Le Bio, dangereux ou bon pour la santé ?

Le Bio, dangereux ou bon pour la santé ?
Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :

Ce titre n’est pas une simple provocation mais une question sur laquelle se penchent sérieusement des chercheurs.

Que vaut le bio pour notre santé ?

De fait, l’agriculture biologique –organic en anglais – n’est plus un phénomène marginal propre aux pays riches et il existe un débat. On sait que le bio nous préserve des toxiques, OK. Mais le bio est-il, en soi, un plus ? Ce débat porte sur la question des bienfaits (ou non) du Bio pour la santé et agite beaucoup de monde.

Le dossier Manger Mieux
Malgré son succès, la promotion du bio repose sur un malentendu fréquent :

  • La plupart des consommateurs achètent des produits BIO parce qu’ils ne nuisent pas à l’environnement et car ils sont sûrs d’obtenir des produits sans pesticides ou produits chimiques ET parce qu’ils sont meilleurs pour leur santé que les produits traditionnels. Les produits bio sont d’ailleurs fort appréciés des consommateurs : 89% des femmes interrogées après avoir testé des produits cosmétiques bio se disent prêtent à les réutiliser !
  • De nombreux ouvrages expliquent combien les produits chimiques qui se sont répandus par milliers dans notre alimentation, nos cosmétiques, … sont nuisibles à notre santé. De fait, les mamans achètent des produits biologiques pensant donner le meilleur à leurs enfants ; elles se soucient de l’influence de la nourriture sur la santé car le bio serait plus sain. Est-ce vrai ? Selon certains, il semblerait que non.

On sait déjà que parfois, certains s’opposent au bio parce que certains produits bio doivent parcourir de très longues distances et ont donc un mauvais bilan énergétique ou écologique. C’est vrai notamment dans le cas des produits bio équitables qui sont importés de pays lointains. Mais en fait, le problème ne vient pas seulement de la distance : ce qui est en cause est la qualité sanitaire des aliments.

Certains comme le secrétaire à l’environnement du gouvernement anglais ont déjà mécontenté les partisans de l’agriculture Bio après avoir affirmé que manger Bio est un « choix de vie » qui ne garantit pas une meilleure qualité nutritionnelle. Un scientifique proche du gouvernement avait alors expliqué que les aliments Bio ne sont pas meilleurs que ceux traités classiquement aux engrais et pesticides.

Les normes définissant le BIO sont un bénéfice pour l’environnement car elles excluent tout pesticide, fongicide, fertilisant, antibiotique, polymère, etc…La France est le 1er pays européen pour l’utilisation de pesticides avec 78 000 tonnes de produits phytosanitaires répandus dans les champs. Les produits phytosanitaires, qui sont présents dans 2/3 des produits classiques non bio, ne se retrouvent pas dans les produits bio.

Un rapport officiel du Department for Environment, Food and Rural Affairs (DEFRA) britannique confirme que la production de produits biologiques a moins d’impact sur l’environnement que la production conventionnelle moderne qui utilise utilisant engrais et pesticides. L’IFEN, Institut français de l’environnement, confirme l’intérêt de l’agriculture bio alors que plus de 96% des rivières et 61% des nappes d’eau souterraines sont contaminées. Or, comme le souligne l’Afsset, l’agence de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail, les pesticides qui se sont infiltrés vont mettre jusque 30 ans pour s’éliminer des sols !

Une étude de la revue Human Ecology le démontre : 2 morts sur 5 sont ont une cause environnementale. « Le changement climatique semble créer un environnement favorable à certaines maladies et à des vecteurs de maladie. [...] Les facteurs environnementaux, notamment les substances chimiques, l’exposition aux ultraviolets ou à des radiations ionisantes, le tabac et la fumée de cuisson contribuent à 75% de tous les cancers. »(1)

Dans un contexte où les polluants sont partout, y compris dans nos logements et notre alimentation, cette étude renforce la nécessité de lutter contre la pollution environnementale. Exemple : l’utilisation de pesticides. On en consomme 3 millions de tonnes par an dans le monde et la France en est un gros consommateur.

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


85 commentaires Donnez votre avis
  1. Entièrement d’accord avec Briochus. Article bourré d’inepties et de contradictions, et très nettement anti-bio, malgré toutes les précautions de l’ « auteur » !!! Drôlatique de lire autant de bêtises.

  2. J’ai récemment lu que seuls 1.2% des français consomment BIO. Pourtant les consommateurs souhaitent tous plus de transparence, et de meilleurs produits!
    Sans aucun doute, il faut acheter du BIO, et particulièrement concernant tout produit d’origine animale : viandes, lait, beurre, oeufs, yaourts, fromages… Le label BIO est le seul qui offre un mimimum de garantie en terme de bien-être animal et respect environnemental. Il faut encourager les élevages qui respectent la vie, au lieu d’être complice de ce système où seul le facteur économique est pris en compte, avec les conséquences que l’on connait.

    • je suis tout a fait d accord avec toi et tres heureuse de ne pas etre seule a penser que nous devons respectez la vie sous toutes ces formes et nottamment les conditions d elevages des animaux car dans le systeme conventionnel c est une catastrophe !!!

  3. Tres interresent et tres vrai

  4. Les traitements BIO pénètrent aussi les sols… et les appauvrissent. Les molécules chimiques qu’elles soient ou non d’origine naturelle sont souvent toxiques. On soupçonne les produits phytosanitaires utilisés dans l’agriculture biologique (cuivre, roténone) d’être responsables de l’augmentation du nombre d’individus atteints par la maladie de PARKINSON. Personne ne peut être assuré de manger sainement !

    • Ou inversement!

    • La France devrait avoir retirer le roténone de la circulation le 15 mai 2009 pour les particuliers, mais les producteurs de fruits disposaient d’une dérogation jusqu’en 2011 si mes sources sont fiables.

  5. Un article très lourd et malheureusement très mal écrit que j’ai lu à cause de son titre hallucinant.
    Par qui l’auteur a-t-il été financé pour écrire un tel pamphlet?

    Ca me révolte de voir qu’on puisse publier des articles aussi réducteurs et anti-évolutionnistes pour rassurer les hyper-consommateurs dans un monde qui s’asphyxie et qui aurait besoin de tout l’inverse…

    Navrant.

    • Je ne comprends pas ce site. Il est contradictoire. Je trouve pas les mots pour commenter cet article qui est chargé en mauvaises informations.
      Sans vouloir m’étaler, de ce que j’ai pu voir sur plusieurs articles je me demande si ce site n’est pas financé par l’industrie agroalimentaire et les lobying pharmaceutiques.
      Quand on voit que le laitage et la viande sont au centre de toutes  »sciences » au service de votre santé je vous assure que ça me fait bien rire.
      Partant de ce constat je ne comprends pas pourquoi les végétariens/végétaliens n’attestent pas plus de mortalité que les  »supers consommateurs » de viandes et produits laitiers.

      Je suis scandaliser de voir l’association de telles contradictions. Je reçois ça sur ma boite mail je peux vous dire que je ne vais pas perdre une seconde pour m’enlever de là.

      Être acteur du changement ce n’est pas en lisant ces articles.

      Bien cordialement.

    • Il n’y a rien de contradictoire à mettre en lien toutes les études sur le sujet et l’article en question n’est pas un pamphlet il met juste en lumière les réalités connues actuellement et démonte la désinformation.
      En claire:
      1) L’agriculture bio (l’activité) est incontestablement meilleur pour l’environnement sur la qualité de l’aire, des terres et de l’eau et donc à terme pour la santé

      2) Il n’y a pas de différence majeur sur le plan chimique entre les produits bio et le reste (j’aurais aimé toute fois que soit précisé les études pour les produits animal qui sont très largement faveur des produits bio)

Moi aussi je donne mon avis