Le safran du Morbihan, l’or rouge bio de France

Rédigé par Flor, le 7 Aug 2013, à 17 h 22 min

Le safran, l’épice la plus chère du monde, est le pistil rouge d’une belle fleur mauve. Il est très apprécié en cuisine et en tant que remède. Cultivé majoritairement en Iran, au Maroc et en Méditerranée, il est aussi présent en Bretagne dans une exploitation bio et durable !

Le safran en culture biologique

© Aurélie Garel

© Aurélie Garel

C’est dans un coin de la Bretagne, dans le Morbihan, que se trouvent les champs de fleurs de safran de Jean-Vincent Le Berre.

Depuis 4 ans, ce diplômé d’agronomie, spécialisé en agriculture biologique, cultive des terres à Guégon près de la célèbre forêt de Brocéliande. Sa passion des plantes et ses nombreux voyages l’ont amené à s’occuper de ce bulbe un peu particulier.

La safranière bretonne est entièrement bio et le safran récolté se veut un produit de terroir et de qualité. “Toutes les étapes de la production à la distribution se font à la main, car ce n’est pas mécanisable“, précise l’agriculteur. Les fleurs sont récoltées une fois par an suivant une technique marocaine qui n’abîme pas les pistils.

Safran – L’or rouge, une épice chère

Le safran est l’épice la plus chère du monde : “c’est vrai qu’elle est à 30.000€ le kilo, mais ce n’est pas une épice rare. On peut en acheter venant du Maroc ou d’Iran, mais ce n’est pas la même qualité“, annonce Jean-Vincent Le Berre. La production de safran demande beaucoup de travail et de temps : “depuis 4 000 ans, on utilise la même méthode, tout est fait à la main. “

safran-de-bretagne

© Aurélie Garel

Le prix élevé est également lié également au mode de production bio, n’utilisant pas d’intrants chimiques, et à la qualité du pistil. “Des agriculteurs au Maroc coupent aussi la partie jaune ou blanche du pistil, mais ce n’est que le côté rouge qui donne la saveur. Ils font ça pour alourdir le poids. 

Pour 1 gramme de safran, il faut 180 fleurs ! Ce qui demande du travail, mais avec un gramme il est possible d’aromatiser une dizaines de plats.

L’épice garde sa saveur optimale dans l’année et la perd ensuite petit à petit. C’est pourquoi le safran de Jean-Vincent Le Berre est vendu millésimé (par année de récolte comme le vin), à 30 € le gramme.

> Suite : Le safran – une épice gastronomique

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rêvant de voyages aux quatre coins du monde, je me consacre actuellement à l'alimentation et aux sciences sociales. Je m'intéresse en particulier aux...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. Il faut être totalement inconscient pour donner le nom de la personne et
    sa localisation ! combien de visites auront ces pauvres gens dans un pays où certaines populations sont prêtes à tout et n’importe quoi; ne
    va-t-on tuer dans les champs des vaches, des chevaux, etc … on veut vraiment leur mort et leur ruine !!!!

  2. On en cultive depuis un moment déjà en Belgique. On produit même un whisky aromatisé au safran.

  3. vive le safran breton, pardon, FRANCAIS !!

  4. où vendez vous votre safran ?

  5. j ignore qu en France il y avait la culture du safran

  6. j’ai lu quelque part que ce n’est pas une culture rentable, il faut l’associer avec d’autres cultures. Est-ce vrai ?

    • Flor

      Pour une réponse plus appropriée, je vous recommande de contacter directement Jean-Vincent Le Berre, qui est agriculteur et spécialiste en ce domaine-là, sur son site internet : http://www.safran-de-bretagne.fr

  7. Le climat de Bretagne permet la culture de nombreuses plantes.J’ai moi-même eu quelques crocus “safran” ici en Nord-Bretagne, pour le plaisir de le voir fleurir à l’automne!C’est une belle fleur!Bravo donc à M. Le Berre pour sa culture et sa diffusion!

Moi aussi je donne mon avis