Rétention d’eau : 10 conseils pour la réduire cet été

La rétention d’eau fait partie des maux récurrents de l’été. Chaleur, humidité ou longs trajets en avion peuvent concourir cet été à faire gonfler certaines parties de votre corps, ce qui, outre la gêne purement esthétique, peut vous occasionner de vraies douleurs accompagnées de sensations de pesanteur et de fatigue.

Rédigé par Sonia C, le 15 Jun 2018, à 14 h 15 min

Voici dix conseils pratiques pour y remédier cet été.

La rétention d’eau : quand la chaleur vous plombe

Il existe de multiples causes à la rétention hydrique : fluctuations hormonales, mauvaise circulation, insuffisance rénale, cardiaque ou thyroïdienne, carence protéique… Il est important de rechercher l’origine des oedèmes afin de déterminer le traitement adéquat pour réduire ces désagréments. Avant toute automédication, il est donc important de consulter son médecin pour éliminer toute pathologie sous-jacente.

La rétention d’eau correspond à du liquide qui va s’accumuler dans les tissus, alors qu’il devrait normalement être pris en charge par les systèmes circulatoire, sanguin et lymphatique. La station debout, par effet de gravité, tend à accroître le phénomène, notamment chez les personnes qui présentent un mauvais retour veineux, du fait d’un tonus veineux insuffisant : c’est ce qu’on appelle la stase veineuse. Le sang, au lieu de remonter correctement vers le coeur, a tendance à stagner.

rétention d'eau

Lutter contre la rétention d’eau et les jambes lourdes en été © clownbusiness

Certaines zones du corps ont tendance à être le siège privilégié d’oedèmes : c’est le cas des jambes, des chevilles et des pieds. Les doigts, le pourtour des yeux peuvent aussi enfler.

L’été, ce phénomène est amplifié du fait de la chaleur, mais aussi, pour certains, des trajets en avion, parfois longs.

Quels remèdes ? Nos 10 conseils

Après avoir éliminé toutes les causes nécessitant un suivi médical, on peut agir sur la rétention d’eau par quelques règles d’hygiène de vie simples :

1. Contre la stase veineuse, éviter tout ce qui aura tendance à provoquer la dilatation des vaisseaux, notamment toutes les sources de chaleur : exposition au soleil, vêtements et bains chauds…

2. Veiller à ne pas gêner le retour veineux avec des chaussures étroites, une position assise jambes croisées…

3. Au contraire, pratiquer des sports qui vont favoriser le retour veineux, comme la marche, le vélo…

rétention d'eau

© Pavel Ilyukhin

4. Pour ceux qui ont un emploi qui les force à être assis à un bureau de longues heures, penser à travailler debout de temps en temps, et certainement en se dégourdissant les jambes et se déplaçant de temps en temps.

5. Une idée reçue à oublier absolument par contre : celle qui consiste à penser qu’il faut réduire sa consommation d’eau ! Au contraire, si on boit moins, cela risque de renforcer le processus oedémateux. Il faut donc continuer de boire suffisamment, suivant le fameux slogan (pour une marque dont vous n’avez pas besoin, l’eau du robinet suffit !) : « buvez… éliminez » !

6. Par contre, veiller à modérer les apports en sel. Le sel, par effet osmotique, est un des principaux facteurs de la rétention d’eau. Pendant quelques temps, éviter par exemple de saler l’eau de cuisson des pâtes et des légumes, préférer les herbes aromatiques plutôt que la salière, consommer des légumes frais ou surgelés plutôt que les conserves qui contiennent une saumure… L’idéal est de se (re)mettre à la cuisine et oublier pour un temps (ou pour toujours) les plats tous préparés. En plus d’être plus salés que ce que l’on cuisine habituellement, ils contiennent souvent du sucre et sont bourrés d’additifs inutiles.

7. Certains compléments alimentaires peuvent être intéressants :

  • la vigne est un excellent protecteur de la micro-circulation. Il existe des tisanes de feuilles de vigne : opter pour leur version bio.
  • le cassis possède des propriétés similaires. En infusion ou en gélule, combiné à d’autres plantes, il s’utilise pour renforcer les capillaires en réduisant leur perméabilité.
  • le marron d’Inde, que l’on trouve en extrait dans des ampoules est aussi un allié des jambes légères.

Parmi les plantes aux vertus diurétiques, on retiendra la reine des prés, le pissenlit ou encore l’ortie…

rétention d'eau

Lutter contre la rétention d’eau et les jambes lourdes en été © Anton Gepolov

8. Dans tous les cas, être prudent avec les produits qui favorisent l’élimination rénale, et, – nous insistons, demander conseil à son médecin ou son pharmacien. En effet, certains diurétiques provoquent des pertes en minéraux (potassium…), qui sont éliminés avec les urines et peuvent occasionner, notamment chez les personnes sensibles, insuffisants rénaux, ou cardiaques en particulier, des troubles physiologiques.

9. Passer un jet d’eau froide sur les jambes en terminant la douche : l’eau froide va aider à relancer la circulation et à combattre la rétention. Remonter le jet froid sur la partie extérieure de la jambe droite, puis sur la partie intérieure. Faire de même pour la jambe gauche, puis sur la partie arrière des deux jambes. Bien sécher les jambes en les frictionnant de bas en haut.

10. Enfin, pensez aux bas de contention, obtenus sur ordonnance, qui améliorent considérablement le retour veineux en exerçant une pression sur les veines des jambes qui va favoriser la remontée du sang.

Illustration bannière : Lutter contre la rétention d’eau et les jambes lourdes pour un été tout en légèreté – © Viktor Gladkov
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Sonia C., passionnée de biologie et de nutrition, j’aime l’idée de rendre les sciences accessibles à tous sans pour autant en édulcorer les grands...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis