Les vêtements en bambou sont-ils vraiment écologiques ?

Les vêtements en bambou sont généralement présentés comme des textiles écologiques. Or ils sont souvent fabriqués en viscose de bambou, dont la fabrication est polluante.

Rédigé par Nolwen, le 24 Aug 2017, à 14 h 52 min

Les vêtements en bambou, doux mais polluants

La majorité des vêtements en bambou sont donc en viscose de bambou. Or, pour fabriquer cette matière textile, il faut faire appel à une transformation chimique qui peut être très polluante.

La viscose de bambou : une fabrication qui n’est pas sans impact

La viscose de bambou est en effet une fibre artificielle, pas tout à fait synthétique mais pas naturelle non plus, issue d’une matière première (le bambou) chimiquement transformée, tout comme pour la viscose de bois.

  • .Le bambou est tout d’abord réduit en poudre pour être reconditionné en fibres via un processus qui est lourd et pas du tout écolo.
  • Il faut alors extraire de la viscose de la cellulose du bambou pour ensuite la dissoudre dans de la soude caustique.
  • Elle sera ensuite extrudée dans une solution de sulfate de soude et d’acide sulfurique, après avoir été dissoute dans de la soude caustique.

Moralité, à partir d’un matériau écologique, le bambou, on obtient un produit « vert » mais dont le bilan écologique n’est pas très bon du fait de son processus de production.

Par ailleurs, la viscose de bambou n’a pas forcément les mêmes propriétés que le bambou naturel non transformé : un fabricant ou un vendeur doit démontrer les propriétés anti-bactériennes, anti-odeurs ou anti-UV de sa viscose, par des tests prouvant que les propriétés du bambou sont intactes, car cela n’est pas inhérent à tous les textiles.

Conseil pratique :

Vérifiez donc les étiquettes des textiles en bambou « bio » ou « écologique » : il y a des chances d’y trouver de la viscose de bambou.

Fibres de bambou : que disent les étiquettes ?

En ce qui concerne le bambou,  il n’y a pas dénomination officielle mais l’AFNOR a publié  des recommandations (2) : il peut y avoir deux sortes d’étiquetage selon le mode d’exploitation du bambou :

– Soit les fibres sont issues du liber de la plante ou de parties séchées et découpées de la plante, on obtient alors une fibre naturelle que l’on peut étiqueter « fibres de bambou ». Ce cas est relativement rare et il n’y a en fait que très peu de fibres de bambou sur le marché.

– Soit les fibres de bambou sont fabriquées à partir de la cellulose régénérée du bambou et transformées par les procédés « viscose » ou « lyocell », on obtient alors une fibre artificielle que l’on doit étiqueter comme tel. Il s’agit du cas de loin le plus fréquent.

Illustration bannière : une Coréenne dans une forêt de bambous – © Savvapanf
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. « Oeko-Tex standard 100 » certifie des produits en viscose de bambou.Ces textiles sont-ils aussi polluants dans leur fabrication ? Ce serait contraire à leur certification mondiale, non ? Votre titre est un peu réducteur ou je suis mal informée ?

  2. Bonjour,
    Il faut quand meme signaler que les usines fabriquant la viscose recyclent leurs solvants et eaux de mieux en mieux (votre article date de 2011) donc de moins en moins de pollution liée a cette étape.
    De plus il faut faire la comparaison avec les autres fibres.
    L’ article donne un point de vue un peu péjoratif, alors qu ‘en terme de consommation de terres arables, d’ eau, de solvants, d’ engrais, pesticides… le bambou est souvent bio au depart. Quid du coton, des polyesters, de la soie… du cuir???

    Merci

  3. bonjour,

    auriez vous donc des marques ou entreprises que l’on peut mettre en avant sur la qualité écologique réelle de leurs produits ?
    merci

  4. Bonjour
    Ce qui m’intéresse c’est une comparaison avec le cotton , le synthétique et autres fibres pour savoir qu’elle est celui qui a le moins d’impacte sur la nature à la fabrication , mais aussi au reciclage et non pas rejeter ce produit parce qu’il n’est pas parfait bienqu’il apporte un mieux ; la critique doit être comparative rien n’est parfait !

  5. bonjour,
    Je voudrais vous signaler que les marques Lyocell propose des fibres de bambou écologique.
    Par lyocell (marques déposées : Lenzing LYOCELL®, TENCEL®, ALCERU®, NEWCELL®…), on entend une fibre produite à partir de pulpe de bois (feuillus, eucalyptus, bambous…), la cellulose est concassée et dissoute dans du monohydrate de N-oxyde de N-méthylmorpholine (NMMO), un solvant non toxique utilisé en cosmétique; le produit résultant est de consistance similaire au miel, mais durcit au passage dans la filière. Il ne s’agit pas d’un sous-produit des fibres de viscose, mais plutôt des fibres de rayonne.
    cordialement
    Francis Letellier

    • oui mais c’est pareil pour produire le produit chimique que vous utilisez c’est très polluant
      l’écologique du produit est donc toute relative
      Mais reconnaissons que c’est un excellent argument de vente.

      Sans parlez des conditions de la culture du bambou dans le monde qui se dessine actuellement comme une exploitation industrielle « conventionnelle ».

  6. Est-ce que le bambou sert pour tuer les bactéries ?

    • Jean-Marie

      Bonjour
      En soi, ce n’est pas le bambou qui agit contre les bactéries car le bambou n’est pas un bactéricide.
      C’est parce-qu’on ajoute un puissants bactéricide; l’ammonium quaternaire, à la viscose de bambou que les vêtements à base de bambou ont cette réputation bactéricide. L’amonium permet d’inhiber ou de ralentir la multiplication des bactéries dans le tissu du vêtmeent, mais l’ffet bactéricide s’atténue doucement au fil des lavages successifs.

Moi aussi je donne mon avis