Ferme des Mille Vaches : la construction reprend…

Rédigé par Alan, le 14 Mar 2014, à 15 h 50 min

Nouveau rebondissement dans l’affaire de la ferme des Mille vaches dans la Somme. Une première interdiction a été levée et la construction a désormais repris.

Mille Vaches : la ferme de Drucat inquiète les populations

vaches-elevage-animauxPlus de 80 % de l’élevage en France est intensif, ce que déplorent les Français. C’est ainsi que fin août 2011, le projet de construction de la plus grande ferme-usine de France a été reçu plutôt moyennement par les habitats.

Ce devait être un élevage laitier géant, d’où le nom de Mille Vaches, associé à un méthaniseur de puissance industrielle. Le tout dans une petite commune de la Somme, Drucat.

Les risques interpellent la population de Drucat et des villages voisins, qui se regroupent rapidement derrière l’association NOVISSEN, NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement (plus de 2000 adhérents). Une lutte organisée se met en place, mettant en avant l’environnement, la condition animale mais également la santé ou la sécurité.

Détruire les bâtiments non conformes

vache-animal-herbe-brouter-01Manifestations – notamment au Salon de l’agriculture -, pétition de grande ampleur, réception au cabinet de Cécile Duflot se sont succédé.

Si bien que dans un premier temps, la construction de la ferme-usine des Mille vaches a été stoppée.

L’Etat a ordonné à Michel Ramery, entrepreneur du BTP derrière le projet, de démonter les bâtiments non conformes. En janvier 2014, la décision de stopper la construction des Mille Vaches avait été confirmée par le préfet de la Somme et la ministre de l’Aménagement du territoire.

Ferme-usine des Mille vaches : un permis finalement accordé

Le tribunal administratif n’a pas été du même avis, rejetant la requête en référé de Novissen et la Confédération paysanne. Fi de la zone archéologique, fi des irrégularités… Le projet ne devait même pas être soumis à une étude d’impact… et les “éventuelles irrégularités” qui affecteraient les vache-museau-ferme-animalconstructions en cours d’édification par rapport au permis de construire délivré sont considérées “sans incidence” sur la légalité du permis en question.

ferme des mille vachesLe tribunal administratif considère que le projet ne porte atteinte “ni à la salubrité ni à la sécurité publique“. Il n’y a aucun doute et le permis de construire est bien légitime.

Un permis a été accordé pour 500 vaches et 300 veaux et à terme, 1750 bovins pourraient arriver, pour un projet sur 2 hectares et demi, et une implantation de 19.000 m2. Les travaux peuvent donc se poursuivre, malgré l’opposition des élus locaux et des habitants.

Pour l’instant il ne s’agit qu’un référé et le fond sera traité en audience dans les six mois à venir. Les bâtiments seront donc construits entre les deux et les opposants au projet se montrent pessimistes, supposant que le préfet régularisera, selon les mots de Maître Gégoire Frison, avocat des anti-ferme des Mille Vaches : “Il signera des autorisations provisoires comme beaucoup le font pour des incinérateurs“.

*

ferme des mille vaches

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

80 commentaires Donnez votre avis
  1. un lieu de torture et de souffrance animale au profit de financiers ou de grands groupes des habitants sacrifiés et un non respect de la loi béni par un tribunal en somme une honte

  2. Bonjour CANCER et bonne continuation pour les antibiotiques, bonjour vaches et veaux malsain, et les bébés humains mal nourris ou ayant des problèmes à la naissance. Trop de lait de vache, trop de calcium pour notre progéniture, quand il y a trop de calcium dans le lait de vache, trop d’hormone pour grandir vite ce n’est pas bon pour notre progéniture. Est-ce que tout cela a été vu de près on a tant de scientifiques dans les laboratoires, n’a t-on de renseignement que des mauvais ?

  3. L’humanité s’étiole dans ce monde ou l’homme cherche à améliorer son quotidien en croyant que vivre plus longtemps lui donnera un certain bonheur. Mais à quel prix ? non respect de la flore, la faune, tuer en série pour que certains lobbies des laboratoires pharmaceutiques et des grandes surfaces puissent encore évoluées et s’enrichir en faisant du consommateur un être dénué de bon sens. Nous n’avons pas besoin de viandes tout les jours, ni de matraquage quotidien pour savoir ce qui est bon pour nous.
    En ce qui concerne le travail, cela génère des petits boulots avec Bac+5 payé au SMIC, des agriculteurs qui ne peuvent pas vivre de leur travail, Il faut au contraire rétrécir le champs d’action plus il y aura de proximité plus on pourra gérer notre vie. Cela passera par repenser par soi même et protéger les générations à venir du marketing.
    Heureusement que partie de la jeunesse cultivée se posent les bonnes questions et crées de nouvelles alternatives plus proche de l’homme et de son monde.

  4. une aussi grande exploitation est un non sens économique et agricole car la surproduction de viande et de lait tire automatiquement les prix vers le bas donc moins de revenus pour les agriculteurs.Par contre les primes de la PAC vont profiter à ces industriels de l’ alimentaire qui ne se soucient pas de la qualité de ce qu’ ils produisent.

  5. que dire si ce n’est que les humains sont moins que des merdes

  6. Comment pouvons nous accepter une telle torture pour les vaches et les veaux. Il est fondamentale que ces animaux puissent bouger et vivre dans les champs. Un peu de respect pour eux et pour nous même§

  7. Comment autoriser une telle installation ? Pauvres animaux…Depuis cette autorisation, je ne mange plus de viande ni de laitage.

  8. On fait des élevages de porcs intensif en Bretagne avec une marée d’algue verte sur nos cotes Française .
    Nous entrain de faire la même chose dans la Somme avec ses élevage de vache , que l’homme peut être CON .
    Tous cela pour donner à bouffer aux hommes dans les pays en voie de développement.
    Parce que épandre des lisiers dans des terres nues cela ne sert à rien à part de polluer un peu plus l’environnement avec tous les inconvénients que cela peu encombrer .

  9. Non !

  10. Les vaches doivent vivent en toute liberté , être dans les pâturages broutter l herbe êtres avec leurs petits !! Fouttons leurs la paix

  11. Le projet est tout simplement lamentable ! J’ai d’ailleurs trouvé une pétition intéressante qui vas peut etre empeche cette bêtise! cyberacteurs.org/cyberactions/paysans-vaches-793.html

  12. Bonjour
    On fait bien tant histoire, pour une écurie de 1000 vaches, oui c’est un peut beaucoup, bon ???

    Mais on dit rient, que dans quelque temps, très proche, on va être 9 Milliards d’Habitent

    Aujourd’hui plus de 3 Milliards enfants ne mange pas à leur faim

    Vous dissiez 1000 Vaches bofffffffff

    Pollina

    • Bonjour,

      La faim dans le monde n’est pas une fatalite mais le resultat d’un systeme qui ne prend en compte
      que le marche solvable et qui ne s interesse qu au profit (rentabilite maximum, amoralite, etc…)
      Contester un projet d elevage intensif, c est vouloir justement que cela change et que chacun puisse vivre correctement sur cette terre.

  13. Je ne suis pas particulièrement favorable à l’élevage intensif mais je voudrais un peu temporiser.
    Que ceux d’entre vous qui n’achètent jamais de viande bon marché de la grande distribution ; ne portent aucun vêtement fabriqué en Chine ou en Inde ou au Brésil lèvent la main
    Que ceux qui ne font manger à leurs enfants ni pâte à tartiner, ni produit de restauration rapide, ni pizza surgelée ou commandée qui refusent de manger de la viande au restau maghrébin du coin, lèvent aussi la main
    Enfin que ceux qui prennent leur voiture alors qu’ils pourraient faire le trajet à pied, en transport en commun ou en vélo pour un investissement temps de moins d’un quart d’heure en plus ; qui refusent d’aller en vacances dans ces usines à camping qu’on appelle mobil-homes lèvent aussi la main !
    Hé oui, çà fait pas beaucoup de monde !

    J’ai lu tous les commentaires parus plus haut. Tous ont la nostalgie d’une vie d’antan réputée meilleure. C’est vrai, c’était bien l’époque où l’espérance de vie était de 60 ans, où l’intolérance religieuse allumait des bûchers dans toute l’Europe ; où on mangeait sainement quand on avait les moyens de se nourrir, ce qui n’était pas le cas de tout le monde et bien plus largement que maintenant ; on dégustait la bonne nourriture préparée par une femme qui n’avait pas le droit d’aller à l’école, encore moins à l’université, d’exercer une activité professionnelle, hormis les tâches les plus dévalorisées, et n’avait pas le droit de voter !
    C’était bien ce temps là, pas vrai ?
    Pourtant pour rien au monde je ne voudrais changer d’époque. Et pour ne pas être victime de la dégradation de mes conditions de vie et de santé, je vais à pied ou en transport en commun, voire en vélo ; je mange de la viande quand je peux m’acheter un produit sain qui bien évidemment est plus cher ; j’habite en ville et en immeuble (solution la moins polluante pour la planète). ah j’évite aussi les produits bio élevés à plusieurs milliers de kilomètres de chez moi et qui nécessitent des hectolitres de kérozène pour les acheminer à l’épicerie du coin(du blé ou des pâtes plutôt que des céréales d’amérique du sud par exemple,….).
    Enfin, j’ajoute que PARMENTIER a suscité des réactions similaires à celles émises par l’ignorance de nos contemporains face à toute nouveauté, lorsqu’il a développé la culture de la pomme de terre en France.
    Ce que je veux dire c’est que la vigilance est l’affaire de tout un chacun au quotidien. Observons-nous, corrigeons-nous plutôt que d’élever des anathèmes incantatoires !

    • D accord pour que chacun fasse son auto critique.
      Impossible de revenir en arriere, et pourquoi le ferait on?on vit aujourd hui, non
      Alors si l on regarde ou en est le monde en 2014, on constate: des avancees dans certains domaines (droit des femmes,etc…) mais aussi inegalites flagrantes, exploitation, avidite, competition, non respect des eco systemes, polllution, etc…s opposer a des projets deshumanisants (imaginer 5 a 10 ouvriers travaillant dans une usine a vaches avec leurs veaux entraves!) c est vouloir un monde tout simplement vivable.

  14. Dans tous les secteurs les petits subissent le gigantisme. C’est au tour des producteurs de lait, c’est irrémédiable.
    Je serais contre si tous les producteurs actuels (100 à 200 bêtes) traitaient leurs vaches ” comme avant ”
    Ces gens là n’aiment pas leurs bêtes. Ils peuvent crever !
    Ils ne seront jamais aussi malheureux que leurs vaches !

  15. Ce projet va achever la condition paysanne.
    La condition animal dans ce genre de structure ou est elle?
    Apres avoir vu l’émission hier sur ARTE sur ce genre de fermes aux états unis et constater de la maltraitance sur animal, de la pollution. On ne parle pas des répercutions sur la santé publique…
    C’est une énormité.
    Une vache est un herbivore qui a besoin de pâturer.
    Je suis scandalisée de voir de telles exploitations .
    Qu’allons nous offrir comme agriculture a nos petits enfants.?????
    Je ne suis pourtant pas d’un milieu agricole, mais je me revolte face a ce genre d’agriculture industrielle.

  16. Dans le contexte social et économique actuel, on ne peut qu’être contre un projet de ce type :
    1 Normalement, les vaches sont des herbivores et savent paturer. Dans ce cas elles avalent maïs , soja etc pas de paturage ( ce système consomme énormément d’énergie) donc voué à l’échec à moyen terme.
    2 Socialement, c’est encore pour éliminer l’emploi. Je pense qu’il vaut mieux 40 fermes de 25 vaches que 1 de 1000!
    3 Ecologiquement, on n’en parle pas , ” + il y a de concentration, + il y a de pollution “. C’est 1 régle physico-chimique
    parole d’éleveur

  17. Plus que jamais il faut prendre en main notre pouvoir, celui de consommateur si celui de citoyen est sans cesse baffoué au nom des intérêts de gens sans scrupules et sans âme : ne pas consommer ce qui provient de ces élevages infernaux.
    Mais avant d’en arriver là activer tous les leviers possibles, juridiques, administratifs et politiques,pour empêcher cette horreur de sortir de terre … c’est monstrueux.

Moi aussi je donne mon avis