichent des tarifs quasi identiques aux autres. Devant ce constat Newmanity propose à chaque citoyen d’agir en soutenant la pétition demandant aux maires l’introduction de repas bio dans les cantines scolaires.

Le succès croissant des cantines bio

hydratation -bien-mangerIl ne faut pas croire que cuisiner bio est hors de portée de la restauration collective : les cuisiniers ont un vrai savoir faire en matière de confection de repas pas cher et de qualité, notamment et surtout si on leur fournit des aliments bio.

Plusieurs cantines scolaires et de nombreuses communes l’ont déjà fait ou s’y mettent, d’autant plus facilement d’ailleurs qu’il existe des outils  pour les aider dans cette démarche.

- Le passage au bio : un choix gagnant pour l’ensemble de la collectivité :

Il favorise le développement économique des territoires avec la structuration des filières bio, sources de création d’emplois locaux

L’introduction de menus bio réguliers est l’occasion de remettre à plat les processus, l’organisation, de lutter contre les gaspillages et de générer ainsi des économies pour les établissements. Le budget n’est généralement pas un frein car passer au bio ne coûte pas plus cher. Mettre en place une alimentation estampillée bio (AB) coûte selon les cas de 0 € à 0,23€ supplémentaires par repas.

Agir pour le bio dans les cantines scolaires

De nombreuses études alertent sur la dangerosité des résidus de pesticides sur la santé ; et l’étude de juillet 2013 de l’Inserm (« Pesticides effets sur la santé – expertise collective ») synthétisant la littérature scientifique sur le sujet, vient corroborer ce fait. .

cantine bio

Pas étonnant donc que 75 % des parents souhaitent que des produits bios soient proposés dans les cantines scolaires (1) !

De fait, des communes ont déjà franchi le pas de la restauration en bio :

  • Clamart 50 % de produits biologiques sont utilisés pour préparer les menus des écoles primaires de la ville. La commune a réalisé des économies par la suppression des emballages individuels au profit de conditionnements collectifs. C’est cette action qui a permis de financer le passage au bio.
  • Mouans-Sartoux, une commune des Alpes-Maritimes (10 200 habitants) sert 100 % de bio dans les restaurants scolaires (1 200 repas). Elle a reçu le 1er Prix des Trophées Eco Action 2013 pour la restauration scolaire durable (restauration 100 %  bio à coûts constants). Elle s’est dotée d’une régie agricole de 4 hectares, certifiée en agriculture bio, qui a pour mission de produire les légumes pour les restaurants des 3 groupes scolaires de la ville. Une bien belle initiative.
  • Les communes de Grande-Synthe (Pas-de-Calais) avec 540 couverts  et d’Ytrac (Cantal) avec 200 couverts sont aussi passés au 100 % bio.

Et d’autres villes ont introduit des menus bio dans les cantines scolaires dans des proportions variables. Si commencer de façon progressive constitue un facteur de succès, la régularité des commandes en produits biologiques est aussi importante. Certaines collectivités font le choix d’opérations ponctuelles en proposant 2 à 3 fois par an des menus 100 % bio. L’inconvénient de cette approche est qu’elle ne favorise pas la structuration de la filière de production et de transformation, avec en plus, le risque de prix plus élevé.

Encore plus de cantines bio

C’est ce qui a poussé notre partenaire Newmanity à proposer à chaque citoyen la possibilité de s’exprimer en soutenant la pétition demandant aux maires l’introduction de repas bios dans les cantines scolaires.

Le but de cette pétition en faveur des menus bios dans les cantines scolaires, est de mobiliser les citoyens pour sensibiliser les maires. A l’issue de cette campagne chaque maire recevra la pétition ainsi que des documents de référence pour faciliter la mise en oeuvre du passage au bio en restauration collective dans leur commune.

Le bio en France, combien de divisions  ? 

Les ventes de produits bio ont progressé de 9 % en 2013, à 4,35 milliards d’euros. Mais ces produits, issus d’une agriculture qui se veut respectueuse de l’environnement, ne représentent que 2,5 % du marché alimentaire.

En 2013, 95 % des Français ont acheté du bio au moins une fois. Ces achats se font majoritairement en GMS (47 % des parts de marché en valeur). En savoir plus : les Ventes de produits bio en France

 *Je veux témoigner

Sur la restauration collective :

La restauration collective a son label bio Ecocert

La restauration collective a son label Ecocert

(1) selon le baromètre CSA/Agence Bio 2012