Comment s’y retrouver dans la volaille ?

Rédigé par Emma, le 19 Dec 2013, à 11 h 34 min

2- Les conditions d’élevage des volailles : en plein air

Batterie ou plein air ?

Les volailles fermières Label Rouge vivent en plein air ou en liberté tout au long de la journée. Ce qui implique deux choses différentes :

  • En plein air = le parcours extérieur est clôturé avec un espace d’au moins 2 m² par volaille.
  • En liberté = le parcours est illimité, sans clôture.

La mention « poulet fermier » est toujours accompagnée des mots « élevé en liberté  » ou bien « élevé en plein air ». Elle est une preuve de qualité et est réservée aux productions locales.

Les volailles bio AB : L’accès à l’extérieur est libre le jour et pendant au moins la moitié de leur vie.

Les Volailles de Bresse : A partir de sa 5e semaine, le poulet est libre de sortir quand il veut pour aller picorer les sols bressans.

Les poulets standard : en claustration. Pas de sortie possible.

poulets-consommation copie

3- La nourriture des volailles

Herbes, soja (avec ou sans OGM…), colza, mais aussi des protéines : voilà de quoi se nourrit idéalement la volaille.

En Label Rouge, l’alimentation des poulets contient au moins 75 % de céréales et issues de céréales pendant leur période de croissance.

Peu de volailles Label Rouge notamment, affichent la mention « Sans OGM » : seule celles des Fermiers de Loué qui les a banni, depuis 1997 déjà. Du coup, le cahier des charge va plus loin : alimentation avec 80 % de céréales produites localement, colza et tournesol non OGM aussi.

– Les volailles bio AB  sont nourries avec 95 %  d’ingrédients issus de l’agriculture biologique : blé et maïs pour les céréales, compléments et algues pour les minéraux.

– Les Volailles de Bresse : les céréales (blé et maïs) doivent être bressanes, garanties sans OGM. Les volailles se nourrissent aussi des vers de terre et des mollusques qui garnissent les sols bressans.

– Les poulets standard : aucune exigence…

Ci-dessous, un tableau dans lequel nous résumons les critères principaux qui différencient un poulet standart d’un poulet Label Rouge et d’un poulet Bio AB.

 Suite > Le retour des farines animales

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

4 commentaires Donnez votre avis
  1. NUL

  2. Bonjour
    Quand vous annoncez 35 jours, je suis surpris…j’ai élevé des volailles avec des aliments de qualité et au bout de 5 semaines, j’avais juste un gros poussin Donc j’imagine ce que les industriels (c’est plus des éleveurs) leur donne à bouffer ou administre pour avoir un poulet de rotisserie en 35 jours . Bon appétit quand même..

  3. Bonjour
    petite rectification « En liberté = le parcours est illimité, sans clôture. » C’est plutôt sans limitation de surface à 2m²/individu. Sans clôture autant élever les renards, fouines, chiens errants etc !
    La conclusion est simple : boycott absolu du poulet standard, préférence au bio ou au moins une filière locale parfaitement tracée sans OGM. C’est cher ? Non, c’est un prix normal contrairement au standard qui est du bas de gamme bradé. Je n’ai pas les moyens d’en manger tous les jours, alors je n’en mange que 1 ou 2 fois par semaine, avec plaisir. Le reste du temps les légumineuses remplacent et ça a aussi du goût quand c’est bien cuisiné. Bon Noël

  4. Bonjour,

    Il me semble qu’il n’y a pas que les volailles de Bresse qui soient sans OGM. On trouve d’autres volailles avec l’indication « Sans OGM », ce qui veut dire qu’il y a moins de 0,9% d’OGM dans leur alimentation.

Moi aussi je donne mon avis