Les menus de la cantine sont-ils équilibrés ?

Rédigé par Emma, le 6 Sep 2013, à 10 h 46 min

L’avis de la diététicienne :

picto-hydratation avisIl est donc assez compliqué de faire des menus avec autant de contraintes ! Mais les chefs y sont maintenant habitués, avec l’aide de diététiciennes qui travaillent avec eux, que ce soit directement dans les établissements ou avec la société de restauration qui fournit la prestation.

L’équilibre alimentaire est plutôt bien respecté dans les restaurants scolaires. L’enquête de UFC Que Choisir de janvier 2013 l’a décortiqué pour tous les établissements publics et privés.

Deux éléments extérieurs peuvent néanmoins mettre à mal cet équilibre recherché :

– le coût réel du repas.

cantine-ecoleIl est variable  : entre 2 et 3 euros/personnes/repas. C’est ce coût qui va déterminer l’achat de produits de qualité et les moins transformés possibles. Il va aussi faire la différence sur les fréquences des aliments les moins chers – souvent les plus gras (on peut très bien ne pas aller jusqu’à 4 produits fris et pré-frits par mois, par exemple).

Ce coût est fixé par les communes dont dépend l’établissement, ou par l’établissement lui-même s’il est privé. Et il est difficile de connaître son montant…

– le type de service.

  • Le service à table est souvent réservé aux enfants en maternelle. Ils bénéficient donc de toutes les recommandations du GEMRCN dans leur assiette, tant pour les fréquences d’aliments que pour leurs grammages. L’équilibre alimentaire est donc assuré. En théorie, et dans l’assiette seulement. Car au final, c’est l’enfant qui choisit de manger ou pas !
  • Le libre-service en self est une autre affaire… C’est même un véritable casse-tête pour les responsables de la restauration. Car les enfants prennent… ce qu’ils veulent ! Là aussi, ils sont les derniers décideurs.

Des incitations à manger mieux.

Les arguments pour les convaincre de respecter un bon équilibre alimentaire passent par des propositions de menus du jour, et/ou des choix dirigés. Mais cela reste dérisoire…

Les professionnels de la restauration déploient des trésors d’imagination pour inciter les jeunes et les enfants à respecter l’équilibre alimentaire dans les assiettes et sur les plateaux qu’ils composent tout seul.

Exemples : des semaines consacrées à présenter plusieurs légumes de saison (leur culture, leur bienfaits nutritionnels, etc.), des conseils d’association de plats, des repas à thème, parfois des visites de la cuisine – toujours très impressionnante comme expérience, même pour les parents !

Autre possibilité : le travail sur le goût avec des ateliers d’éveil sensoriels. Ces ateliers donnent les meilleurs résultats auprès des enfants que l’éducation nutritionnelle.

Mais les premiers éducateurs, ce sont bel et bien… les parents ! A vous de jouer les premiers et de transmettre à vos enfants le goût des produits frais, des recettes familiales et du plaisir de – bien – manger.

*

Je veux témoigner

 

La lettre hebdomadaire du vendrediLa lettre Alimentation – Nutrition du vendredi
NDLR : la newsletter Alimentation est diffusée chaque vendredi. Elle est gratuite et il est facile de s’abonner (ou se désabonner).
Vous pouvez consulter Emmanuelle Couturier dans une consultation privée (voir nutritielle.fr, l’alimentation sur mesure) 

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

9 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour
    Je viens de visiter la cantine
    repas jeudi: pain fromage (bleu ou pont l’évêque) , petits pois paupiettes de veau ou de saumon ( aucun gout!!) banane
    vendredi: fromage pain, Plat: pâtes au fromage râpé jambon mayonnaise ou surimi mayonnaise + pomme au dessert.
    lundi entrée tomates et maïs – plat: colin meunière ou Hoki à la tomate pour les plus chanceux ( 6/8 pièces) et jardinière de légumes, crème dessert vanille
    la jardinière peu appréciée par les enfants
    6/8 Hoki à la tomate : plus de succès auprès des enfants
    J’ai tout goute sauf le Hoki…le colin meunière c’est une grosse pièce panée avec je crois de la purée de pommes de terre et des miettes de poisson…( je dirais qu’on sent surtout la pomme de terre, le poisson a été noyé je crois…)
    C’est la semaine du colin:
    mercredi haché de colin – jeudi boulettes de colin

    ces repas sont validés par une nutritionniste du 94

  2. Le PNNS est de toutes manière une catastrophe nationale.
    La diététique telle qu’elle est enseignée officiellement ne peut que conduire dans le mur.
    Pour ceux qui s’intéressent vraiment à une alimentation saine, voyez plutôt ici, 23 articles sur le sujet de l’alimentation : infoalternative.over-blog.fr/tag/Alimentation,%20nutrition,%20di%C3%A9t%C3%A9tique/
    Bonne lecture !

  3. Je suis responsable qualité en resto collective. Le GEMRCN EST UNE CATASTROPHE. Certains enfants n’ont qu’un repas par jour et on les force a manger de la poelée. Resultat ils se gavent de pains et jettent tout a la poubelle. Super le gaspillage. Est ce que c’est a l’etat de gérer ce qu’on doit manger ? Eduquer les enfants a l’equilibre alimentaire et faire participer les communes a l’elaboration des menus seraient plus efficace. Le coté plaisir doit passer avant tout. De plus le gemrcn n’aborde aucunement la saisonalité des fruits et legumes avec des crudités en hiver. On aime nien le choix et les carottes mais tous les jours….

  4. Les appels d’offre des municipalités peuvent être faits avec des critères concernant le GEMRCN, l’HACCP et même de développement durable. Trois critères qui ne peuvent que rassurer les parents. Prendre le moins cher est un choix politique. Une pomme ou un yaourt d’une production
    locale sont-ils plus chers qu’un biscuit sous sachet ou qu’un dessert lacté avec additif?

  5. Bravo Monsieur Claude pour votre commentaire. Je suis d’accord avec vous…

    Et à côté de ça, je vous jure qu’il y a des traiteurs qui se permettent de faire n’importe quoi quant à la qualité et à l’équilibre des repas scolaires. La preuve, dans mon village, dont le périscolaire a été obligé de changer de traiteur car ç’était du grand n’importe quoi (et pas bon en plus la plupart du temps…)… Surprenant non? ben pas tant que ça si à côté de ça on oblige les collectivité à faire des appels d’offre et à devoir prendre les moins chers…

  6. En Italie, un projet de loi a été déposé, afin d’ exige que dans TOUTES les cantines et bars, il soit proposé un repas végétarien, et un repas végétalien..
    Il serait temps que la France en fasse autant, car il y a de plus en plus de végés, et pourquoi n’ auraient-ils pas droit à des repas équilibrés, dans lesquels il n’y aurait pas des cadavres d’ animaux ?
    Et puis, ça résolverait les questions d’interdits religieux..

  7. Toujours en activité comme responsable d’une cantine autogérée a Paris
    aprés HACCP on nous assomme avec le PNNS et le GEMRCN nos dirigants n’ont
    pas encore compris que ce trio infernal est tout simplement l’ecole
    de l’obésite .Si quelques idées sont bonne nous constatons rapidement que
    les éléves sorte de table sans avoir le sentiment de satieté et c’est la porte ouverte a l’obésité puisqu’ils font appel au « snacking » afin de compléter leur repas. Il y a 30 ans l’équilibre alimentaire était trés aléatoire il y avait trés trés peu d’obése a ce jour ou tout est qualibré
    quelquefois servi avec des gabaris et l’obésite est en recrudescence
    le responsable est la qualité et non la quantité Il est vrai que de fabriquer des obéses aujourd’hui se sont des retraites qu’ils ne paieront pas plus tard puisque les espérance de vie est de 63 ans

    Claude 1 cuisinier responsable

    • Absolument !

      Mais dans le problème de l’obésité il n’y a pas seulement l’aliment et sa qualité, il y a aussi l’importance qu’on accorde à sa santé et à l’image de son corps.
      Les individus étant de plus en plus gras, cette image du corps humain devient la « norme » et ce depuis l’enfance.
      A la sortie de l’école primaire c’est hallucinant de voir le nombre de femmes « grasses » (et pourtant jeunes) qui baladent des gamins déjà en surpoids à cet âge !
      Il va falloir faire comme aux US où il y a depuis 2009 une grande campagne nationale pour réapprendre aux gens à cuisiner et à manger pour baisser ce taux d’obésité alarmant.
      Les cantines auront beau avoir un cahier des charges super strict à respecter, si à la maison les parents par facilité (fainéantise ?!) ne cuisinent pas, c’est comme pisser dans un violon !

  8. étant responsable de cantine chez nous produits frais compote et purée maison ainsi que les gâteaux oui c est équilibré on fait attention a n’avoir que 3 produits frits sur 20 comme le précise le P.P.N.S et on priviligie a avoir le maximum de fruit et légume frais

Moi aussi je donne mon avis