Débusquez le sucre qui joue à cache-cache

Rédigé par Emma, le 13 Mar 2013, à 12 h 54 min

Il n’y a pas que les graisses qui sont cachées dans notre alimentation. Le sucre, quand il  est sous une autre forme qu’en poudre ou en carrés blancs ou bruns, n’est pas toujours visible, ni soupçonnable. Et il est facile de l’oublier.

Les aliments où le sucre ne se cache pas

Autant faire un petit rappel de certaines évidences qui finissent par ne plus l’être.

Les boissons sucrées

coca-soda sucresCe sont les sodas bien sûr, mais aussi les jus de fruits, les boissons énergisantes, les boissons pour les sportifs. Et les alcools !

Parmi les jus de fruits, le jus de raisin est le plus riche en sucre avec 15,5 g/100 g. A titre de comparaison, un nectar multifruits à bas de pomme contient 9,9 g/100 g de sucre, et un jus d’orange pressée maison 8,2 g/100 g.

Les boissons alcoolisées

Elles contiennent aussi du sucre, surtout les liquoreuses. Un apéritif à base de vin cuit genre vermouth contient 11,2 g de sucre/100 g. Une bière brune peut contenir 4,1 g de sucre/100 g.

Les pâtisseries, les viennoiseries

Cchocolats-Superman-sucreC’est une évidence ici, car il n’est pas de pâtisserie sans sucre ni chocolat.

Les chefs pâtissiers qui font des démonstrations de sucre filé ou des sculptures en chocolat en font même un matériau d’artiste qui ne passe plus du tout inaperçu !

Les biscuits et les céréales du petit-déjeuner : on le sait bien aussi (les céréales du petit déjeuner : des alliés).

Les glaces et les sorbets

creme-glacee sucreOn y pense moins, surtout pour les sorbets. Le taux de sucre dans certaines glaces gourmandes, qui cumulent par exemple le caramel, la vanille et les pépites de chocolat, peut atteindre des sommets !

Bien loin des 21 g de sucre/100 g en moyenne, pour les crèmes glacées.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Quand on en fait une consommation modérée, certains produits (pommes en morceaux) deviennent “écœurants” car le sucre ajouté au fruit naturellement sucré, ça fait trop. Dans les recettes de pâtisseries, on peut souvent diminuer la quantité, il faut ajuster.
    A la TV, ils montraient une fois une dame qui donnait du jus de raisin à boire à son fils parce que c’était naturel, mais n’en avait peut-être pas goûté car c’est très sucré, donc surtout pas pour remplacer l’eau plate.
    Feu ma grand-mère, en vacances, nous saupoudrait les légumes de sucre pour nous les faire aimer, c’est pas une solution (et ça m’a provoqué des ennuis à l’époque). Ça pourrait devenir un cercle vicieux.
    On trouve souvent du sirop glucose-fructose dans les préparations, moins cher que le saccharose, trop ‘noble’.

  2. Merci pour cette synthèse sur l’omniprésence des sucres dans la nourriture fabriquée industriellement.

    Confronté à des problèmes sévères d’hypoglycémie, j’ai pu prendre conscience de l’importance excessive qu’on donne au sucre malgré les qualités qu’il peut présenter pour les fabricants (peu onéreux, adoucit les goûts, facilite la conservation ou que sais-je).
    Etant très intolérant à ces sucres rapides (il faut rappeler le bienfait des sucres lents) j’ai appris à fuir tout ce que vous listez : plats préparés, sauces tomate, gâteaux apéritifs, alcools, etc..
    Il faut lire scrupuleusement toutes les étiquettes car les produits les plus inattendus en contiennent (chips, sauce soja, certains vinaigres, sauces tomate, lait de coco, voire certains boulangers qui mettent du miel dans les pains spéciaux…).
    Le plus compliqué pour moi est que personne n’en est vraiment conscient. Lorsque je suis invité ou lorsque je vais au restaurant, les cuisiniers pensent qu’ un plat conçu comme “salé” ne contient pas de sucre. La règle est en fait devenue l’inverse dans la période récente, sous l’influence d’une certaine conception industrielle de l’alimentation : il y a du sucre partout.
    A l’expérience ce sont les magasins bio donnent les meilleurs garanties contre ces usages immodérés du sucre… mais il faut tout de même bien lire les étiquettes, bio ne veut pas dire production hors industrie agro alimentaire. Je reconnais volontiers qu’il est très difficile de se passer de ce mode de production mais il pourrait y avoir industrie et industrie… de qualité et attentive aux questions de santé.

Moi aussi je donne mon avis