Le Bio, dangereux ou bon pour la santé ?

Rédigé par Consoglobe, le 5 Oct 2012, à 15 h 11 min

Le bio est-il meilleur pour la santé ?

Évidemment ! direz vous. Et bien sûr, la question est un peu bizarre, mais elle intéresse les chercheurs.

Le bio n’est pas pire ni meilleur que l’alimentation traditionnelle ; il offre les mêmes qualités nutritionnelles et parfois même un meilleur goût. Autre manière de le dire : en soi, les normes du bio ne garantissent pas forcément un gain pour la santé.

Cela signifie que l’absence rigoureuse de pesticides et de phytosanitaires, bénéfiques à la nature, n’implique pas par elle-même la qualité sanitaire des aliments. En effet, certaines études, contestées d’ailleurs, montreraient qu’au contraire, les aliments bio seraient beaucoup moins sains que les produits traditionnels ! Attention, cela ne veut pas dire que les aliments qui contiennent des pesticides et des produits phytosanitaires sont sains, loin de là.

Une étude italienne portant sur 6 catégories d’aliments (biscottes, lait, confitures, yaourts, céréales pour petit déjeuner, biscuits) et une autre étude sur les matières premières (tomates, courgettes, céréales bio) montre qu’elles ne sont pas meilleures que leurs correspondants classiques.

Cette même étude souligne que les produits Bio ne sont pas protégés des maux de l’alimentation moderne : trop de graisses, de d’additifs, de sel, de sucres… Les graisses souvent faites à partir de palmes ou de coco sont de médiocre qualité et se retrouvent par exemple dans les biscuits bio. Les yaourts bio recèlent eux aussi, et parfois plus que la moyenne, des ingrédients peu naturels : épaississants, colorants, arômes, gélifiants…

Le débat sur la Bio n’est pas clos

L’absence de pesticides et de phytosanitaires sur les aliments bio a un prix  : le débat tourne autour de la présence ou non des mycotoxines , qui sont habituellement éliminés des aliments non bio par des anti-fongicides chimiques. Un test mené par la grande association de consommateurs italienne Alterconsumo a trouvé un niveau de mycotoxines supérieur à 10 fois les normes autorisées dans des lots de céréales bio.

Pour être complet il faut noter que tout le monde n’est pas d’accord sur ce point : le fait que les aliments bio, non traités, sont plus enclins à développer des mycotoxines est fortement contesté. Un rapport 290703 de l’AFSSA relatif à l’agriculture biologique souligne au contraire que les fongicides ne sont pas une assurance contre l’apparition de mycotoxines dans un stock de céréales. Le fait que le bio favorise les mycotoxines ne serait donc qu’une rumeur…

Par ailleurs, l’AFSSA note que les risques de contamination par les métaux lourds des produits bio et non bio ne sont pas équivalents. Grâce au fait que l’attribution du label bio impose une période préalable de conversion des terres de 3 ans minimum, et interdit l’épandage de boues de station d’épuration, les métaux lourds seraient moins présents. L’AFSSA conclut que les études disponibles ne permettent pas encore de trancher de façon officielle.

Le bilan de Stanford sur les études portant sur le bio

En septembre 2012, des chercheurs de l’université de Stanford a publié une inventaire systématique des arguments pro ou anti-bio pour tenter de trancher la question  Ils ont décortiqué plus de 200 études portant sur les niveaux de nutriments et de produits toxiques ainsi que 17 études cliniques sur les effets du bio sur la santé.

Qu’en ont-ils conclu ?

–       Le risque de trouver des résidus de pesticide dans les aliments est inférieur de 30 % en bio par rapport aux aliments conventionnels. Toutefois, les niveaux de pesticides mesurés, même en conventionnel, sont généralement en dessous des limites de sécurité.

–       Le bio ne serait pas plus nutritif que le conventionnel (ou du moins, les preuves sont insuffisantes pour montrer le contraire). En effet, excepté pour le phosphore, les quantités de vitamines, minéraux, ou encore protéines ne différent pas significativement entre les aliments bios et conventionnels.

Conclusion : on ne peut pas aujourd’hui soutenir scientifiquement que le bio est meilleur pour la santé. Pas de quoi remettre en question l’agriculture biologique qui se justifie par un engagement plus large de respecte de la nature  et par un rejet des excès d’une agriculture industrielle polluante (voir l’étude complète).

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




163 commentaires Donnez votre avis
  1. Les normes définissant le BIO n’excluent pas les pesticides, fongicides, fertilisants. Simplement, elles en réduisent la gamme autorisée. En terme de quantité à l’hectare, pour la vigne, le passage du conventionnel au bio se traduit en général par une forte augmentation (le cuivre est très pondéreux, ce qui jouent sur les statistiques globales).
    La France est naturellement le 1er pays européen pour l’utilisation de pesticides, puisque c’est le plus grand pays agricole, et de loin. Par contre, il n’est pas le premier en tonnage à l’hectare, comme le sous- entend votre affirmation.
    Certes, on ne retrouve pas les produits phytosanitaires autorisés en conventionnels dans la plupart des produits bio, mais on y retrouve les produits phytosanitaires autorisés en bio (qui eux ne font quasiment jamais l’objet des recherches, surtout quand celles-ci sont orientées, comme les pseudo-études de Génération Futures).
    La contamination, surtout des sols, est diverse. La plupart des pesticides actuels se dégradent en quelques semaines, sauf certains herbicides qui mettent beaucoup plus longtemps, et sauf surtout le cuivre, qui ne se dégrade jamais mais s’accumule dans les sols. Or c’est le principal fongicide utilisé en bio !
    Attention enfin à la traduction de l’anglais « facteurs environnementaux » : cela ne désigne pas dans les études anglo-saxonnes les dangers issus de l’environnement, mais tout ce qui n’est pas génétique et intrinsèque. Cela intègre principalement des facteurs liés au comportement (tabac, nourriture trop grasse ou trop sucrée, excès d’alcool) et les facteurs domestiques (pollution intérieure, sachant que les pesticides les plus impactants sont ceux que nous mettons nous-mêmes dans nos maisons : anti-mouches, antimites, anti-fourmis, anti-moustiques, antifongique sur le bois, anti-puces sur nos animaux,…).

  2. Vous dites  » Vous utilisez un Adblock ? Nous comprenons….
    Mais cela met consoGlobe en péril, car la publicité nous permet de maintenir nos emplois et payer le loyer. Si vous appréciez notre contenu, vous pouvez désactiver votre adblock ou nous faire un don. Merci !  »

    Et bien je ne serais trop vous suggérer de trouver un travaille comme des millier de personnes qui ce lève a 5h pour pouvoir payer leurs facture et leur loyer ! sans pour autant pouvoir vivre mieux !

  3. Bonjour,
    Je ne parlerais pas des légumes, fruits et autres produits directement récoltés mais simplement des plats préparés qui deviennent un véritable scandale pour ne pas dire une tromperie pour le consommateur.
    Certains additifs dangereux pour la santé sont maintenant autorisés dans les préparations bio ainsi qu’un pourcentage d’OGM. Je ne suis absolument pas d’accord avec ce système qui trompe le consommateur qui ne connaît pas la plupart des additifs utilisés et surtout leur effet sur l’organisme. Il faut savoir si on fait des produits biologiques pour éviter de consommer la chimie tout azimut où si on fait des produits pour faire du fric car tout est là, la rentabilité passe avant la santé des populations.
    Si je suis aussi virulent sur les additifs c’est que j’ai travaillé sur ces produits, je sais ce qu’ils valent et leur action sur l’organisme.
    Bien entendu tous les préparations bio ne sont pas polluées par les additifs, certains petits fabricants respectent ce qu’ils disent mais ils deviennent de plus en plus rares malheureusement.
    Il faut que chaque consommateur apprenne à lire la composition des produits et surtout apprennent à connaître tous les additifs et leurs effets et ne pas acheter bêtement n’importe quoi à des prix exorbitants des produits qui n’ont que le label bio mais pas la valeur.
    Ce sont des problème qui devraient être traités durant la scolarité mais ce n’est par pour demain et pour cause. Quand les gens restent ignorants de certaines choses ils sont plus facilement exploitables tout est bien étudié dans cette société, l’enseignement va dans le sens où on veut qu’il aille.
    J.TURCHET

  4. Je ne comprend pas les réactions que suscite cet article.
    Même s’il est un peu léger en terme de fond, il présente un beau sujet de réflexion.
    Le Bio est une norme en faveur de l’environnement et non de l’homme.
    Même s’il est souvent lié à des produits de qualité, rien dans le bio ne garantie cette qualité. On peut très bien cultiver de très mauvais produits en respectant la nature. Bio ne veut pas dire artisanal. Les légumes que vous acheter bio en magasin sont sans pesticides mais la variétés est choisie généralement par le producteur pour ces rendements important plutôt que pour ses qualités gustatives et nutritives.
    Achetez une tomates Bio en supermarché, aura elle le même gout et les mêmes nutriments qu’une tomates de jardin? Non évidement, et cela n’est pas du au mode de culture mais surtout à la variété.
    A l’heure ou le bio est devenu le plus grand et le plus efficace des arguments marketing, cet article nous ouvre les yeux sur la dérive possible du bio et sa récupération par les grandes firmes. Pour exemple, après avoir tué avec son lait, exploité des enfants et des hommes, utilisé des OGM et lutté contre l’étiquetage obligatoire des mêmes OGM,usé et abusé de l’huile de palme… le groupe Nestlé nous propose des produits Bio….. (surement par empathie pour les consommateurs….)
    Merci consoglobe pour cette axe de réflexion qui aurait surement mérité d’être mieux développé et en cela je rejoint les insatisfaits car c’est malheureusement trop souvent le cas de vos articles.

    • «  »Le Bio est une norme en faveur de l’environnement et non de l’homme. » » »
      Désolée, mais quand on élimine tout ce qui existe dans l’agriculture intensive, à savoir pesticides, insecticides, engrais et OGM… c’est bien meilleur pour l’homme. Vous avez goûté des tomates nourries aux pesticides, insecticides, engrais et OGM??? ça n’a plus aucun goût, c’est mortel. ça coupe l’appétit et ça ne donne vraiment pas envie de manger! par contre tous les légumes bio,(je suis en Amap, avec que des producteurs bio que je connais personnellement), de la viande de veau, de boeuf, d’agneau bio, des oeufs bio, du miel bio (eh oui) il est produit dans une région non infestée pour l’instant… du pain bio produit avec de la farine bio, bref, tout est bio chez nous, ça ne revient pas plus cher que ce que vous achetez en super marché, venant de champs et de bêtes empoisonnées par toute la chimie actuelle fait de pesticides et le tatoin… Arrêtez de choisir les filières qui vous amènent des produits du monde entier, qui sont à vomir!!!

  5. Etant consommateur du bio, je suis pourtant toujours a la recherche d information solide sur le sujet. Malheureusement, cet article est mal construit et utilise des affirmations vagues et sans reference. La ligne directrice semble indiquer qu il n y a pas de difference entre le bio et le non bio mais on ne comprend pas bien ou il veut nous emmener.
    L auteur et le site aurait mieux fait de s abstenir.

    • Entièrement d’accord avec vous, car l’auteur a prouvé une chose, c’est qu’il a une non-connaissance réelle du bio…!

    • Lol, les pro bio s’en donnent à coeur joie. Étant un consommateur anti-bio, je ne vois pas où il y a eu erreur. Je suis contre le fait de manger bio pour la simple raison que cette nourriture n’est pas testé… Contrairement aux méchants ogm et à la méchante agriculture classique. Mais bon, les antiscience de gauche sont nombreux dans les pays francophone, et le bio c’est la gauche.

    • Entièrement d’accord avec Anonyme .
      Cet article ne vaut pas grand chose , il aurait fallu approfondir , donner des références …. Après lecture je patauge!

      En ce qui concerne le goût :
      -les produits bio ne sont pas TOUS systématiquement meilleurs que les conventionnels.En exemple , dans les fromages , certains brie bio sont fades alors que d’autres conventionnels sont bien meilleurs.Il en est de même pour d’autres produits. Nous nous procurons de la viande de porc non bio mais issu d’un petit producteur conventionnel régional ,la qualité est largement au dessus de ce que nous avons pu trouver en bio.

      – en ce qui concerna la santé
      oui , les produits bio sont plus sains pour l’organisme et la dessus il n’y a aucun doute. Les résidus de produits se retrouvant dans le bio sont infimes, et dans tous les cas largement inférieurs à ce qui existe dans le conventionnel.

      -en ce qui concerne l’environnement:
      idem, l’environnement est mieux protégé avec le bio, même si la perfection n’est pas atteinte .

      Nous achetons en très grande partie des produits bio , mais aussi du conventionnel. Mais dans ces derniers cas ce serons des produits issus d’une agriculture de proximité et de producteurs pratiquant une agriculture raisonnée, et de producteurs de confiance . Et ces derniers sont relativement rares et durs à détecter.Acheter chez le paysan d’en face ou au marché chez la petite mémé peut être une belle arnaque . Des œufs provenant de grands élevages vendus pour des fermiers est un bel exemple et j’en connais plus d’un(e) qui le fait ! Au moins avec le bio il y a un minimum de contrôle.

  6. J’ai apprécié cet article il a le grand mérite d’être honnête. Si j’achète BIO c’est d’abord pour l’environnement, mais, que les produits soient plus nutritifs je demande à voir. De plus, il y a BIO et BIO, les normes BIO dans des pays air/sols pollués (même en Europe) me paraissent autorisant ce qui ne le devrait pas. Aussi, comme pour tout, il faut bien lire et comprendre les étiquettes et l’origine des produits et leur composition. En effet, sur certains emballages figure le label BIO, mais il arrive parfois que ce label ne concerne qu’un seul ingrédient entrant dans la composition d’un produit fini. Donc, c’est comme pour tout, il faut prendre le temps de lire attentivement, faites-le, vous allez être surpris.

  7. Je crois que je vais aussi me désabonner de ce site… Quelle honte de proférer des inepties pareilles ! Et le titre « le bio dangereux ou pas pour la santé »… Moi j’aurais plutôt mis « le conventionnel… dangereux pour la santé ! ». Pas possible, ce site est subventionné par des laboratoires chimiques ?

  8. Excellent article ….

  9. Et moi je ne suis pas du tout d’accord avec cet article !

  10. l’homme a -t-il le pouvoir de défier Dieu! Et dieu créa la nature, et l’homme la chargea des pesticides!

  11. Cet article est plus que louche: les études citées qui les a financer?
    Les produits BIO testés (céréales, …) sont tous mauvais pour la santé déjà en conventionnel: on nous fais manger n’importe quoi, préparer n’importe comment depuis des lustres.

    Le cuit, le lait (100 000 emplois en France, tu parles qu’ils sont nos amis pour la vie, et celui des éleveurs en batterie aussi…), les laitages, le gluten (présent dans la plupart des céréales), le blé qui a 48 chromosomes au lieu de 14 donc est un OGM avant l’heure (merci limagrain), les viandes rouges, le sel, sont tous nocifs, il suffit de lire l’alimentation ou la 3eme médecine du Dr Seignalet, Changez d’alimentation du Dr Joyeux, ou de suivre le site http://www.regenere.org pour comprendre pourquoi.

    Bref cet article est de la propagande: la nature est BIO depuis toujours, il n’y a que l’homme pour l’avoir perverti avec la chimie depuis la première guerre mondiale (les intrants chimiques sont issue des recherches des résidus de gaz non utilisés au combat sur les plantes car les scientifiques avaient remarqués que la végétation sur les lieux de bataille avait grandement poussé, sauf que quelques années plus tard des problèmes étaient apparus genre apparition d’insectes en masse d’où invention des pesticides, … La spirale infernale de l’innovation à l’œuvre pour capturer les marchés et maximiser le gain de l’industrie chimique (monsanto, bayer, …) cf https://www.youtube.com/watch?v=-_zSkVrkuIM)

    • tu as tout à fait raison, honte à cet article !

  12. QUELLE EST LA MULTINACIONALE DE PESTICIDES QUI A FINACE CETTE ETUDE ??

    • je ne dirai pas honte a cette article, et je peut assurer que aucune multinationale na financer cette étude. Je suis fils d agriculteur qui produit du label de qualité pour par exemple les biscuit petit LU et lui na pas le droit d épandre des métaux lourd (boue d épuration) alors que certain voisin qui sont agriculteurs bio y ont le droit (chercher l erreur) de plus,mon père na pas le droit de depasser un certain taux de mycotoxines (il le dépasse pas grace aux fongicides). Dans notre coopérative, qui revend des produits de qualités, ils mesurent le taux de mycotoxines de chaque remorque, si une remorque dépasse le seuil toléré elle n est pas vendu pour l alimentation humaine mais pour celle des porcs (et donc bien moins chere). Alors que le bio vous en fait manger en grosse quantité et c est extrêmement dangereux pour la santé. Je suis d accord que les produits phyto-sanitaires sont dangereux pour la santé mais pas celle du consommateur mais celle de l utilisateur si il ne prend pas ses précaution. Je considere les français qui mangent bio comme étant des moutons qui n’ont aucun avis critique et qui écoutent bêtement se que disent les journalistent. Je tient a vous dire se que les média ne vous disent pas ( comme par hasard)et vous apprendrez que les multinationale qui fabriquent les produits phyto-sanitaires sont les meme qui fabriquent vos médicaments (les deux sortent des memes entrepot). Je n ai cité aucune multinacionale, alors que j ai bien des scoupe a raconté sur eux, mais j en ai cité aucune pour la propre sécurité.

  13. « manger Bio est un « choix de vie » qui ne garantit pas une meilleure qualité nutritionnelle ». Or j’ai trouvé réçament dans un magazine scientifique fiable des résultats d’études sur les produoits bio et non bios: en effet les produits bios contiennent 18 à 60 pour cent plus d’antioxydants que les fruits non biologiques, et également des teneurs en vitamines plus élevées. De plus l’abscence ou la diminution de la quantité de pesticides dans les produits biologiques n’est pas à négliger : certains produits de conservation, ou pesticides tels que le glyphosate et les organochlorés (et j’en passe) sont extrèmenet toxiques voire cancérogènes. De nos jours, un article comme celui ci ne dervrait pas être publié sur internet. Les grandes entreprises agroalimentaires font déjà assez de publicité de leurs produits (pesticides) en démentant les études scientifiques qui prouvent leur cancérogénécité ou d’autres problèmes graves. qu’ils engendrent. De plus, vous dites que les rendements de l’agriculture biologique ne peuvent pas nourrir toute la planète. Cet argument est totalement faux. Dans « Sciences et vie » j’ai lu un article qui parlait justement de cela et qui spécifiait que le rendement bio surtout lorsqu’il ne s’agit pas de monoculture peut être bien élevé. De plus vous parlez de l’huile de palme qui est présente dans certains aliments biologiques. Or cette dernière,tout comme l’huile de coco, consomée en petite quantité et biologique en plus, est beaucoup moins mauvaise pour la santé. Cet article mériterait d’être mis à jour. Le bio restera le moyen le plus efficace de lutter contre les multinacionales de pesticides qui polluent la terre d’une façon inacceptable. Le bio permet également une alimentation bien plus saine. Et la différence de prix se fait moins sentir en grandes surfaces (parfois il n’y a pas de différence entre le prix d’un produit bio et le même produit non bio d’une marque connue, et parfois la différence n’est que de 20 ou 30 centimes) Vous n’avez qu’a essayer pour voir !

  14. Merci de toutes vos réflexions qui sont toutes soit scientifiques ,soit des expériences vécus et cela donnent toujours à 90pourcent l’avantage à la consommation bio. Quand à moi j’ai voulu intervenir dans le sens de favoriser les culture bio et puisque les rivières , les fleuves et autres marins occidentaux sont fortement pollués. Penser au développement de l’Agriculture en Afrique et que les occidentaux importeraient ces produits parce que au jour d’aujourd’hui, les Africains importent la plupart des produits non bio des occidentaux.Prenons seulement conscience.

  15. Les études resteront probablement dans la nébuleuse de l’interprétation laborantine, car 5 ans ou 10ans c’est insuffisant pour des interprétations endocriniennes objectives…
    De toutes manières c’est qu’une question de choix sociétal, d’industrie agroalimentaire et santé.
    Il est bon de rejeter un productivisme agroalimentaire d’une philosophie non maitrisée, ayant que des objectifs économiques peu souciant du devenir de la biodiversité humanitaire. Toutefois, un GM libre de droit, respectueux de l’environnement n’ayant pas d’impact sur l’écosystème et pouvant proliférer sur des sols très arides, serait le bienvenu au service des pays qui bradent leurs terres aux businessmans de l’agroalimentaire mondialiste dans le but d’implanter du GM à péage anti-déontologique…
    Le bio marketing a de beaux jours devant lui, car les produits phytosanitaires sont condamnés. Ce sont les mêmes industries qui nous vendrons du Bio, mais ne vous y trompez pas, le Bio est avant tout un produit local, traité par élément naturel biocompatible agréé par une charte bio locale ; tout le reste n’est qu’intérêt commercial et économique. Par ailleurs, si les produits phytosanitaires ont été décrétés comme menaçant pour les cours d’eau et le biotope, je ne vois pas comment des études pourront démontrer qu’ils sont inoffensifs dans le comestible végétal.
    Ne nous y trompons pas, l’intérêt du Bio ce n’est pas la valeur protéinique, mais celle d’un produit ne présentant pas de risque synergique ou d’antagonismes moléculaires du Vivant.
    C’est pour cela qu’il est nécessaire de stopper sciemment tout ce qui peut présenter une menace écologique irréversible liée à l’état hydrique.
    Certaines villes, comme Munich, ont fait ce choix il y a déjà fort longtemps, pour la sauvegarde d’une qualité de leur eau. Il faudrait plutôt observer les évolutions pathologiques de ces populations par rapport à celles qui ont une eau de piètre qualité et qui substituent avec du pack bouteilles ; buvez éliminez !…
    ch4service.fr

  16. le BIO SERA TOUJOURS LE MEILLEUR pour LE CONSOMMATEUR ET NOTRE ENVIRONNEMENT NE SOYONS PAS EGOISTES!!!CAR LA NATURE EST UN ETRE VIVANT AUSSI!!!!

  17. Qui a osé se ridiculiser à ce point en écrivant cet article? est- ce que le rédacteur a fait des études? Ne lui a t-on pas appris que l’aluminium et le zinc sont des produits naturels par exemple (oligoéléments) indispensable à la vie?
    il ne semble pas connaître la définition des mots qu’il emploie et cela est dramatique car il embrouille l’esprit de ceux qui désire se faire un avis à partir de données sérieuses. Désinformation…
    Les additifs alimentaires dans les produits biologiques sont naturels, comme la gomme de guar ou xanthane, l’agar-l’agar…
    Bien malheureux aussi qu’il compare l’agriculture bio à l’agriculture « traditionnelle » car dans la tradition justement, nos ancêtres cultivaient sans produits de synthèse. Serait-ce un moyen pervers de faire rentrer dans les esprits que la bonne agriculture, celle de la tradition se fait avec des produits chimiques?
    Il semble également oublier que nombre d’aliments conventionnels sont irradiés afin de leur conférer un fort pouvoir de conservation en tuant tout. « Tout » signifiant ici tout ce qui peut être potentiellement pathogène mais aussi tout élément nutritif. Sachant donc que ceci n’est pas permis avec le bio, il paraît indéniable qu’une tomate poussée dans la terre (et non en hors sol) non irradiée, et non traitée est bien meilleure pour la santé.
    D’ailleurs, le débat n’est même plus là… Il s’agit maintenant de relocaliser l’agriculture bio en privilégiant l’agriculture paysanne et de proximité, tout en consomment des produits les moins transformés possibles, qu’il soit bio ou non.
    Cet article, à peine digne de ce nom, est un enchaînement de confusions et d’aberrations, à la hauteur du titre:
    « Le bio dangereux ou non », magnifique oxymore, car le jour où manger un produit normal sera dangereux c’est que l’extinction de l’espèce humaine ne sera pas loin.

    • Tu as bien raison !! Cet article est un vai désastre.

    • Tout à fait Geraux,et merci de ton implication .
      Je suis choquée outrée par l’abruti qui a écrit cet article .
      Comment peut on se permettre d’écrire autant de conneries ??!!!
      Si ça ne tenait qu’à moi ,je l’aurait décapité avec tous ces humains pollueurs !
      Virus va !!
      On a la chance d’habiter une extraordinaire planète qui nous donne tout ,et on a le culot de tout détruire sciemment :(:(:( ..quelle peine j’ai à voir notre terre mère se faire démolir ..

    • Surtout sur un site comme celui ci qui est soit disant pour l’environnement. quelle hypocrésie

  18. Je pense qu’il est un bon reflet de qui est très difficile de déterminer si les aliments bio sont bons ou mauvais. L’apport en fibres, par exemple, présente des avantages évidents sur le corps, mais souvent, le rôle qu’elle peut jouer pour la santé digestive est exagérée.

  19. Comme Jeff , je trouve que vous avez du mettre les peaux de saucisson dur vos yeux et votre langue au lieu de les donner au chat. Si vous aviez passé votre enfance dans une vraie ferme, vous auriez fait le constat que les légumes produits à coup d’intrants chimiques (produits par l’industrie humaine) que ceux-ci n’ont qu’un lointain lien avec des vrais végétaux sans forçage sauf pour la couleur et encore! Parfois trop luisant pour être honnête.Je pense que dès que vous avez trouvé un article qui affirme sans prouver que le « bio » n’est pas plus nutritif à quantités égales vous n’examinez pas la source et vous fermez le dossier sans aller voir les vraies études. Pour les fruits et légumes de saison, vous pensez plutôt le monde que la France (ex: des prunes en mai). Relisez votre copie et faites-la relire. Un peu plus d’honnêteté intellectuelle et un esprit scientifique (pour affirmer il faut avoir testé et non pas partir d’un postulat et s’arranger pour trouver une « autorité » auto-proclamée pour justifier ledit postulat!).
    Merci.

  20. Je m’étais abonné car je trouvais à priori ce site « globalement » intéressant. Le présent article le décrédibilise totalement à mes yeux et fait que je vais tout simplement me désabonner.
    Par ailleurs, pour la gouverne de « grosse Bertha33 » : j’ai été déclaré Parkinsonien il y a une dizaine d’années. A l’époque je ne mangeais pas BIO (Je ne savais même pas ce que ça voulait dire). Convaincu que ma maladie n’était pas due au hasard, j’ai depuis viré petit à petit au BIO puis ai fini par abandonner totalement la viande, le poisson, les laitages sous toutes leurs formes,les œufs, …bref, tous les produits animaux, plus les produits toxiques comme le gluten et ai perdu l’habitude d’acheter des plats industriels tout faits – il n’est jamais trop tard pour prendre conscience de certaines évidences. Je ne m’en porte que mieux, à tel point puisque j’ai pris la décision d’arrêter TOUS les médicaments chimiques. Mon neurologue, que je n’avais pas informé de la chose, m’a trouvé en grande forme … et a regretté son compliment lorsque je lui ai dit que je ne suivais plus son traitement.
    Alors,le BIO vecteur de la maladie de Parkinson ? S’il vous plait, parlez de ce que vous connaissez. Et si vous voulez vous faire une idée juste, je vous propose une chose : je vous refile ma maladie, GRATOS.

    • Totalement d’accord. Cet article a totalement décrédibilisé ce site !!

  21. C’est incroyable de lire des conneries pareilles !!!
    Bouffons des pesticides puisque le gouvernement Anglais nous dis que c’est pas mauvais pour la santé…..Ils prennent vraiment les gens pour des cons, non?

  22. C’est incroyable de lire des conneries pareilles !!!
    Je n’ai rien à ajouter….Bouffons des peticides !!!

  23. Article qui sert juste à mettre le doute aux gens.
    Bien sûr que le bio est meilleur pour la santé! C’est abusé si certains se posent encore la question.
    Un truc intéressant à savoir, par contre, c’est que dans certains produits bio( pas mal en fait) on trouve des produits chimiques, faussement appelés « arômes naturels ».
    Bien lire les étiquettes! Et éviter d’acheter des aliments cuisinés.

  24. Rien n’est tout bon ou tout mauvais. Faisons appel à notre bon sens et posons nous les bonnes questions à chaque fois que nous consommons

Moi aussi je donne mon avis