C’est quoi une fibre textile écolo ?

Face à la fast fashion, de plus en plus de marques et de consommateurs se mettent au textile écolo. On décrypte pour vous les étiquettes.

Rédigé par Jean-Marie, le 5 May 2021, à 12 h 00 min
C’est quoi une fibre textile écolo ?
Précédent
Suivant

Les substances à éviter dans les textiles

Vous pensez que votre t-shirt n’est fait que de textile ? Si on y regarde un peu plus près, il contient de nombreux substances dangereuses, voire toxiques ; certaines d’entre elles sont même interdites en Europe.

Il s’agit de résidus de substances utilisées lors de la culture, de produits utilisés pour la coloration ou d’autres produits ajoutés au tissu pour qu’il possède telle ou telle propriété.

La mode toxique

En 2012 déjà, l’ONG Greenpeace a publié une enquête sur les dessous toxiques de la mode(3).
Les résultats de l’enquête montrent une utilisation courante de produits toxiques, même chez les grands noms de la mode. Les substances notamment incriminées ? Des phtalates, des colorants cancérogènes, et des NPE (éthoxylates de nonylphénol), des perturbateurs endocriniens.

mode toxique

La teinture peut être une étape très toxique © somchaiito

Les NPE sont des matières interdites depuis 2003 en Europe. Pour Greenpeace, « le lavage des vêtements, puis leur mise en décharge, provoque le rejet de NPE dans l’environnement, où ils se dégradent en nonylphénol (NP), une substance toxique même à très faible dose, qui s’accumule dans les sédiments, atteint la nappe phréatique et se retrouve dans la chaîne alimentaire par bioaccumulation. » Or dans son enquête, l’ONG a retrouvé ces substances toxiques dans les deux tiers des vêtements analysés.

Certains habits, comme ceux de la marque Zara, contenaient également des colorants azoïques, interdits en Europe depuis 2002. Ceux-ci libèrent au cours de leur vie des composés cancérigènes.

Les phtalates également ont été interdits dans les articles pour enfants en France, mais il se retrouvent dans la majorité des textiles analysés. Même à faible dose, ils peuvent perturber le système reproducteur.

Le magazine Envoyé Spécial a également réalisé un reportage sur la mode toxique en 2014. Une ancienne vendeuse de prêt-à-porter témoigne : elle a subi quatre fausses couches, qu’elle doit selon elle à la manipulation quotidienne de vêtements contenant des substances toxiques.

Les textiles peuvent comporter d’autres composés toxiques : composés perfluorés, formaldéhyde, pour les textiles dits sans repassage, retardateurs de flamme pour les textiles de voiture ou d’ameublement, accusés d’être des perturbateurs endocriniens. Le DMF ou diméthylfumarate est aussi interdit en France depuis 2008, mais est utilisé en Asie comme anti-moisissures. Cette substance est susceptible de provoquer d’importantes allergies.

Lire page suivante : réduire l’impact écologique des vêtements

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. Article plutôt intéressant, merci. En revanche, quel style rédactionnel rédhibitoire ! L’article est bourré de fautes de syntaxes ce qui le rend désagréable à lire !

    Pour préciser l’un des commentaires : effectivement, pour les marques éthiques, les procédés plus responsables se traduisent par un prix plus élevé que dans les enseignes de Fast Fashion. La qualité se paye, certes, mais au delà c’est une réflexion plus globale à avoir sur nos modes de consommation. Ai-je réellement besoin de ce énième haut marinière alors que j’en possède déjà 3 dans la penderie ? Est-ce que je préfère acheter deux paires de bottines de qualité moyenne (et de fabrication souvent contestable) ou une seule paire plus solide et respectueuse des hommes et de l’environnement ?… Est-ce que je ne peux pas trouver tel article sur les sites de vente en seconde main ? A chacun de décider et d’essayer de consommer plus raisonnablement, à sa manière et selon ses moyens.

  2. Bonsoir,
    Je cherche du tissu style « polaire » pour faire des vêtements chauds à mes petits enfants et à leurs amis… j’ai de bonnes idées mais pas le tissu.
    Un tissu stretch, doux et chaud écolo existe-t’il dans des couleurs qui plaisent aux enfants – filles – garçons.
    Motifs bienvenus.
    Françoise

    • le « tissu polaire » est fabriqué avec du plastique recyclé comme les bouteilles, il n’est pas du tout écolo ! A chaque lavage, il relâche des micro-particules de plastique dans l’eau, idem pour les matières synthétiques fabriquées à base de pétrole.

  3. Bonjour,

    Et si au lieu de vouloir faire moins mal, on cherchait à faire bien? Il ne s’agirait plus de réduire notre impact négatif mais plutot d’avoir un impact positif… Et faire des vetements non toxique, 100% recyclable ou biodégradable, avec des systèmes de production qui purifient l’air et l’eau, qui utilisent de l’énergie renouvelable et qui garantissent aussi une éthique juste et équitable. tout ca on sait le faire grace au cradle to cradle. Alors rendez nous visite c2ccommunity.org

  4. Malheureusement le prix des articles est souvent rédhibitoire. Il faut chercher longtemps pour trouver des vêtements, et surtout des chaussures abordables

  5. Mhmm… hypoallergéniques… petite rectif 😉

  6. Bonjour,
    Pourquoi ne pas rajouter á la liste des marques 100% écolo les entreprises allemandes suivantes: LIVING CRAFTS, LEELA COTTON, ENGEL… ou GRAND STEP SHOES ?
    On peut trouver leurs produits en ligne sur leurs propres sites Internet ou sur quelques sites français comme Comptoir Biosud.
    Leur gamme s’élargit tous les ans, y compris pour les adultes.
    Très utile quand on cherche des vêtements hypollargéniques et qu’on vit en France 🙂
    Bonne continuation !

Moi aussi je donne mon avis