Cuisiner pour toute la famille : comment s’y prendre pour ne pas se perdre ?

Faire à manger pour toute la famille qu’elle soit nombreuse ou pas, relève souvent du parcours du combattant… Nos conseils pour que tout le monde mette la main à la pâte…

Rédigé par Julie Lioré, le 17 Feb 2021, à 8 h 10 min
Cuisiner pour toute la famille : comment s’y prendre pour ne pas se perdre ?
Précédent
Suivant

Gérer le budget alimentation, faire les courses, imaginer les menus pour chaque jour de la semaine, préparer les repas… Cuisiner pour toute la famille, de surcroît quand elle est nombreuse, requiert quelques clés pour un quotidien relativement paisible et fluide.

Comment gérer les menus de la semaine pour toute la famille ?

C’est un peu comme pour avancer, il est recommandé de mettre un pied devant l’autre, pour ne pas se retrouver empêtré.e.

Étape n°1 : Établir des menus hebdomadaires pour la famille

Ce qui ressemble à une tâche domestique supplémentaire pour le parent chargé des
affaires intérieures, pourrait être envisagé sous la forme d’un jeu collaboratif pour toute la
famille, aussi ludique que pédagogique. Il pourrait porter le nom de la phrase la plus
prononcée dans ce contexte : « Qu’est-ce qu’on mange ? »

La famille au complet pourrait y jouer le dimanche après-midi ou après le dîner, le mardi
soir par exemple. La règle du jeu est de composer les menus des cinq dîners de la semaine
et des quatre repas du week-end, en prenant en compte les goûts et les inappétences de
chacun, l’équilibre alimentaire et celui du budget alimentation.
C’est ainsi joindre l’utile à l’agréable, en apprenant au passage à s’écouter, à faire des compromis, à équilibrer un budget course pour 4, 5 ou plus, à se familiariser avec les principes de l’équilibre alimentaire, en sensibilisant au passage à la saisonnalité, à la qualité, à la diversité, etc.

menu famille semaine

Imaginer ensemble les menus de la semaine en fonction du budget courses 4 personnes © Monkey Business Images

Le joker pourrait être celui du plat unique : une grosse salade composée l’été, qui allie crudités, protéines et céréales, ou un plat complet plus consistant à base de riz, de petits morceaux de poulet ou de tofu fumé, de carottes et de panais râpés, le tout assaisonné d’huile d’olive et de colza, de graines sèches et germées.
Sur le plan nutritionnel, c’est gagné, et il y en aura pour tous les goûts.

À chaque partie et à tour de rôle, un membre de la famille établit son menu fétiche pour un repas de la semaine, puis toute la famille se met d’accord pour un autre plus transgressif, où tout est permis ou presque, puisque l’équilibre alimentaire ne repose pas sur un seul repas mais plusieurs, et que le plaisir doit figurer en bonne place sur le papier comme dans l’assiette.

Étape n°2 : Faire une liste de courses

Rien de tel qu’un tableau ou un bloc-notes bien placé (sur le réfrigérateur, dans l’entrée ou, pourquoi pas, aux toilettes) pour lister les courses à faire. La périodicité pourrait être une à deux fois par semaine pour le frais et une à deux fois par mois pour le sec.
Avant d’aller faire vos courses, pensez bien à faire un tour dans vos réserves (réfrigérateur, congélateur et placards), afin de prévenir le gaspillage et ainsi, de faire des économies.

À propos, il est tout indiqué de privilégier les fruits et légumes, les protéines végétales et les céréales complètes bien plus nourrissantes et nutritives, autrement dit, opter pour la qualité plutôt que la quantité.
Il est tout à fait possible de concilier qualité et budget mensuel pour la famille, voire d’augmenter la part de bio, quelquefois en bougeant de seulement quelques millimètres le curseur sur ses priorités.

Étape n°3 : Tous en cuisine !

Il est avéré qu’impliquer les enfants dans l’élaboration des repas nourrit leur esprit (prise d’initiatives et sens de l’organisation, savoir-faire techniques et culinaires), ainsi que leur avenir, en tant que futurs adultes. Cette expérimentation est salutaire pour eux, comme l’est le coup de main du parent aux fourneaux.
Les petites mains qui découpent ou touillent permettent aux plus grandes d’avancer plus rapidement. En outre, tous les ingrédients d’une belle relation parent-enfant et de liens renforcés sont réunis : transmission des savoirs et savoirs-faire, échanges, rires, complicité, partage, etc.

menu famille semaine

Les enfants aiment s’impliquer pour préparer leurs plats préférés © Nina Dobler

Étape n°4 : Un sens de l’organisation bien aiguisé

Le sens des priorités et l’anticipation sont essentiels pour cuisiner en toute quiétude. Par exemple, mettre à tremper ses légumineuses la veille au soir ou le matin pour le soir et toujours commencer par ce qui va cuire pendant qu’on s’affaire au cru. Ainsi, les vitamines sont préservées et on ne risque pas d’être pris au dépourvu.

En définitive, cuisiner est une question de disponibilité, de volonté et de temps. L’idée selon laquelle la cuisine est une tâche chronophage mériterait d’être réexaminée. En changeant ce paradigme, il apparaît que le temps se prend, dès lors qu’on l’organise.

Illustration bannière : Les repas en famille © Roman Samborskyi
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Julie Lioré est docteure en anthropologie et naturopathe. Après plusieurs années de recherches appliquées sur les comportements alimentaires des jeunes,...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis