Fraises contaminées aux pesticides et perturbateurs endocriniens

Rédigé par Flor, le 16 Jul 2013, à 16 h 47 min

Les fraises, dont de nombreux Français raffolent, ont été pointées du doigt par une étude. En provenance de France et d’Espagne, ces fruits contiendraient un nombre élevé de différents pesticides et perturbateurs endocriniens, certains même interdits dans l’Union Européenne !

Fraises couvertes de pesticides et perturbateurs endocriniens

fraises-pestcides-PEL’association Générations Futures en collaboration avec le laboratoire Fytolab a effectué une étude montrant des conclusions étonnantes. Des fraises issues de cultures conventionnelles en provenance de France et d’Espagne ont été analysées. Sur les 49 échantillons…

  • 91,83 % contenaient un ou plusieurs résidus de pesticides,
  • 71,42 % renfermaient des pesticides perturbateurs endocriniens (PE).

Les résultats montrent également que les échantillons espagnols contiennent plus de pesticides PE (à 78,26 %) que les français (à 65,38 %). Le taux de résidus trouvés ne dépassaient pas la limite maximale autorisée (LMR), un seul n’était cependant pas conforme : l’acrinathrine (insecticide).

Perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont des particules qui peuvent interférer avec le système endocrinien et créer des dysfonctionnement hormonaux ou bien des troubles et des maladies. Les enfants et les femmes enceintes sont une population particulièrement vulnérable face à ces substances.

Parmi les 37 molécules de pesticides trouvées, 8 sont des perturbateurs endocriniens : chlorpyriphos-ethyl, endosulfan, flutriafol, iprodione, myclobutanil, penconazole, pirimicarb, triadimenol. Ce qui fait de ces fraises un véritable cocktail de produits phytosanitaires ! La DGCCRF1 avait déjà fait état d’une plus grande concentration de pesticides pour les fraises (79,1 % en moyenne) par rapport aux autres fruits (65,9 % en moyenne).

(1) DGCCRF = Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

> Suite : Des pesticides interdits dans l’Union Européenne

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rêvant de voyages aux quatre coins du monde, je me consacre actuellement à l'alimentation et aux sciences sociales. Je m'intéresse en particulier aux...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. Je préfère boycotter les fraises espagnoles, attendre que celles de ma région murissent, et si le prix est un peu plus élevé, en manger moins.
    Si les consommateurs refusent de consommer, ça s’arrêtera, seul le profit domine!
    Donnons notre argent aux producteurs qui se soucient de nous.

  2. quels échantillons? sur combien de producteurs français et espagnols? mon maraîcher en fait il parti? il faudrait être plus précis!!

    • Flor

      Ce sont 26 échantillons français et 23 échantillons venus d’Espagne qui ont été prélevés dans différentes enseignes de supermarchés.
      Pour plus de précisions, un tableau est présent dans l’annexe de l’étude sur le site de generations-futures.fr

  3. Agriculteur = tueur. N’ayons plu peur des mots

  4. Il est inadmissible meme grave de tolérer ces pratiques, que fait le ministre d l’agriculture ?.C’est non assistance aux personnes en danger.

  5. Voici une enquête qui tombe à pic.
    Pesticides ou Santé , faut choisir?
    Soucieux de votre santé et de celle de vos enfants?
    Alors,participez à cette enquête sur le lien entre pesticides et problèmes de santé que vous soyez directement exposé ou non , nous le sommes tous à des degrés plus ou moins dramatiques:

    Pesticides ou Santé, faut choisir?

    web.paysan.free.fr/pesticides/

  6. Cela existerait depuis longtemps.
    Sofie 76

  7. Voilà encore un fruit que je ne mangerai plus, sauf acheté sur le marché.
    Mangez 5 fruits et légumes mais lesquels pour que le bénéfice soit supérieur aux inconvénients ?

    • Acheté sur le marché n’est en aucun cas une garantie. Il faut se tourner vers les agriculteurs de proximité qui font du “bio”.

Moi aussi je donne mon avis