Produits bio importés. Faut-il les éviter ?

Qui dit engouement pour les produits bio dit développement des fraudes à travers l’Europe. Par conséquent, il n’est pas exclu que certains produits “bio” importés que vous achetez en toute confiance, ne soient en réalité pas plus bio qu’un produit classique…

Un constat inquiétant, quand on sait qu’en dépit d’une surface agricole conséquente,  la France importe 38 % de ses aliments bio.

Produits bio importés, l’arnaque au bout de la chaîne ?

Dans le commerce international, lorsque la demande est supérieure à l’offre, on importe.

C’est ce qui arrive avec les produits bio dont les pays européens et autres pays tiers ont bien du mal à suivre le rythme de croissance.

Produits bio importés, que dit la loi ?

Le Règlement européen 2092/91 assure l’inspection des marchandises bio provenant de pays tiers.

Les pays comme l’Argentine, l’Australie, le Costa Rica, l’Inde, l’Israël, la Nouvelle-Zélande et la Suisse, appliquent une réglementation équivalente pour la production biologique : les produits biologiques de ces pays peuvent être importés librement dans l’Union européenne.

Pour les autres pays tiers, les importateurs peuvent bénéficier d’autorisations des États membres pour importer quelques produits.

Ils doivent cependant démontrer que ces produits répondent à des exigences identiques ou équivalentes à celles des produits biologiques de l’Union européenne et qu’ils ont été rigoureusement contrôlés.

Ces produits biologiques doivent être accompagnés d’un certificat d’importation, contrôlé lors de leur entrée dans l’Union.

Produits bio. Les fraudes épinglées

Peut-on acheter aveuglément des produits biologiques en provenance d’autres pays à travers le monde ? Rien n’est moins sûr car, outre le problème environnemental lié au transport, il semble que la qualité de ces produits varie d’un pays à l’autre…

En effet, selon L’Expansion,  les inspecteurs de l’organisme Ecocert, spécialisé dans les contrôles des produits biologiques, ont remis en cause en Serbie pas moins de 100 tonnes de fruits rouges dits “bio” après avoir découvert que des pesticides avaient été utilisés pour les traiter.

D’après ces spécialistes, la majorité de ces tromperies concerne les pays extérieurs à l’UE tels que la Chine, la Turquie ou encore l’Egypte. Cependant, des pays européens sont aussi montrés du doigt comme l’Espagne et l’Italie.

Ainsi, la Commission possèderait des informations concrètes sur les transgressions les plus graves constatées sur les produits échangés au sein de l’UE.

Lire la suite sur la fraude des produits bio

Lire également sur l’alimentation bio