Manger des insectes : attention danger, prévient l’ANSES

Rédigé par Sonia C, le 4 Jun 2015, à 15 h 00 min

Êtes-vous entomophage ? Autrement dit, avez-vous déjà cédé à la mode des insectes comestibles ? Si ce concept nous paraît encore exotique et original en Europe, l’entomophagie est une pratique courante dans de nombreuses parties du monde, qui permet de contribuer à l’alimentation des populations d’Afrique, Asie, Australie et Amérique du Sud. Et donc une solution pour l’Europe, si les autorités sanitaires ne s’y opposent pas.

Manger des insectes : manque d’études

Il faut en effet se montrer prudent avant de manger des insectes, comme le préconise l’ANSES, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail dans un rapport paru en avril 2015. La consommation d’insectes, souligne-t-elle, est en effet potentiellement source de dangers[Source] Rapport ANSES, 9 avril 2015,

  • chimiques : du fait des substances fabriquées et/ou stockées dans le corps de l’insecte
  • physiques : du fait de la présence de parties dures (carapaces…)
  • allergènes, tout comme pour certains crustacés
  • microbiens, certains insectes étant porteurs de parasites, virus, bactéries…

L’ANSES souligne le fait que peu d’études ont été menées sur le sujet, et que le manque de connaissances concernant l’élevage et la consommation d’insectes doit inciter à la plus grande prudence.

Qu’en pensent les spécialistes ? Le leader français de la production d’insectes comestibles répond à nos questions

Comment cela affecte les producteurs ? Micronutris est une société installée dans le Sud de la France qui élève et commercialise des insectes à destination de la consommation humaine. Son responsable clientèle, M. Pigeon, a répondu à nos questions.

Insectes comestibles frits

Insectes comestibles © Jeep2499 / Shutterstock.com – Insectes frits

consoGlobe : En France, que dit la loi concernant la production et la commercialisation d’insectes comestibles ?

M. Pigeon : Pour l’instant, il n’y a pas de loi qui autorise explicitement l’élevage et la vente d’insectes, mais un principe de tolérance. Il faut savoir qu’en Belgique, une dizaine d’Insectes sont aujourd’hui autorisés à la vente, quant aux Pays-Bas, une université est dédiée à l’étude de tout ce qui a trait à la valorisation des insectes comestibles.

consoglobe : Il y a donc un vide juridique français ?

M. Pigeon  : Actuellement, aucune législation en France n’autorise l’élevage des insectes et leur commercialisation. « A ce jour, aucun dossier recevable de demande d’autorisation de mise sur le marché n’a été déposé en Europe pour des insectes ou produits à base d’insectes destinés à l’alimentation humaine. Par conséquent, aucun insecte, ni dérivé d’insecte, ne peut être mis sur le marché pour l’alimentation humaine », indique l’avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à « la valorisation des insectes dans l’alimentation et l’état des lieux des connaissances scientifiques sur les risques sanitaires en lien avec la consommation des insectes», publié le 9 avril 2015.

consoGlobe : l’avis de l’ANSES publié en avril 2015 met en avant des risques potentiels liés au fait de manger des insectes, notamment chimiques, microbiens, et mécaniques. Qu’en pensez-vous ?

M. Pigeon  : Nous sommes régulièrement contrôlés par des commissions d’hygiène et de respect des conditions d’élevage. Nous avons aussi au sein de l’entreprise une responsable qualité qui se tient au courant de la législation en vigueur afin que Micronutris soit continuellement en phase avec les standards de l’Union Européenne.

Les insectes que nous élevons (vers de farine et grillons) sont exclusivement nourris à base de céréales et de légumes biologiques, car l’utilisation de pesticides est totalement incompatible avec notre volonté de leur apporter des conditions de vie les plus saines possibles. Pour ce qui est des dangers microbiologiques, nous répondons à la déclaration de conformité du règlement CE 2073/2005 modifié. De plus, nos deux espèces – que l’on trouve naturellement sauvages en France – font partie de la liste des 2000 insectes jugés comestibles par la FAO et des dix retenus par la Belgique pour être élevés et consommés.

consoGlobe : Micronutris est une jeune entreprise innovante et… qui n’a pas eu peur de se lancer dans un pays qui tire une grande fierté de sa gastronomie séculaire. Comment les Français accueillent-ils ces nouveaux aliments, manger des insectes est-il accepté ?

M. Pigeon  : Nous sommes très positifs quant à l’évolution des mentalités. Déjà, nous constatons que la réticence fait peu à peu place à une curiosité qui pousse désormais souvent nos clients à l’achat, lors des séances de dégustation que nous organisons. Nous espérons que d’ici quelques années, les insectes feront partie du quotidien sur les tables françaises. Ils représentent une nourriture vraiment intéressante, de par leur richesse en protéines, mais aussi en minéraux et en Omégas 3.

consoGlobe : Mais dans un contexte où la nourriture carnée ne manque pas chez nous, le pari n’était-il pas risqué ?

M. Pigeon  : Effectivement, mais nous voulions que le consommateur ait le choix, dans les grandes surfaces, de trouver près des viandes classiques, une nouvelle source d’apports protéiques de haute qualité nutritionnelle. Ce n’est pas encore le cas, pour l’instant.

consoGlobe : Vous défendez de fortes valeurs écologiques…

M. Pigeon  : Oui. D’une part, l’élevage d’insectes nécessite une surface extrêmement réduite comparée à celle nécessaire dans un élevage traditionnel. Nous avons des « tours » à insectes, ce qui permet une très bonne productivité. Si l’on reprend l’exemple des vers de farine, ces animaux ne boivent pas, se développent à l’obscurité et ont besoin d’une très forte densité d’individus… tout ceci concourt à réduire de manière intéressante l’impact écologique de l’élevage.

De manière indirecte, nous espérons aussi inciter le consommateur, s’il intègre les insectes comme source permanente de protéines – et par conséquent, en baissant sa consommation d’autres produits carnés – à acheter de la viande de meilleure qualité, certes un peu plus chère, mais produite plus localement, dans des conditions qui respectent plus l’animal.

Illustration bannière : Insectes frits – © Napat Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Sonia C., passionnée de biologie et de nutrition, j’aime l’idée de rendre les sciences accessibles à tous sans pour autant en édulcorer les grands...

12 commentaires Donnez votre avis
  1. Moi j’en mange, je trouve que c’est aussi bon que le reste et même je préfère ça que la viande, poisson et etc..
    Je le re-envoie, pour manque de nom.

  2. Moi j’en mange, je trouve que c’est aussi bon que le reste et même je préfère ça que la viande, poisson et etc..

  3. De toute façon personne ne viendra nous les imposer on combat la crise avec ses idées ou les idées des autres , on importe ou exporte sa ne fait de mal à personne et puis pour l’instant il y à un coté snob… pour certain 🙂 c’est le jeu ma pauvre Lucette…

  4. M. Pigeon nous prend pour des pigeons. Il nous dit que « De manière indirecte, nous espérons aussi inciter le consommateur, s’il intègre les insectes comme source permanente de protéines … à acheter de la viande de meilleure qualité, certes un peu plus chère, mais produite plus localement, dans des conditions qui respectent plus l’animal. »

    A 12€50 les 10 grammes soit 1250€ le kilo pour ses insectes, je ne peux pas me permettre d’acheter de la viande plus chère!

  5. Les chinois , thaïlandais etc mangent ça depuis que le monde est monde , et nous on en est encore à chercher et à se poser des questions toujours aussi débiles

  6. Encore une fois, l’humain marche à côté de ses pompes. On utilise des terres pour nourrir des animaux au lieu de les utiliser pour nourrir des hommes. Sachant qu’il faut 7 calories végétales pour produire une seule calorie animal, faites le calcul ! Il aurait moins de gens mal nourris si les terres étaient utilisées intelligemment. Mais il faudrait pour cela que l’animal humain soit intelligent, ce qui n’est hélas pas le cas. L’humain et sa cupidité le tueront et toutes les autres espèces avec. Bravo !

    • Tout à fait d’accord avec Nathalie. Il est sans doute aussi stupide de produire industriellement des insectes que des animaux; 1) parce que les végétaux consommés par les insectes sont comestibles par l’homme 2) parce que l’industrialisation et la concentration en une usine à insectes (ou à bestiaux) est contraire au respect de la vie sous quelque forme qu’elle soit. Ne pas respecter la vie des autres, de tout ce qui est vivant sur terre, c’est tuer d’abord notre humanité puis peu à peu mener à coup sur à la disparition de notre ‘petite espèce prétentieuse’.

    • bien répondu nathalie. Aucun être vivant ne devrait passer par notre bouche. les animaux souffrent , les peuples sont affamés par notre égocentrisme.

    • Olibiobus, je suis producteur d’insectes, je peux vous dire que la production d’insectes consomme beaucoup moins de matières végétales que pour du boeuf alors que les protéines produites sont très intéressantes pour l’homme. C’est là l’intérêt de manger de l’insecte.
      Pour ce qui est de la nourriture comestible pour l’homme, je sais que les pousse de bambou sont consommées dans certains pays mais pas les feuilles que je donne à mes criquets 😉

    • Êtes vous informer que ce mode de vie et d’élevage date tout de même des débuts de la civilisation ? Le fait qu’on laisse des animaux en pâture ou non ne changera rien à la crise alimentaire dans certains pays. Ce qui changerait le monde serait de ce passer de cette technologie futile dont nous usons non stop. On sait qu’un lion à péter au fin fond de la savane mais pas que notre voisine subit un drame familial… Sortez de vos bulles électroniques et au lieu de râler virtuellement, devenez militant si ce n’est pas déjà le cas pour une meilleure répartition des ressources !! Bref: bougez !!
      De la

  7. je préfère etre vegetarienne que manger des insectes toujours la meme chose etre productif au moindre cout; déjà la viande en petite quantité mais les petites bestioles pas du tout

    • Bien dit mimine!!! Je pense que ce sera le cas pour moi aussi! je mettrais jamais un insecte dans ma bouche.

Moi aussi je donne mon avis