Le cernier cerné de toutes parts

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 26 Feb 2014, à 18 h 03 min

Le cernier, gravement menacé par la pêche

La première menace qui pèse sur le cernier est la pêche.

En 2008, le chalut haute mer pêchecernier atlantique représentait 30 % de la valeur des captures des poissons d’eaux profondes en Europe.

La pêche en eaux profondes est un désastre pour la faune et la flore marine.

cernier en dangerIl suffit d’une seule passe d’un navire de chalut profond pour que 4 000 ans de croissance de biodiversité soient totalement détruits.

Taille minimum de capture : 45 cm en Méditerranée. En revanche, il n’y a pas de taille minimum de capture en Atlantique ni en Manche.

En Méditerranée, un moratoire interdit la pêche sous-marine de cernier commum.

Les stocks d’eaux profondes en Atlantique

stock cernierLe cernier est un poisson … rouge vif !

On peut souvent lire que les stocks de poissons d’eau profonde en Atlantique sont relativement sains. Pourtant, le Conseil International pour l’Exploration de la Mer CIEM alerte. Ainsi, parmi 54 espèces de poissons d’eau profonde présentes en Atlantique Nord-Est(1) :

21 espèces sont considérées comme épuisées ou à haut risque d’épuisement.

• les stocks de 26 autres espèces – dont le cernier – sont totalement inconnus ; un ou plusieurs stocks de 4 autres espèces sont également inconnus, ou on manque de données.

5 espèces ont un ou plusieurs stocks qui sont dans un état stable ou légèrement négatif

• seules 3 espèces bénéficient de stocks considérés comme étant en bon état.

Le cernier est donc un poisson « feu rouge » : nous vous conseillons de ne pas le consommer puisque l’espèce est menacée. De nombreux autres poissons peuvent être consommés sans mettre en danger la biodiversité ! Retrouvez-les dans la catégorie « feu vert » du guide poissons.

*

Je réagis

Retrouvez tous les poissons à consommer un peu, beaucoup, ou pas du tout :

 

(1) Source : bloom association. Photo à la Une : Gem.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis