Arrangez les épluchures pour faire revivre les déchets alimentaires

50 % des denrées alimentaires produites dans le monde finissent à la poubelle. Face à ce gâchis immense, des alternatives existent pour donner une seconde vie à ces déchets. Marie Cochard en a fait un livre militant, dans lequel elle nous apprend à utiliser les épluchures en cuisine, mais pas seulement.

Rédigé par Éléonore Vanel, le 8 Jun 2016, à 12 h 14 min

Ongles peints en orange et rouge à lèvres, Marie Cochard montre les reflets colorés de sa chevelure. Avant d’expliquer, tout sourire  : « j’entretiens la coloration grâce à des peaux d’oignons que je fais bouillir, ensuite j’utilise l’eau de rinçage sur mes cheveux ».

Donner une seconde vie aux déchets alimentaires

Cette trentenaire regorge d’astuces pour donner une seconde vie à ce que l’on considère communément comme des « déchets alimentaires ». Sa méthode : la récupération et le recyclage des épluchures. Autrement dit, les « reliquats » des fruits et légumes : peaux, écorces, trognons, pépins, noyaux, fanes… Aujourd’hui, 50 % des denrées alimentaires produites dans le monde finissent à la poubelle. Un gâchis énorme, qui a aussi ses conséquences économiques : « ces aliments jetés doivent être brûlés, c’est très long car ils sont humides et c’est très cher ».

Marie Cochard

Marie Cochard

D’où cette recherche de moyens de lutte contre le gaspillage. Une quête de plusieurs mois durant laquelle Marie Cochard a minutieusement collecté trucs et astuces : « je n’ai rien inventé, j’ai juste retrouvé des techniques tombées dans l’oubli, je rafraîchis la mémoire des gens ».

Comme cette méthode pour cirer les chaussures, en utilisant l’intérieur des peaux de bananes. « Ce sont des Anciens qui me l’ont racontée, dans les Landes. Moi je tombais des nues, mais eux ils la pratiquent encore à la campagne ! »  Ou ce procédé utilisé dans le bassin d’Arcachon, qui consiste à récupérer auprès des pêcheurs les peaux de poissons et les transformer en cuir. « La femme qui a recours à cette technique l’a apprise en Laponie, auprès d’habitants qui l’utilisent encore ».

Aujourd’hui, peau, pépins et noyaux rebutent souvent les consommateurs. « Une méfiance diffuse », due au recours massif de produits chimiques. « La logique serait pourtant de tout manger, c’est une hérésie de jeter ça, c’est ce qui contient le plus d’antioxydants et de vitamines ! » lance Marie Cochard.

En effet, la peau de la pomme contient plus de vitamines et de fibres que le fruit lui-même. Celle de la pomme de terre contient des vitamines C, B, du fer, du calcium ou encore du potassium. Les graines de courges sont une grande source de fer, de protéines et de et de magnésium. Elles se consomment grillées au four, avec de l’huile et du sel.

Lire page suivante : Des astuces pour réutiliser des déchets alimentaires

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement à LCI, ex-France Culture, écolo-concernée, défenseuse de la condition animale et curieuse de toutes les initiatives qui touchent au...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. moi je suis couturier et depuis 5 ans je fais des vêtements pour dames c’est bien car sa ne coûte pas un rond en tissu et je me fait un max de blés c’est très tendance

  2. Oui, beaucoup déjà connu
    j’ajouterai les amandes des noyaux qui contiennent de la vitamine B12 (pas plus de deux par jour, sauf si on a un cancer là on peut aller jusqu’à 8)les pépins de pommes en contiennent également (donc croquez les trônions et mangez tout au lieu de les jeter)
    Pour le reste ayez des poules ou donnez vos déchets à ceux qui ont des poules vous aurez surement des œufs gratuits ou pas cher et de plus votre poubelle sera presque divisée par trois en volume
    Ah oui c’est bien gentil les pelures des fruits et légumes, c’est bon pour la santé, mais a une condition : qu’ils soient BIO, sans quoi passez votre chemin, ne consommez pas et même pas pour les poules
    Bonne journée

Moi aussi je donne mon avis