L’eau virtuelle, on en mange plus qu’on en boit !

L'eau virtuelle, on en mange plus qu'on en boit !

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, ce 22 mars, c’est l’occasion de revenir sur un concept un peu abstrait mais qui recouvre une réalité très concrète  : celui d’eau virtuelle. L’eau virtuelle est en effet de plus en plus utilisée comme mesure des enjeux liés à l’eau, au commerce de l’eau et à son utilisation dans le monde. Faisons le point.

La notion d’eau virtuelle

empreinte eau virtuelleLa notion, un peu abstraite, d’eau virtuelle n’est pas sans rapport avec celle d’empreinte écologique ou de bilan carbone. C’est un peu la même manière abstraite d’envisager l’impact d’un bien de consommation en termes de consommation d’eau.

Le concept d’eau virtuelle aide à connaitre l’impact d’un produit ou d’une culture en terme de consommation d’eau. L’eau virtuelle s’exprime généralement en litres d’eau par kilo.

L’eau nécessaire à la production d’un produit

  • Tous les produits de consommation sont concernés car tout nécessite de l’eau. La fabrication des biens nécessite de l’eau, une quantité invisible à laquelle on ne pense pas. Ces quantités d’eau indispensables à la production des biens de consommation sont appelées “eau virtuelle”.
  • Les produits agricoles sont les 1ers consommateurs. Pour produire 1 tonne de céréales, il faut 1 000 mètres cubes d’eau qui peuvent provenir soit de la pluie, des nappes phréatiques, les cours d’eau, la pluie ou de l’humidité du sol.

eau virtuelleLa principale consommation d’eau en France et dans le monde est consacrée à l’agriculture. l’eau et à la production de produits pour l’alimentation humaine ou animale (l’élevage notamment). C’est de loin la production agricole qui requiert la plus grande quantité d’eau : 70 % de l’eau mondiale y est consacrée et notamment 92 % de l’eau douce !

Quantité d’eau virtuelle nécessaire aux cultures

15 % environ de l’eau utilisée dans le monde sont exportés sous forme d’eau virtuelle (1).

  • 9982 litres d”eau pour 1 jeans
  • 5 260 litres d’eau pour 1 kilo de coton
  • 238 litres d’eau virtuelle /kg de maïs ensilage
  • 454 litres d’eau virtuelle kg de maïs grain
  • 524 litres d’eau virtuelle pour 1 kg d’orge
  • 590 litres/kg de pomme de terre
  • 590 litres/kg de blé
  • 590 litres/kg de soja
  • 1600 litres/kg de riz pluvial
  • 5000litres/kg de riz inondé
  • 5263litres/kg de coton

Qui prélève l’eau ?

  • Usage domestique : 350 mds de litres
  • Agriculture : 2 500
  • Industrie : 750

(1) Source : Laserre et Descroix, 2002

L’empreinte en eau de l’humanité

L’eau est essentielle à la vie et cruciale pour la bonne santé des écosystèmes qui assurent un habitat aux différentes espèces, à la production de biomasse et au transport de nutriments.

L’eau permet aussi la production agricole et industrielle. L’empreinte en eau et l’eau virtuelle constituent donc des indicateurs intéressants pour orienter nos choix de façon à réduire notre consommation d’eau, et donc, à réduire la pression exercée sur cette ressource.

  • Si la majorité des citoyens sont conscients de la quantité d’eau qu’ils utilisent pour leurs besoins domestiques, l’eau requise pour produire les biens qu’ils consomment est beaucoup moins connue. Pourtant, l’utilisation de l’eau dans la production agricole est de loin la plus grande responsable du problème que pose la surexploitation de l’eau.

> Au total, ce sont 9 000 milliards de m3 d’eau que l’humanité utilise chaque année, selon les calculs d’une université hollandaise.

Une autre manière de mesurer l’eau virtuelle

eau virtuellePlutôt que calculer l’eau virtuelle en kilos, des chercheurs de l’Université Carnegie Mellon l’ont estimée en unité de valeur, par dollar de marchandise produite.

  • 1 $ de blé ou de coton = 5 000 litres d’eau virtuelle
  • 1 $ de fruit =  1 820 l.
  • 1 $ de sucre = 1 022 l.
  • 1 $ de nourriture pour chien = 750 l.
  • 1 $ de lait ou de tortillas = 530 l.*

La suite > la géographie de l’eau virtuelle