Made in Bangladesh : reportage photo de Jules Toulet

La fièvre du textile et du prêt-à-porter a envahi le Bangladesh, ce pays de 160 millions d’habitants. Depuis quelques années, des ateliers de couture, loin des standards occidentaux, voient le jour. Ici, pas de main d’oeuvre féminine, les machines ne sont loin d’être alignées au centimètre et il y a ni salaire horaire, ni contremaître. Photo reportage de Jules Toulet.

Rédigé par Séverine Bascot, le 19 Mar 2016, à 8 h 00 min

La télévision est l’une des principales distractions dans les ateliers. De nombreuses chaînes indiennes et occidentales sont disponibles. Les ouvriers, majoritairement illettrés, nourrissent de nombreux fantasmes sur les États-Unis et l’Occident, notamment dus aux programmes grand public qui valorisent les self-made men et le matérialisme.

Jouer aux cartes pour se distraire © Jules Toulet

Jouer aux cartes pour se distraire © Jules Toulet

Tard dans les ateliers, les tailleurs jouent beaucoup au « menteur ». Un jeu très populaire qui donne lieu à de vifs échanges.

Grande fraternité entre les travailleurs © Jules Toulet

Grande fraternité entre les travailleurs © Jules Toulet

De part l’importante intimité qu’ils partagent au quotidien, les tailleurs entretiennent une grande fraternité entre eux. De plus, certains viennent du même village ou encore de la même famille.

Moments de détente © Jules Toulet

Moments de détente © Jules Toulet

Mordus de cricket, les adolescents jouent le vendredi sur le toit d’un building. Juchés à 25 m de hauteur sans garde-corps, ils ne semblent pourtant pas soucieux pour leur sécurité.

Illustration bannière : Dans les ateliers de confection textile au Bangladesh – © Jules Toulet
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis