Intolérance ou allergie au lactose  ?

Mais quelle est la différence entre intolérance et allergie au lactose, quelles sont leurs conséquences sur la santé, et surtout que faire pour les pallier ?

Rédigé par Emma, le 25 Sep 2020, à 16 h 24 min

Beaucoup de personnes pensent « ne pas digérer le lait », ou encore « être allergiques au lait ». Ils suppriment alors toutes les sources de produits laitiers sans discernement, et surtout sans compenser les carences induites en calcium notamment. Ils s’exposent alors à des risques plus élevés de fragilité osseuse, et passé un certain âge, à l’ostéoporose.

Lactose et lastase : l’association qui fait la différence

Le lactose est un sucre (ou encore un glucide) dit complexe puisqu’il a 2 composants : le galactose et de glucose. Le lactose est le principal sucre du lait.

Le lactose se trouve dans le lait des mammifères, y compris celui de la femme. Normalement, le lactose est digéré dans l’intestin grêle par une enzyme : la lactase. C’est elle qui est chargée de décomposer le lactose en galactose et en glucose pour qu’ils soient digérés.

Le nouveau-né à un taux de lactase maximum. Ce taux commence à diminuer ensuite au cours de la vie, à partir de la diversification alimentaire. Chaque adulte se retrouve donc avec un taux de lactase qui lui est propre.

intolérance au lactose

La lactase est à son taux maximal chez le nouveau-né et diminue naturellement après le sevrage © Patrik Jech

Certains ont un taux de lactase qui ne diminue presque pas on les appelle les « lactase persistants », et d’autres ont un taux très diminué – mais ils en ont quand même un peu ! On les appelle les « lactases non persistants ». Ce sont eux qui peuvent parler d’intolérance au lactose.

Intolérance au lactose ou allergie aux protéines du lait de vache ?

Ce n’est pas du tout la même chose ! On ne les appelle d’ailleurs pas de la même façon pour mieux les distinguer.

L’intolérance au lactose

Elle entraîne des signes cliniques de mauvaise digestion. Elle concerne surtout les adultes et peut arriver à tous âges.

L’allergie aux protéines de lait de vache

Elle entraîne une réaction immunitaire, beaucoup plus graves (eczéma, urticaire, des vertiges, des syncopes et des troubles de l’appareil respiratoire allant jusqu’à l’oedème de Quincke).

Quelques signes rejoignent ceux de l’intolérance (les troubles digestifs) qui entretiennent une confusion entre les allergie et intolérance. Le traitement impose ici une prise de médicaments. Cette allergie concerne surtout l’enfant et arrive en 3e position des allergies, après l’oeuf et l’arachide.

Lire page suivante : Pourquoi y a-t-il intolérance au lactose ?

Illustration bannière : l’intolérance au lactose, à ne pas confondre avec l’allergie au lait de vache © goffkein.pro
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

29 commentaires Donnez votre avis
  1. J’ai 65 ans dans une poignée de semaines, j’ai eu très tôt une intolérance au lait étant BB qui s’est estompée en grandissant. Je mange aujourd’hui sans pb yaourts, crêpes, fromage, etc … mais très peu. Je m’en porte bien et n’ai pas d’ostéoporose, juste une toute petite réduction osseuse après un examen de DENSITOMETRIE il y a quelques mois, rien d’anormal. J’aimerais dire aussi car je ne l’ai pas encore lu dans vos remarques toutes très justes, qu’il FAUT ABSOLUMENT pour combattre l’ostéoporose, FAIRE DU SPORT, pas comme des fous mais surtout de LA MARCHE tous les jours si possible, un peu de vélo et de gym d’entretien et TOUT IRA POUR LE MIEUX !

Moi aussi je donne mon avis