Agro-écologie : comment les agriculteurs s’engagent

En agriculture aussi, on arrête pas le progrès ! Découvrez ces nouvelles technologies qui permettent aux agriculteurs de réduire leur impact sur l’environnement.

Rédigé par consoGlobe, le 11 May 2019, à 7 h 55 min

Faibles revenus, pression productiviste, et pour beaucoup l’impression de ne pas être respectés : le moral de nos agriculteurs n’est pas à la fête. On assiste d’ailleurs de plus en plus à des incidents relevant de l’agri-bashing, cette pratique qui consiste à dénigrer systématiquement le travail des agriculteurs en mettant en avant la pollution, l’utilisation de pesticides, la production de masse et l’élevage intensif…

Pourtant, le monde agricole est aussi en train d’amorcer sa révolution verte et les chiffres le prouve. Hausse des conversions au bio et à une agriculture de conservation des sols, baisse de l’utilisation des antibiotiques vétérinaires, les pratiques s’améliorent en vue d’une agriculture plus responsable… Sans compter sur les nouvelles technologies qui permettent aux agriculteurs de réduire l’impact de leurs activités sur l’environnement. Découvrons comment…

Le matériel agricole de demain

La machinerie agricole se développe profitant des avancées technologiques pour réduire son impact écologique et améliorer les conditions de travail des agriculteurs.

Des machines agricoles de plus en plus perfectionnées © Dobrovizcki / Shutterstock

Les constructeurs rivalisent d’ingéniosité pour proposer des outils agricoles de plus en plus connectés, autonomes et polyvalents, qu’ils s’agisse des tracteurs ou des équipements attelés.

La fin du diesel ?

Pour mettre fin au diesel, ils planchent activement sur l’électrique qui offre un meilleur confort d’utilisation, apporte une plus grande sécurité pour l’agriculteur (en remplaçant les organes de transmission mécanique par des câbles) et limite les émissions de CO2. À terme, c’est l’ensemble du parc matériel, tracteur et outils attelés, qui pourrait bénéficier de la transition vers le tout électrique, d’autant que la production d’électricité à la ferme se développe (comme on va le voir plus bas) !

L’achat de matériel agricole d’occasion

Évidemment, avec le recul du nombre de petites exploitations, les quantités de matériel neuf vendu ne cesse de reculer. Les outils agricoles sont de plus en plus gros et à la pointe des équipements, si bien que leurs prix augmentent considérablement et qu’ils sont hors de portée financière pour les petits et moyens exploitants.

Alors pour un agriculteur, acheter une machine spécifique, du matériel d’élevage ou encore un tracteur agricole d’occasion reste une bonne solution pour s’équiper à un rapport qualité/prix acceptable.

En France, on enregistre d’ailleurs en moyenne un peu plus de 2 fois plus d’immatriculations de tracteurs d’occasion que de modèles neufs chaque année.

Gros matériel agricole – Le saviez-vous ?

Tracteurs et forestiers, engins destinés au travail du sol, machines pour les semis, les cultures et les récoltes… Il existe plus de 450 types différents de machines agricoles fabriquées dans le monde entier !

Le numérique au service de la transition agro-écologique

Les technologies actuelles de robotisation et le numérique permettent aussi le développement d’une agriculture de précision pouvant répondre aux enjeux environnementaux et sociaux du secteur.

La multiplication des start-up de l’Agtech (technologie en agriculture) en est d’ailleurs la preuve : analyses des sols ; suivi des rendements, des troupeaux, des ravageurs et des maladies ; gestion de l’eau et des différents intrants…

Analyse du sol par infrarouges © MONOPOLY91 / Shutterstock

Le système GPS permet également de localiser des animaux ou de ne pas repasser plusieurs fois au même endroit dans un champ par exemple…

En se connectant, l’agriculteur d’aujourd’hui peut avoir accès à des outils parfaits pour accroître la précision de ses interventions dans les parcelles, réduire sa facture d’intrants ou d’eau, gérer les stocks de fourrages, etc.

La robotisation des agroéquipements

Ces dernières années ont aussi vu l’apparition de toutes sortes de robots agricoles et viticoles conçus pour désherber, travailler le sol ou encore assister à la récolte, etc., libérant donc les exploitants de tâches parfois pénibles et réduisant l’épandage d’herbicides.

Lire aussi : Des robots pour remplacer les saisonniers dans les champs après le Brexit !

D’autres solutions, comme les drones, font également partie des innovations technologiques mises au service d’une agriculture plus précise et plus économe en ressources.

Ces avancées technologiques permettent également de faciliter le partage et la mutualisation des données entre tous les acteurs de la filière : exploitants agricoles, chercheurs et entrepreneurs, ce qui peut de fait accélérer la transition agro-écologique…

Les drones font leur apparition dans les fermes © Alexander Kolomietz

Biomasse et énergie : des opportunités pour les agriculteurs

L’agriculture constitue l’un des principaux foyers de biomasse (tirée des milieux forestiers, des milieux marins, des déchets organiques ou encore des effluents d’élevage notamment) à partir de laquelle on peut produire de l’énergie renouvelable.

Utiliser les déchets de production et les lisiers et fumiers pour produire de l’énergie, c’est le défi que relève la méthanisation : en plus d’être une opportunité pour le développement d’un nouveau modèle énergétique, ce procédé peut aussi constituer un atout pour les agriculteurs au niveau économique.

Le méthane produit de l’électricité et de la chaleur par combustion qui peuvent être réutilisées dans l’exploitation pour chauffer des serres par exemple ; il permet également la production de biocarburant pour les engins agricoles. Outre le gaz, le processus aboutit aussi à la production d’un résidu organique nommé « digestat » qui peut aussi servir d’engrais.

Toutes ces dynamiques s’inscrivent dans une volonté de sortir de l’ « agriculture minière » basée sur l’usage du pétrole, qui a conduit conduit au remplacement des intrants renouvelables et des produits d’origine végétale ou animale pour l’énergie, par des produits fossiles ! Toutes ces stratégies de substitution du pétrole ne peuvent qu’être reconnues à défaut d’être saluées…

Illustration bannière : Le numérique au service d’une agriculture plus raisonnée – © Scharfsinn
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis