Made in Bangladesh : reportage photo de Jules Toulet

La fièvre du textile et du prêt-à-porter a envahi le Bangladesh, ce pays de 160 millions d’habitants. Depuis quelques années, des ateliers de couture, loin des standards occidentaux, voient le jour. Ici, pas de main d’oeuvre féminine, les machines ne sont loin d’être alignées au centimètre et il y a ni salaire horaire, ni contremaître. Photo reportage de Jules Toulet.

Rédigé par Séverine Bascot, le 19 Mar 2016, à 8 h 00 min
Logement des travailleurs dans les ateliers de confection © Jules Toulet

Logement des travailleurs dans les ateliers de confection © Jules Toulet

Cet espace de 9 m² est originellement destiné au stockage des produits textiles. Trois ouvriers y vivent désormais, en contrepartie d’un loyer de 1500 takas (environ 15€) par mois. Les tailleurs ne tiennent que quelques années dans ces conditions. Vers l’âge de 40 ans, certains retournent dans leurs villages et créent un atelier de couture, d’autres s’achètent une machine et proposent des retouches minute dans la rue. Leur expérience dans ces buildings est un gage de qualité et leur assure la reconnaissance.

Repas frugal © Jules Toulet

Repas frugal © Jules Toulet

Les repas sont pris à toute heure de la journée et sont assez sommaires. Ils se composent de riz au curry avec un piment vert, ainsi que des légumes tels que des carottes, des courgettes, ou des concombres. Les repas sont livrés dans des boîtes rondes en aluminium moyennant 30 takas (30 centimes d’euros).

Vendeur de brioches © Jules Toulet

Vendeur de brioches © Jules Toulet

Des vendeurs ambulants passent régulièrement dans les ateliers, comme cet homme qui vend des brioches dont les Bangladais sont très friands.

Lire page suivante  : Les sanitaires et l’intimité

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis