Les huiles végétales, sources de beauté et de santé

Consommées au quotidien dans le cadre de l’alimentation pour la majorité d’entre nous, les huiles végétales ont des vertus souvent méconnues. Et c’est sans compter que les huiles végétales, outre leur place dans les placards de la cuisine, devraient gagner les armoires de toutes les salles de bain : elles se révèlent de véritables alliées de notre beauté.

Rédigé par Annabelle, le 25 Jul 2012, à 17 h 42 min

Au delà de leur utilisation culinaire, les huiles végétales tiennent une grande place dans les rituels beauté et de soin. Les anciennes civilisations égyptienne, grecque, romaine et mésopotamienne leur accordaient une place prépondérante. Les huiles végétales étaient considérées comme de véritables élixirs conférant à celles et ceux qui en connaissaient les secrets un pouvoir certain. L’aromathérapie a rendu aux huiles végétales leurs lettres de noblesse et des mouvements comme la Slow cosmétique en démontrent leurs bienfaits.

Connaissez-vous les principales huiles végétales et leurs vertus ? Savez-vous bien choisir une huile végétale selon vos besoins ?

Huiles végétales, savoir évaluer leur qualité

Toutes les huiles végétales ne se valent pas. En témoignent les différences de prix, le degré d’efficacité, la saveur ou la texture d’une huile à l’autre, y compris entre des huiles de même nature. Certaines appellations sont une première indication quant à leur qualité, mais ce n’est pas tout.

L’extraction des huiles végétales

Il n’existe que 3 manières d’obtenir une huile végétale :

  • La pression à froid
  • La pression à chaud
  • L’extraction chimique

La pression à froid

Photo : huilerie Artisanale du Val d’amour

La pression à froid est la seule méthode qui permet de garder la teneur en acides gras essentiels et vitamines du fruit ou de la graine, ainsi que ses principes actifs.

Les fruits, noix ou graines sont préalablement nettoyés pour les débarrasser de toute impureté (cailloux, poussières, terre…). Les graines qui comportent une enveloppe comme le tournesol par exemple en sont débarrassées à l’aide d’un aplatisseur qui les décortique. Graines et enveloppes sont séparées par aspiration.

Les matières premières sont ensuite pressées mécaniquement, à l’aide de vis-sans-fin pour les graines et de presses hydrauliques ou centrifugeuses pour les fruits. Ces procédés lents évitent la surchauffe : la température n’excède pas 60°C. L’huile s’écoule naturellement puis est filtrée par un papier buvard. Certains fabricants effectuent un premier filtrage à l’aide d’une toile de coton ou d’une grille en inox.

  • La mention « Première pression à froid » indique dans le cas de l’huile d’olive un produit issu de pressage des fruits à moins de 27°C. Pour les huiles issues de graines, la première pression à froid s’effectue à moins de 60°C. Cela ne veut plus dire grand chose aujourd’hui puisque la seconde pression autrefois appliquée ne l’est désormais plus.

La pression à chaud

La pression à chaud d’une huile végétale répond avant tout à un souci de rendement. Il s’agit là de préchauffer les graines à des températures de 80 à 120°C. De cette manière, on peut extraire un maximum d’huile lors de la pression, alors que l’on peut en perdre près de 15 % dans les tourteaux – les résidus solides obtenus après la pression des graines – avec la pression à froid. Une fois l’huile obtenue, on ajoute des conservateurs chimiques.

Avec ce procédé de pression à chaud, les matières premières perdent toutes leurs qualités nutritionnelles et gustatives, ainsi que leurs propriétés cosmétiques.

  • Attention aux nombreux pièges donc puisque les huiles ayant été pressées à chaud peuvent porter indifféremment les appellations « huile non raffinée », « huile brute », « huile crue » ou « huile naturelle » ce qui, avouons-le, n’est pas d’une précision à toute épreuve.

L’extraction chimique

L’extraction de l’huile par solvants chimiques est le procédé par lequel on obtient la plus grande quantité de produit et la qualité la plus médiocre. Les huiles très bon marché sont obtenues de cette manière. On mélange un solvant volatil comme l’hexane (la législation l’autorise jusqu’à 1mg/kg) aux tourteaux restants de la pression mécanique. Dans le cas de l’huile d’olive pour ne citer qu’elle, on utilise les grignons. Le procédé peut aussi être utilisé avec des graines ou des fruits à faible rendement comme le kiwi par exemple, ou encore les pépins de raisin.

*

La suite p.2> les huiles vierges

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. J’ai trouvé des huiles végétales raffinées BIO ; j’ai préféré prendre les vierges, mais je me demandais quelle était la différence. Si j’en crois votre dossier, c’est un mensonge, une huile ne peut pas être raffinée ET bio?
    Merci

  2. OUI je conseille vivement d’utiliser toutes ces bonnes huiles. Bien sûr, sachez les choisir en fonction de vos besoins. Mais je conseille de ne pas les utiliser seule. Afin d’obtenir plus de résultat n’hésitez pas à rajouter d’autres huiles. Faites un subtil mélange …j’ai réussi un un élixir anti-ride extraordinaire.je l’applique quotidiennement visage, cou et décolleté. Bien à vous

  3. bjr, Article très intéressant… pour ma part, j’applique journalièrement, l’huile de Macadamia sur le visage, cou et bras, depuis un peu plus de deux ans. Avant, j’utilisais l’huile de raisin, mais, l’inconvénient, je tâchais « grave » le col des chemises 🙁
    Avec l’huile de Macadamia, je n’ai plus se soucis de tâches, bref.

    Pour vous dire que le massage matinale de cette huile, après la toilette, bien sûr, j’ai une peau « lisse » et « brillante » (non grasse en aspect, je précise!!) et effectivement, je n’ai pas de rides marquées… Je suis à l’aube de mon demi-siècle, et souvent, pour ceux qui ne connaissent pas mon âge, me donne (sérieux), entre 40 et 45ans…vous dire, que ça fait plaisir…lol

    Bien à vous,
    Franck

  4. J’utilise les huiles d’argan, de nigel et rose musquée du Chili qui sont vraiment formidables, mais malheureusement le prix en est inabordable, c’est vraiment du luxe!donc à petites doses de temps à autres hélas…
    l’huile de palme bio est elle aussi déconseillée?
    Votre article est très intéressant, moi aussi j’attends la suite avec impatience….

    • Annabelle

      Bonjour Siffreine,
      Ah l’huile de palme… sujet plus que controversé ! L’huile de palme bio a certes moins d’effets néfastes sur la biodiversité (par rapport à la palme non bio), cependant, elle reste une huile qui contient énormément de graisses saturées donc, à déconseiller de toutes façons point de vue santé.
      Ravie que le sujet vous intéresse ! A bientôt donc pour la suite 🙂
      Bonne journée

  5. Hâte de lire la suite. Très intéressant. On peut trouver toutes ces huiles en magasins Bio?

    • Annabelle

      Bonjour Vigie,
      Oui les huiles citées sont assez courantes pour la plupart 🙂 Nous vous proposerons des « fiches » plus détaillées sur chaque huile : ses bienfaits, ses utilisations…

      A très vite !

      Belle journée

  6. Dans votre article, vous ne rappelez pas comme l’huile de palme est terriblement mauvaise et pour la santé et pour l’environnement.
    Sinon, c’est très intéressant.

    • Annabelle

      Bonjour Stéphanie,
      Pour plus d’infos sur l’huile de palme, je vous conseille cet article Huile de palme : le point sur un aliment contesté. Je vous invite également à consulter notre blog consommerdurable.com : Adrien, jeune homme plein de conviction raconte son aventure ; il a décidé de vivre 1 an sans huile de palme. Gros défi vous vous en doutez. Vous pouvez consulter le bilan à partir de ce lien

      Merci de votre fidélité !
      A bientôt

Moi aussi je donne mon avis