Bleu-Blanc-Coeur : un élevage pensé pour des hommes en meilleure santé

Bleu-Blanc-Coeur : un élevage pensé pour des hommes en meilleure santé

Si la viande ne cesse d’être décriée, par consoGlobe notamment, concernant son impact néfaste sur la santé et l’environnement, il est impossible de convertir l’ensemble de la population au végétarisme.

Quitte à continuer à consommer de la viande, autant que celle-ci soit produite dans le respect de l’environnement, de la Nature et de la santé de l’Homme.

C’est ainsi que l’Association Bleu-Blanc-Coeur travaille chaque jour à proposer une viande à la fois respectueuse de l’environnement et de la santé de l’homme.

Le lin placé au coeur du processus

Aujourd’hui, et comme dans beaucoup de secteurs produisant à des fins commerciales, le profit, l’économique, a pris l’avantage sur la qualité.

Ainsi, bon nombre d’élevages sont aujourd’hui nourris au maïs et au soja, et cela parce que ces deux matières premières sont les plus économiques.

Pourtant, auparavant, c’était le lin qui était davantage utilisé, une plante qui pousse en France et qui est naturellement riche en Oméga-3.

L’objectif pour l’association Bleu-Blanc-Coeur est alors de remettre le lin au goût du jour, pour offrir une meilleure alimentation aux animaux, une viande meilleure pour la santé aux consommateurs.

Bleu-Blanc-Coeur ou la réhabilitation du lin

L’association Bleu-Blanc-Coeur entend par le biais de ses partenaires, suivre l’ensemble du processus de production de produits laitiers, de charcuterie et de viande, de la culture du lin, aux animaux et à leur transformation.

Pour promouvoir l’idée d’une “agriculture à vocation santé“, l’association a souhaité réhabiliter le lin comme base alimentaire pour les animaux.

Cultivé depuis de nombreuses années, le lin est apprécié pour les fibres de sa tige qui servent à confectionner des tissus et pour ses graines.

Le lin est une plante bénéfique à l’environnement et au monde de la culture en général puisque sa résistance en fait une espèce végétale ne nécessitant que peu d’engrais et produits chimiques sanitaires.

*

La suite p.2> De la culture à l’assiette : tout est contrôlé