Palme de l’alimentation : consommation plus responsable ou un logo de plus ?

Rédigé par Aurore, le 14 Feb 2012, à 17 h 17 min

Cette année devrait être remise une toute nouvelle distinction à plusieurs produits alimentaires : la Palme de l’Alimentation. S’agit-il d’un outil d’aide à la consommation responsable ou un simple logo de plus à décrypter ?

Palme de l’Alimentation : nutrition, communication et engagements

Cette année et pour la première fois, des produits alimentaires recevront une Palme de l’Alimentation. Cette dernière récompense les produits aux bonnes valeurs nutritionnelles, pour lesquelles les fabricants font preuve d’une communication transparente et honnête et qui prennent de vrais engagements citoyens et durables.

En résumé, les Palmes de l’Alimentation reviendront à des produits bons au goût, bons pour la santé et bons pour l’environnement.

Un objectif louable, mais quoi de neuf sous le soleil ? D’abord, la Palme de l’Alimentation est la seule distinction décernée par des professionnels de santé ainsi que des consommateurs. De plus, il ne s’agit pas de mettre en avant les seuls produits bio, produits régionaux ou produits sans huile de palme, mais plutôt d’aider le consommateur à repérer d’un seul coup d’oeil les produits favorables à une alimentation plus responsable et qui développent une démarche citoyenne.

Une méthodologie basée sur la qualité

Le saviez-vous ? Alors qu’en 1996, 80 % des consommateurs déclaraient comprendre les étiquettes et logos alimentaires, ils ne sont plus que 54 % en 2008. Le consommateur est donc de plus en plus perdu dans les rayons alimentaires des supermarchés et peine à repérer les produits les plus responsables.

Chaque produit candidat à une Palme de l’Alimentation doit passer un test nutritionnel. Ensuite, les meilleurs sont évalués de façon indépendante par des consommateurs et des professionnels de santé. Sont pris en compte la communication autour du produit ainsi que les engagements citoyens et durables de la marque.

Finalement, une note finale est délivrée, récompensant les produits les plus responsables.

*

La suite p.2> Que faut-il penser des Palmes de l’alimentation ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Il faut également informer les consommateurs de la définition de ce logo sinon ce ne sera qu’un logo de plus sans intêret. En effet, si déjà nous, consommateurs écologiquement avertis ne sommes déja pas au courant de la définition de ce logo sans que vous nous le précisiez, je doute que le grand public ne le soit plus !

  2. Etant donnée que le label bio n’est plus vraiment une indication fiable quant à qualité d’un produit, un nouveau label plus objectif, plus rigoureux et surtout plus complet est tout à fait le bienvenue, à condition que celui-ci ne favorise pas une politique de hausse des prix comme en ferait l’écrémage d’une marque, alors que que peut voir parfois des abus sur des produits portant étiquette du label bio

  3. logo tout en un: très favorable s’il est fiable

  4. Si cela peut mettre un peu de clarté dans la description des aliments pourquoi pas en espérant que ce ne sera pas une fois de plus récupéré à des fin de marqueting. Ou que le logo servira à dissimuler certain ingrédients.

  5. Excellente idée. En espérant qu’avec le temps la vocation première de cette « palme » ne soit pas acheter ou détourner, toujours pour des objectifs lucratifs. Je rejoins le point de vue de Geneviève ci-dessus.

    Pour l’incompréhension des étiquettes, toute la responsabilité ne vient peut-être pas des rédacteurs, étant donné le taux d’illettrisme grandissant en France d’année en année …

  6. Encore un enième logo pour l’INDUSTRIE agro-alimentaire. Industrie qui consomme des tonnes de pétrole pour transporter des produits d’un producteur à un centre de stockage et de transformation puis de ce centre de transformation à des entrepôts de distribution pour les multiples enseignes, le tout emballé dans 3 couches de cartons et plastique… Pas une grande avancée en soit et ça ne me fera toujours pas aller acheter dans un supermarché !! Sans compter les méthodes salariales souvent écœurantes utilisées par ces mêmes enseignes de « grande distribution » pour proposer des « prix bas » (à quand des marges basses ?).

    Bref, une superbe invention marketing (encore une) qui est bien loin d’un système de CONSOMMATION responsable. Et je ne parle même pas du côté « nutritionnel blablabla » sous-entendant subtilement une notion de bien et de mal dans le choix des produits alimentaires débouchant sur des dérives de nutritionnistes illuminés proposant des bonus au bac à ceux qui se nourrissent « bien » (Bienvenue à Gattaca… ).

  7. Bonjour, très intéressant, mais encore un logo qui soi-disant nous assure de la qualité du produit, jusqu’à ce qu’il y est une dérive comme le bio, le « made in france », etc….Les multinationales trouvent toujours le moyen de « contourner » les obligations pour avoir une part de marché. C’est contre cela qu’il faudrait lutter, mais comment ?

  8. Bonjour, et merci de cet article intéressant.
    Il m’inspire deux questions, pour bien comprendre face à quoi on se trouve :
    -quels actionnaires/organismes de tutelle/tiers de confiance sont embarqués dans cette organisation ? ceci afin de mieux comprendre leur savoir faire, la dynamique de long terme dont elle est issue.
    -quelle est la source des chiffres de 80 % et 54 % sur la compréhension des étiquettes et logos alimentaires ?

Moi aussi je donne mon avis