La lingue bleue, victime de la pêche en eaux profondes

Manger du poisson, c’est sain et c’est bon. Mais d’un autre coté, la surconsommation et la surpêche vident les océans et on craint une pénurie globale de poissons à un horizon assez proche. Continuons le guide des poissons avec cette fois la lingue bleue, poisson des eaux profondes menacé.

Rédigé par Annabelle, le 16 May 2012, à 17 h 55 min

Les stocks préoccupants de lingue bleue

La lingue bleue ou julienne se trouve en mer du Nord, dans la Manche et dans l’océan Atlantique.

Selon l’Ifremer, il est difficile d’évaluer l’état des stocks de manière précise. L’une des raisons invoquées est la méconnaissance de l’extension géographique de l’espèce. Il est également compliqué de déterminer l’âge des spécimens, ce qui rend l’évaluation de l’état des stocks halieutiques sur la base de la pyramide des âges des populations trouvées impossible.

source : Ifremer.fr

Les données scientifiques permettent tout de même de délimiter des quotas par zone de pêche, symbolisées sur la carte ci-dessus par la couleur rouge, zone dans laquelle la lingue bleue ne se trouve plus dans les limites biologiques de sécurité et par la couleur orange où elle est surexploitée par rapport à son taux de reproduction.

La lingue bleue est en voie de raréfaction dans toutes les zones européennes de pêche. Le CIEM (Conseil International pour l’Exploration de la Mer) a estimé que le chalutage de fond est responsable d’une chute des stocks de l’ordre de 75 %.

Protection de la lingue bleue

La lingue bleue ou julienne est pêchée depuis les années 1970. En 1988, on en pêchait 20 000 tonnes. En 2004, le tonnage est passé à 8 000.

En 2006, l’Ifremer a estimé que l’arrêt de la pêche de la lingue bleue devenait une nécessité. Mais pour être efficace et comme elle est parfois pêchée en même temps que d’autres espèces non menacées, il faudrait en plus avoir recours à des fermetures temporaires des zones concernées, afin que la lingue bleue ait le temps de reconstituer ses stocks.

En 2008, les quotas de pêche de ce poisson ont été fixés à 2 102 tonnes pour toute l’Union Européenne. En 2011, le quota a été fixé à 2598 tonnes, réparties de la manière suivante :

  • 1341 t pour la France ;
  • 835 t pour l’Espagne ;
  • 352 t pour le Royaume-Uni ;
  • 24 t pour l’Allemagne .

Aujourd’hui, les aires de reproduction de la lingue bleue sont protégées. Mais pour empêcher que ce poisson ne disparaisse, il faut éviter de le consommer ! Cela vaut d’ailleurs pour tous les poissons d’eaux profondes…

 

Les apports nutritionnels pour 100 g de lingue :

La chair de la lingue est peu grasse (moins de 1 g de lipides pour 100 g) et délicate. Sa teneur en protéines est très bonne (20 g pour 100 g) ? Sa chair fine est très digeste.
  • Protéines : 24 g
  • Lipides : 1 g
  • Cholestérol : 51 mg
  • Nutriments et vitamines :
  • Vitamine A : 5 %
  • Vitamine B1 : 12 %
  • Vitamine B2 : 21 %
  • Vitamine B3 : 53 %
  • Vitamine B5 : 7 %
  • Vitamine B6 : 27 %
  • Vitamine B9 : 2 %
  • Vitamine B12 : 27 %

Acheter et conserver la lingue :

La lingue se vend le plus souvent en filets repliés qui laissent voir sa belle chair nacrée blanche.  Conservez la lingue fraîche 2 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur (de 0 et 4 °C). Congelée, la lingue se conserve 2 à 3 mois. La chair de la lingue ne supporte pas bien les mode modes de cuisson longs ; préférez par exemple un court-bouillon.

*

Sur le thème des poissons  :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis