Mieux vaut systématiquement laver les vêtements neufs avant de les porter

Dans un rapport publié mercredi 4 juillet, l’Agence nationale de sécurité de l’alimentation et de l’environnement pointe du doigt la présence de certaines substances allergènes, mais aussi cancérigènes, dans les vêtements. Les scientifiques souhaiteraient une réglementation sur le taux maximal de nickel autorisé et un étiquetage pour indiquer la présence de ces substances chimiques.

Rédigé par MEWJ79, le 5 Jul 2018, à 10 h 05 min

Métaux lourds, substances allergisantes, voici ce qu’a découvert l’Anses dans des vêtements neufs  qu’elle a testés. L’Agence alerte quant à la nécessité de les laver avant de les porter.

Des substances allergisantes voire cancérigènes dans les textiles neufs

En pleine période de soldes, voici des recommandations qui tombent à pic. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a rendu un avis ce mercredi 4 juillet et alerte sur la présence de plusieurs substances potentiellement allergisantes, voire cancérigènes dans certains vêtements et chaussures. Elle invite donc les acheteurs à laver systématiquement tout textile neuf avant de le porter, pour éviter les risques au maximum.

Si un passage en machine réduit fortement l’exposition des produits, les autorités sanitaires préconisent d’aller plus loin. L’Anses interpelle les professionnels pour qu’ils baissent le maximum réglementaire du chrome 6 dans les articles en cuir notamment, suite à des réactions allergiques observées après des expositions assez courtes. Les scientifiques souhaiteraient aussi que leurs conclusions entraînent une réglementation sur le taux maximal de nickel autorisé dans les textiles, comme c’est déjà le cas pour les jouets, les cosmétiques et les bijoux. Enfin, il serait possible d’indiquer la présence de ces substances chimiques sur les étiquettes.

Des produits toxiques et des métaux lourds que le lavage ne retire pas systématiquement

Pour parvenir à ces conclusions, l’Agence a analysé des textes scientifiques puis a effectué plusieurs essais sur des vêtements neufs et des chaussures ayant entraîné des plaintes de clients. Les résultats ont confirmé la présence d’un cocktail de produits : benzidine, de chrome VI, de nickel, mais aussi de colorant azoïque ou encore de formaldéhyde… « Des métaux lourds (cobalt, cuivre, antimoine, plomb, cadmium, mercure) ont été identifiés dans 16 % des échantillons textiles » est-il indiqué dans le rapport.

Et ce n’est pas tout : des substances pouvant entraîner des dermatites de contact comme la 1,4-paraphénylènediamine ont été détectées. Or, l’Anses pointe du doigt que le lavage n’élimine pas la totalité des substances nocives, et peut même parfois libérer des substances à risque pour les peaux sensibles, comme pour cette 1,4-paraphénylènediamine, dans 20 % des vêtements testés. Afin d’améliorer les données et déterminer toutes les substances présentes, l’Anses poursuit son étude jusqu’en octobre avec des dermato-allergologues, des toxicologues et des patients.

Illustration bannière : Vêtements neufs ? – © Maridav
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis