Les duels produits

Duel écologique : Eau en bouteille vs. eau du robinet

Eau en bouteille vs. eau du robinet

Acheter des bouteilles d’eau ou choisir l’eau du robinet ? C’est un dilemme vite résolu, si on considère l’impact environnemental, mais également santé des alternatives.

Eau en bouteille

Les pour : Garantie de qualité sanitaire, agréable de changer de marque, de goût, image de qualité
Les contre : La fabrication et le transport polluent, lourd à transporter, peu pratique pour les courses, coûteux lorsque l’achat est régulier

Beaucoup d’entre nous commencent leurs courses en remplissant leurs chariots de packs d’eau. Cela est devenu un geste familier. Pourtant si cette industrie est une très belle réussite du point de vue marketing et économique, il n’en est pas de même au niveau de l’impact environnemental. Alors, que faire ?

Eau minérale naturelle, eau de source ou eau purifiée (eau du robinet en bouteille) ; encouragé par la pub, vous achetez votre eau en bouteilles.

Mais est-elle réellement meilleure ? Pas toujours, surtout si elle n’a pas été conservée correctement à l’abri de la lumière et de la chaleur. D’un point de vue sanitaire, l’eau en bouteille est sûre, mais pas plus que l’eau du robinet.

Certains trouvent un petit goût de chlore ou d’ozone à l’eau du robinet… le choix de la bouteille repose souvent sur cette sensation gustative. On peut pourtant s’en débarrasser facilement.

 

Eau du robinet

Les pour : Très bon marché, faible coût environnemental
Les contre : Goût changeant selon les régions

La consommation de l’eau du robinet représente la meilleure solution écologique, d’autant plus qu’elle est très surveillée.

C’est même l’un des biens alimentaires les plus contrôlés du monde  ! Un contrôle est joint une fois par an avec votre facture. Donc, aucun souci pour votre santé.

Si vous lui trouvez un léger goût, ou trouvez l’eau un peu dure, vous pouvez la laisser reposer au réfrigérateur ou y additionner quelques gouttes de citron.

Si vous avez quand même un doute sur sa pureté, la solution se trouve dans les carafes filtrantes ou filtres de robinet qui débarrassent votre eau des éventuels goût de chlore, traces d’aluminium, de cuivre, de plomb, de zinc, de calcaire, de pesticides.

Vous avez également la possibilité d’opter pour le filtre à fixer sur votre robinet. Facile à mettre en place, il offre le choix : eau filtrée ou pas.

Le verdict consoGlobe

Eau en bouteille : 6 / 10
Eau du robinet : 8 / 10

Le robinet, c’est bon

Le choix des bouteilles ne se justifie pas en France pour de multiples raisons. Sur ce plan entre bouteilles et robinet, c’est égalité. L’eau du robinet l’emporte largement quand on considère les impacts sur l’environnement et la question du budget.

Au global, selon les régions et votre consommation, boire de l’eau du robinet, même filtrée, revient beaucoup moins cher que boire de l’eau en bouteilles. De plus, les arguments sanitaires avancés pour l’eau en bouteilles ne sont pas avérés ou bien sont très subjectifs (le goût). Au final, acheter de l’eau en bouteilles n’est donc pas un choix rationnel, mais plutôt une question d’image, d’habitude ou de simple plaisir.

Témoignage : « J‘ai fait l’acquisition d’un filtre [d’une marque connue] à poser sur le robinet. C’est facile à installer et à utiliser. 2 positions sont accessibles : une pour l’eau ‘normale’ et une autre pour l’eau filtrée. Toute la famille a apprécié le changement : à table, mais également pour le thé qui est encore meilleur. Elle n’a pas d’arrière goût et semble plus légère. » Alison, 28 ans

Étonnant : Le réseau de distribution d’eau français est long de plus 800.000 kilomètres. Info : vous avez la possibilité de demander un contrôle de la qualité de votre eau par la DASS.

Et pour l’eau gazeuse, il faut bien acheter des bouteilles, non ? Les bouteilles d’eau gazeuse polluent autant que les autres. La solution pour l’eau pétillante, c’est la fontaine à eau gazeuse à la maison.

L’eau en bouteille est sûre, mais n’est pas une garantie absolue. Une enquête menée en 2006 dans 13 régions françaises sur des eaux minérales naturelles embouteillées en France ou au sein de l’Union européenne a montré que près d’un quart des eaux en bouteille examinées présentaient une composition non conforme aux teneurs indiquées ou aux normes en vigueur. Cette enquête menée par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) avait pour objectif d’évaluer les teneurs résiduelles :

  • en fluor sur des eaux susceptibles de présenter des taux supérieurs à 1,5 mg/l mais ne comportant pas dans leur étiquetage l’avertissement relatif à la présence de fluor au-delà de ce seuil
  • en bromates et en bromoformes pour les eaux susceptibles d’avoir été traitées à l’air enrichi en ozone mais ne faisant pas référence à ce traitement dans l’étiquetage
  • en arsenic, en baryum et en manganèse.