Un textile écolo qui a la fibre verte, c’est quoi au juste ?

Rédigé par Jean-Marie, le 9 Apr 2014, à 9 h 27 min

De plus en plus de marques de mode et de vêtements se convertissent aux textiles écolo ou se disent des marques éthiques. Et l’argument porte, chacune des étapes de la production d’un vêtement est une occasion pour laisser entrer un polluant. De la case agriculture à la case fabrication ou distribution, les textiles peuvent pourtant minimiser leur impact environnemental.

L’empreinte écologique des textiles est difficile à évaluer

Les industriels eux-mêmes s’y perdent entre tous leurs textiles

Pas facile d’être précis et exhaustif du fait de la complexité de la chaîne de fabrication, de distribution puis de recyclage d’un vêtement ou d’un accessoire de mode. Les professionnels eux-mêmes ont du mal à appréhender tout l’impact écologique des fibres qu’ils utilisent ou des processus de fabrication.

Si les fabricants textiles ont eux aussi du mal à savoir de quoi sont faits leurs textiles, c’est qu’ils n’en connaissent en général pas l’origine exacte. La filière textile est si compétitive et complexe sur le plan mondial qu’elle rend la traçabilité des produits difficile. Et donc c’est vous, le consommateur, qui devra se renseigner sur les procédés de teinture et de finition.

écolo-textile-fibre-verte

Qu’y a-t-il exactement dans ces jolis pulls ? Dur à dire…

Les vêtements ne sont pas les seuls textiles concernés

De nombreux textiles sont concernés

Quant on pense “textiles”, on pense évidemment aux vêtements mais il faut aussi penser à toutes les utilisations du textile qui est de plus en plus présent partout :

  • Le linge de maison : les draps dans lesquels on se couche, etc.
  • L’ameublement : le canapé sur lequel on s’assoit, …
  • La voiture : le siège de la voiture
  • Le sport qui consomme de plus en plus de textiles techniques à forte valeur ajoutée technologique
  • Les chaussures (et le cuir) et les accessoires de mode
  • Et même l’habitat, car le textile sert de plus en plus comme matériau de construction : le lin, aussi bien que le carbone ou, autre exemple, chanvre et lin, c’est du béton.

Le saviez-vous ? Le marché textile en France

En effet, en France, en 2011, on a mis sur le marché soit 700 000 tonnes de textiles d’habillement, linge de maison et chaussures. Cela représente 11 kilos par an et par habitant, dont 80 % de vêtements, 8 % de linge de maison et 12 % de chaussures.

L’impact d’un textile sur la santé ET sur l’environnement

Si tous les produits incriminés ne sont pas forcément toxiques pour la peau, ils peuvent néanmoins l’être pour l’environnement. Les produits utilisés lors de la fabrication, de la teinture ou du lavage des vêtements peuvent parfois les retrouver dans les eaux usées, et de là, finir dans la nature, voire et dans la chaîne de l’eau potable. Leur utilisation n’est donc pas anodine.

Textiles – de quoi faut-il se méfier ?

Tout d’abord ce sont les matières premières qu’il faut regarder. Utilise-t-on des matières synthétiques ou bien naturelles comme du coton ou du lin ? Ensuite, ces matières sont-elles cultivées à coups d’insecticides, d’engrais et de pesticides ? Quel est le bilan en eau virtuelle de cette matière ?

A quels niveaux un textile est-il (ou non) écolo ?

Pour juger de si un vêtement est écologique ou non, il faut prendre en compte trois critères que nous vous résumons dans le tableau ci-dessous :

La culture
des fibres
La fabrication
et la distribution
L’utilisation et
le recyclage
Fibres végétales (Coton, lin, chanvre..), animales (laine,…) ou polymères d’origine bio ?Quels sont les produits employés ?Pesticides, insecticides, engrais, eau virtuelle utilisée pour la culture, … Quels sont les produits   ajoutés aux matières premières ?Colorants et teintures, fixateurs, imperméabilisants, ajouts de plastique, phtalates, métaux, produits ignifugés, NPE… L’impact carbone d’un circuit de fabrication mondialisé et du transport tout au long de la chaîne de fabrication et du circuit de distribution. Quels labels sur le produit ou la chaîne de valeur ? L’impact de la lessive : quantité d’eau, les détergents (lessive, adoucissant, anti-tâches, parfums), le nettoyage à sec, …Quelle 2ème vie des produits : occasion, recyclage, don, transformation en matériau ou en isolant ?Les Français consomment 17 kg de textile par an et par habitant. Chiffons, vêtements usagés… les ménages produisent environ 1/4 des déchets textiles récupérés chaque année en France.

Sachez qu’en règle générale, l’impact écologique du coton, la fibre la plus utilisée au monde, est fort mauvais, essentiellement à cause de la gourmandise en eau de la culture du coton. Ainsi, un T-shirt peut consommer pour sa production  jusqu’à 25 000 litres d’eau et émettre 5,2 kg de CO2 (autant que 27 km en avion).

Heureusement, le coton biologique est moins gourmand en eau et en adjuvants chimiques.

coton-textile-biologique

Que d’eau pour faire pousser cette adorable petite boule de coton !

Concernant le traitement des tissus, il faut vérifier quels sont les colorants ou les produits traitants utilisés. En effet, si l’on utilise du coton bio, mais qu’on le teint avec des substances chimiques douteuses, on n’a pas un textile sain de toute pollution potentielle.

L’impact écologique des teintures pour textiles est loin d’être négligeable

L’industrie textile est responsable de 17 à 20 % de la pollution de l’eau dans le monde. Les teintures textiles consomment 10.950.000.000 litres d’eau chaque jour, une quantité énorme d’eau pour une activité qui est fort polluante.

L’eau utilisée chaque année dans le monde pour faire des teintures textiles représente de quoi remplir 1,6 millions de piscines olympiques. Pour vous donner une idée en temps réel des quantités d’eau utilisées par l’industrie du textile, vous pouvez par exemple voir sur le Planétoscope la consommation d’eau pour teindre des textiles (statistique en temps réel).

*

Page suivante : les substances à éviter

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Article plutôt intéressant, merci. En revanche, quel style rédactionnel rédhibitoire ! L’article est bourré de fautes de syntaxes ce qui le rend désagréable à lire !

    Pour préciser l’un des commentaires : effectivement, pour les marques éthiques, les procédés plus responsables se traduisent par un prix plus élevé que dans les enseignes de Fast Fashion. La qualité se paye, certes, mais au delà c’est une réflexion plus globale à avoir sur nos modes de consommation. Ai-je réellement besoin de ce énième haut marinière alors que j’en possède déjà 3 dans la penderie ? Est-ce que je préfère acheter deux paires de bottines de qualité moyenne (et de fabrication souvent contestable) ou une seule paire plus solide et respectueuse des hommes et de l’environnement ?… Est-ce que je ne peux pas trouver tel article sur les sites de vente en seconde main ? A chacun de décider et d’essayer de consommer plus raisonnablement, à sa manière et selon ses moyens.

  2. Bonsoir,
    Je cherche du tissu style “polaire” pour faire des vêtements chauds à mes petits enfants et à leurs amis… j’ai de bonnes idées mais pas le tissu.
    Un tissu stretch, doux et chaud écolo existe-t’il dans des couleurs qui plaisent aux enfants – filles – garçons.
    Motifs bienvenus.
    Françoise

  3. Bonjour,

    Et si au lieu de vouloir faire moins mal, on cherchait à faire bien? Il ne s’agirait plus de réduire notre impact négatif mais plutot d’avoir un impact positif… Et faire des vetements non toxique, 100% recyclable ou biodégradable, avec des systèmes de production qui purifient l’air et l’eau, qui utilisent de l’énergie renouvelable et qui garantissent aussi une éthique juste et équitable. tout ca on sait le faire grace au cradle to cradle. Alors rendez nous visite c2ccommunity.org

  4. Malheureusement le prix des articles est souvent rédhibitoire. Il faut chercher longtemps pour trouver des vêtements, et surtout des chaussures abordables

  5. Mhmm… hypoallergéniques… petite rectif 😉

  6. Bonjour,
    Pourquoi ne pas rajouter á la liste des marques 100% écolo les entreprises allemandes suivantes: LIVING CRAFTS, LEELA COTTON, ENGEL… ou GRAND STEP SHOES ?
    On peut trouver leurs produits en ligne sur leurs propres sites Internet ou sur quelques sites français comme Comptoir Biosud.
    Leur gamme s’élargit tous les ans, y compris pour les adultes.
    Très utile quand on cherche des vêtements hypollargéniques et qu’on vit en France 🙂
    Bonne continuation !

Moi aussi je donne mon avis