Et si on devenait ‘locavore’ ? Un petit pas vers une santé globale !

Mangez bien, mangez bon, mangez local… À l’heure de faire le point sur ce que l’on met vraiment dans son assiette, la proposition est séduisante. Être « locavore », c’est tout simplement donner la préférence aux aliments produits à proximité de chez soi.

Rédigé par Véronique Desarzens, le 25 Nov 2016, à 7 h 04 min

Catherine Choffat a signé il y a quelques années « Devenez locavores », un petit livre au contenu percutant pour qui s’intéresse non seulement à ce qu’il consomme, mais aussi aux incidences et répercussions que ses choix ont, à la fois sur sa santé et sur l’environnement.

Biologiste de formation, très intéressée par les questions liées à l’alimentation, elle propose une nouvelle attitude, plus responsable et plus respectueuse. De quoi s’instruire, réfléchir, et surtout, passer à la pratique.

Catherine Choffat : côté santé, pourquoi est-il vivement conseillé de manger « local » ?

Manger « local » ne signifie pas à priori manger sainement. Même en n’utilisant que des produits de proximité, on peut très bien avoir une alimentation déséquilibrée, trop riche en graisse ou en sucre, faite de viandes ou de produits laitiers industriels, où fruits et légumes frais figurent aux abonnés absents.

Par contre, rechercher une alimentation saine, cela implique déjà un choix, celui de sélectionner les meilleurs aliments pour composer un menu répondant à des critères diététiques déterminés. Et dans ce cadre-là, la démarche locavore devient alors naturelle. Elle apporte même un « plus » tout à fait intéressant.

La majorité des aliments qui peuvent nuire à la santé se retrouvent généralement dans les produits dits transformés : plats préparés sous vide ou surgelés, conserves diverses, céréales multiples, desserts, viennoiseries, confitures, crèmes glacées, sodas, etc. À côté de l’aliment de base dont l’origine est rarement précisée, on retrouve pratiquement toujours des adjuvants (agents conservateurs, exhausteurs de goûts, colorants, huile de palme, etc.). Autant dire que ces préparations n’ont pas la couleur locale, le bon locavore va donc les supprimer dans la mesure du possible et sa santé s’en ressentira tout de suite.

fruits-legumes-locavore-On associe souvent la démarche locavore à la recherche de produits frais de saison. Option qui entraîne une variété de menus intéressante, car nous n’avons pas les mêmes besoins en hiver et en été. Les fruits gorgés d’eau nous désaltèreront lors des chaleurs estivales, tandis que les vitamines de la carotte ou du navet seront particulièrement précieuses en hiver. De plus, le respect des saisons amène une rupture de routine dans nos assiettes, ce qui est excellent pour le moral, donc pour la santé.

Au départ, le locavore n’est pas forcément un consommateur bio, mais l’expérience démontre qu’il le devient souvent.

Au chapitre des produits secs ou dits « d’épicerie », il est parfois difficile de se contenter de denrées régionales surtout si on est amateur de café ou de chocolat pour ne citer qu’eux… Ils ne sont certes pas indispensables à la bonne santé.

Une attention toute particulière vis à vis des huiles : celles d’arachide, de coco, de sésame sont étrangères à n’en pas douter. L’olivier ne pousse pas ici, mais le colza oui, les noix et noisettes aussi, le lin et depuis peu la cameline, qui revient après une longue absence. Des huiles régionales pressées à froid sont aptes à nous fournir le bon rapport oméga 3 et 6.

Quant aux céréales, de nombreuses variétés peuvent pousser sous nos climats, malheureusement celles des étalages – même bio – viennent souvent de loin, leurs qualités diététiques sont certainement équivalentes mais pourquoi nos campagnes s’appauvrissent-elles ?

cereales-locavore-alimentationSi l’état de santé se mesure uniquement avec des critères cliniques et biologiques, un consommateur soucieux de manger sainement n’aura pas des résultats inférieurs à celui d’un consommateur locavore qui favorise aussi une alimentation saine. Par contre, ce dernier pourra introduire dans ses critères de santé la satisfaction de participer à la lutte contre le réchauffement climatique, contre l’exploitation des populations pauvres et de leurs terres agricoles. Dans notre société de consommation, c’est un petit pas vers une prise de conscience plus universelle en faveur de la préservation de la Terre et de ses habitants, un petit pas vers une santé globale.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, rédactrice indépendante, orientée mieux-être, santé, environnement, produits naturels et autres potions « maison ».

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis