Quand l’avocat de Californie assoiffe le cultivateur chilien

Rédigé par Nolwen, le 10 Oct 2014, à 13 h 06 min

L’avocat chilien assèche son environnement

Le problème est que ces surfaces ont été plantées sur les sols semi-arides des collines de la vallée centrale du Chili, là où les pluies sont les plus faibles alors même que chaque hectare d’avocatier consomme près d’un demi million de litres d’eau par an, soit autant que pour la culture des citrons ou d’oranges.

avocat chili

Et pour faire court, le Chili ne dispose pas d’assez de ressources en eau pour faire face, et s’est donc mis à pomper ses cours d’eau. Par ailleurs, le renouvellement annuel des stocks d’eau diminue du fait de la sécheresse et de la diminution de la fonte annuelle des glaciers (car les précipitations ont tendance à tomber directement dans l’océan Pacifique plutôt que sur les glaciers).

Cette conséquence du réchauffement climatique est grave car ce sont 20 à 25 % de l’eau des rivières du Chili qui proviennent de la fonte des glaciers. Et le phénomène est aggravé par une sécheresse de plus de 7 ans

L’avocat entre impéritie et avidité ?

Certes on peut toujours blâmer les gouvernements locaux d’avoir fait preuve d’une insuffisante planification et de ne pas avoir su anticiper les problèmes, mais ces effets pervers de notre consommation posent malgré tout des questions morales.

  • Faut-il satisfaire notre goût pour des fruits et légumes ne poussant pas sous nos latitudes et entretenir des effets pervers néfastes pour l’environnement et les populations locales ?

Une solution nous vient à l’esprit : et si on achetait plus d’avocats (de kiwis, de quinoa, …) à des consommateurs locaux, près de chez nous ? Cela semble évident… à part que les volumes en jeu sont tels qu’en réalité on n’arrive pas à produire assez chez des petits cultivateurs pour produire autant que les plantations géantes actuelles de ces pays.

L'eau virtuelle, on en mange plus qu'on en boit !

L’avocat est une bonne illustration du fait que des pays « secs » sont des exportateurs d’eau virtuelle (comme le sont le Maroc ou l’Espagne par exemple) via leurs exportations agricoles.

avocat chilienLa vraie solution serait donc de ne consommer que des produits de saison. Oui mais il ne faudrait pas tomber dans un excès inverse : si les importations des pays riches s’écroulaient brutalement, ce serait également catastrophique pour ces pays et producteurs locaux… Rien n’est simple ?

*

Quinoa Je réagis

(1) http://civileats.com/2014/09/29/are-your-avocados-draining-a-communitys-drinking-water/
(
2) Une acre = 0,404 hectare

L'avocat le fruit qui plaide pour votre santé

L’avocat, le fruit qui plaide pour votre santé

Également sur le quinoa :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. J’ai consommé des avocats cultivés chez un ami habitant près
    de menton. ILs étaient excellents !
    Ne pourrait t’on pas avoir une petite production en France ?

  2. J ADORE L AVOCAT

  3. Il y a beaucoup d’ eau au Chili.Mais les Chicago boys sont passés par là et si il y a aujourd’hui pénurie d’eau au Chili, c’est aussi que le marché privatisé vends l’eau au plus offrant , les compagnies minières pour traiter le minerais de cuivre, au détriment des populations quitte à détourner les cours d’eau et les rivières…

  4. pierre devrait s’informer avant de répondre n’importe quoi. Qu’il regarde les dégâts faits sur la faune, la flore mais aussi sur la population locale… et il changera d’avis…j’espère

  5. L’huile de palme n’a pas causé tant de ravages que ça ce sont des raccourcis colportés par les ONG. Oui l’Indonésie exploite une de ses ressources naturelles mais ça n’a posé de problème à personne en France lorsqu’on a exploité les mines par exemple. La pollution des nappes phréatiques était pourtant avérée. On regarde ce sujet d’un oeil occidental alors que la réalité locale est autre. L’Asie et l’Afrique auraient tort de ne pas se développer en utilisant leurs richesses.

    • Commentaire irresponsable et visiblement intéressé….La déforestation associée à la culture de l’huile de palme met en danger la planète et détruit le climat. Si on ne fait rien, inutile de pleurnicher quand les ouragans séviront partout….

    • et tant pis pour les dégâts causés, tant que nous sommes gouvernés par des gens aussi peu responsables je ne pense pas que l’on puisse évoluer vers le mieux

Moi aussi je donne mon avis