L’huître : fin du bal pour la reine des Fêtes ?

Parce que la consommation de certaines espèces peut avoir des conséquences sur la biodiversité, consoGlobe vous propose un guide des poissons pour mieux vous repérer : quels produits de la mer sont à consommer un peu, beaucoup ou pas du tout ?

Rédigé par Annabelle, le 21 Dec 2011, à 9 h 23 min

Les récifs d’huîtres menacés

Nature Conservancy, une ONG américaine, a publié en début d’année le rapport de son étude portant sur les récifs à huîtres de 144 baies un peu partout dans le monde. Elle a comparé les données récoltées avec 130 années d’archives.

Les résultats sont sans appel : la cueillette excessive des huîtres, combinée avec le développement de maladies résultant de l’introduction d’espèces non-autochtones a engendré une perte de 85 % des récifs d’huîtres naturels.

huitre-mollusque-crustace-reveillon-alimentation-04

L’étude a démontré que les huîtres sont en voie d’extinction au large des cotes européennes, américaines et australiennes. Dans certaines régions d’Europe et des Etats-Unis, certains récifs sont même considérés comme « fonctionnellement éteints ».

Les chercheurs préconisent une interdiction de cueillette des huîtres sur les récifs sauvages tant qu’ils n’auront pas récupéré au moins 10 % de la population antérieure.

source : maxisciences.com

L’acidification des océans, une menace pour les mollusques

La cueillette excessive et les maladies ne sont pas les seules menaces qui pèsent sur l’huître sauvage. L’acidification des océans due aux émissions de GES les met en danger. C’est ce qu’a démontré une autre étude, celle menée par l’Institut Néerlandais d’Écologie. Le constat de départ est simple : chaque jour, plus de 25 millions de tonnes de gaz carbonique se combinent avec l’eau de mer, la rendant plus acide. Ce phénomène d’acidification a des conséquences directes sur les mollusques qui se développent beaucoup plus lentement. Les chercheurs ont remarqué une « calcification de […] l’huître du Pacifique [qui diminue] de manière linéaire avec l’augmentation du CO2 et la diminution du pH. La vitesse de fabrication de leur coquille diminue de […] 10 % à la valeur de CO2 attendue pour l’année 2100. »

source : cnrs

Noël 2011 : la note risque d’être salée

Les professionnels ne peuvent que s’inquiéter face au constat : la production d’huîtres aurait baissé de 40 à 50 % en 5 ans, ce qui va entraîner une inflation de l’ordre de 30 %. Même les huîtres les moins chères ne seront pas vendues en deçà des 10 euros la douzaine… C’est inéluctable : les huîtres se font rares et ce qui est rare est cher.

Le menu de Noël risque de laisser un goût amer : entre les huîtres, la dinde, le foie gras et les Saint-Jacques, l’addition devrait gonfler de 17 %* en moyenne.

* chiffres europe 1

*

La suite p.4> Huîtres, nutrition et santé

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. Si les huitres filtre autant d’eau par jour ,est il très bon de manger le filtre .les mers ne contiennent elle pas certain métaux lourd ,fort désagréables pour pour la santé.

  2. Superbe présentation qui donne vraiment de bonnes informations et envie de manger des huitres.

    Mais pourquoi les huîtres sont-elles devenues malades en quelques années?

    Je ne puis m’empêcher de signaler quelques informations supplémentaires qui à mon avis ont une grande importance pour le consommateur et le public.

    Dire que La conchyliculture est un élevage 100% naturel est vrai seulement si le produit l’est à la base.

    L’introduction d’espèces non-autochtones comme signalées n’expliquent peut-être pas tout.

    Petit rappel il faut signaler que l’Ifremer(l’Institut public français de recherche) à contribuer à généraliser une huître génétiquement modifiée l’Huître triploïde (les naturelles sont diploïdes)

    Encore une « manipulation » bien cachée !

    Moralité de l’histoire : le consommateur et les ostréiculteurs ne payent-ils pas le prix fort de quelques personnes irresponsables?

    Je termine en soulignant que comme l’on agit directement en milieu naturel on altère de façon irrémédiable la biodiversité des huîtres sauvages.

    Triste constat sur L’huître : fin du bal pour la reine des Fêtes ?

  3. Bonjour,
    Pourquoi nous a t on dit l’autre jour que le problème que l’on rencontre est le même à peu près tous les 50 ans. Et la solution on la connait aussi, acheter des « greffons » (je ne sais pas si on dit comme cela ) au japon. Alors qu’attends on !!!
    C’est un mystère, sachant que les huitres se rarifient.

  4. Je rejoins le commentaire de nosil35,
    pourquoi ne pas évoquer les huitres triploides? les huitres stériles et la dépendance de l’ostréiculteur qui doit acheter des huitres dans les écloseries?
    on peut encore produire des huitres naturellement, mais la majorité de celles que l’on consomme ne le sont pas.
    J’ai la chance d’avoir près de chez moi un ostréiculteur qui n’a pas cédé aux huitres génétiquement modifié mais il partira bientôt à la retraite …

  5. Georges, Le problème c’est que vous développez sans doute une allergie à l’iode, la qualité des huitres n’est pas directement en cause ! Ceci dit, je ne jurerais pas de leur pureté absolue, mais je m’en régale quand même ! Bonnes Fêtes.

  6. Et les huitres génétiquement modifiées, du type triploide, des OGM cachés ? Ca ne vous interesse pas ? Ca ne vaut pas le coup d’en parler ? Cet article est baclé et ressemble à de la publi-information …

  7. Cet article ressemble plus à un publireportage dicté par le syndicat des ostréiculteurs qu’a une véritable information neutre et objective.
    Quid de la pollution des cours d’eau en métaux lourds, œstrogènes, résidus médicamenteux et chimiques absorbés par les huitres ?

  8. Les huîtres ne sont plus ce qu’elles étaient ( certainement la pollution). Avant, (5 ans exactement)je me régalais avec et je pouvais en manger 2 ou 3 douzaines sans problèmes. Maintenant, dés que j’en mange 2 de n’importe quelle provenance (mer du nord-atlantique-méditerranée, j’ai une gastro d’enfer, il y a un problème quelque part……

  9. Bonjour,

    Quand on lit toutes les critiques des écologiste sur les produits alimentaires (soit pour pollution, soit disparition d’espèces ou raretée), je me demande « que leurs restent-ils à manger ? »

    • Il est plutot bon d’être informé sur ce que l’on mange, le tout est de savoir doser l’intelligence..dans ce que l’on en fait…!!
      ATTENTION : « lire nuit à l’imbécilité » ce n’est pas de moi..mais je trouve cette maxime tellement vraie..!!
      Merci de vos infos.

Moi aussi je donne mon avis