Made in Bangladesh : reportage photo de Jules Toulet

La fièvre du textile et du prêt-à-porter a envahi le Bangladesh, ce pays de 160 millions d’habitants. Depuis quelques années, des ateliers de couture, loin des standards occidentaux, voient le jour. Ici, pas de main d’oeuvre féminine, les machines ne sont loin d’être alignées au centimètre et il y a ni salaire horaire, ni contremaître. Photo reportage de Jules Toulet.

Rédigé par Séverine Bascot, le 19 Mar 2016, à 8 h 00 min
Enfant au travail dans les ateliers du Vieux Dhaka © Jules Toulet

Enfant au travail dans les ateliers du Vieux Dhaka © Jules Toulet

Dans ces ateliers du vieux Dhaka, les enfants sont nombreux à travailler. Aspirant à obtenir un travail plus gratifiant par la suite, ils sont considérés comme des apprentis qui doivent d’abord faire leurs preuves. Bien que le Bangladesh interdise le travail des enfants de moins de 14 ans depuis 2006 et qu’il ait ratifié la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant, les contrôles sont inexistants et la corruption omniprésente.

Enfant au travail © Jules Toulet

Enfant au travail © Jules Toulet

Ce jeune garçon a 11 ans et a quitté son village poussé par son oncle qui ne pouvait subvenir à ses besoins. Depuis deux ans, il travaille sur cette machine complexe et capricieuse qui sert à coudre les trois bandes de la marque Adidas. Sujette à de nombreuses pannes elle fait perdre un temps précieux. Malgré la rigueur et l’ennui de la tâche, celle-ci lui assure une relative sécurité. Ces produits contrefaits alimenteront les bazars de Dhaka.

Dans les ateliers © Jules Toulet

Dans les ateliers © Jules Toulet

Cet atelier est spécialisé dans la confection de costumes sur mesure. Les hommes à gauche se chargent de l’assemblage des nombreuses pièces de tissus. Les enfants sont occupés sur de petites et répétitives besognes comme l’application des renforts de cols et de poches. Ils ne sont pas payés, mais sont nourris et formés au métier de couturier. C’est un apprentissage dont ils sont fiers et qui leur assure un avenir professionnel.

Lire page suivante  : Le quotidien dans les ateliers

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis