Le CASA Poblano, restaurant solidaire et autogéré

Rédigé par Emmanuel Daniel, le 22 Jan 2014, à 9 h 57 min

Poursuivons notre tour de France des initiatives innovantes qui façonnent une nouvelle économie, une nouvelle société. Posons nous à Montreuil au restaurant Casa Poblano, un restaurant que ses habitants pourraient s’approprier et faire vivre. Autogéré et solidaire, le CASA Poblano peine pourtant à attirer les riverains . Visite guidée d’une utopie concrète confrontée aux réalités du quotidien.

De la difficulté de passer de l’utopie à la réalité

Le monde des utopies concrétisées (ou en cours de concrétisation) n’est pas tout rose ; le cas du Casa Poblano l’illustre parfaitement.

Les associations, collectifs et entreprises qui s’engagent sur des voies alternatives n’échappent pas aux contraintes auxquelles doivent faire face les organisations classiques dans un système capitaliste. Comme les autres, ils doivent trouver leur public afin de légitimer et pérenniser leur existence

Le fait de se lancer dans une démarche solidaire ne garantit pas la réussite. Cela ne fait pas disparaitre comme par magie les difficultés. Au contraire. Il est important de ne pas les occulter afin d’avoir une vision claire des défis à relever.

Les premiers pas difficiles d’un espace innovant

Le cas du CASA Poblano est intéressant à double titre.

restaurant-solidaire-associatifD’abord parce que ce Centre Autonome Solidaire et Artistique installé à Montreuil est un lieu enthousiasmant où souffle un air de monde nouveau. Ensuite parce les porteurs du projet ont dû essuyer plus de plâtres pour le mener à son terme que tous les agents immobiliers de la place de Paris réunis (au propre comme au figuré).

  • L’histoire commence en 2002. Falko (le pilier actuel des lieux) et une cinquantaine de copains issus des mouvances alternatives voient leur bar associatif fermer. Déçus mais pas résignés, ils décident de prospecter des friches industrielles pour concevoir un projet « autogéré, indépendant, autofinancé, militant et associatif », raconte Falko.
  • Leur but ? « Créer un nouvel, et surtout différent, espace polyvalent d’aide aux associations, aux actions de solidarité, à la création artistique sous toutes ses formes, aux échanges de services et d’idées ».

Suivent 5 années de prospection pour trouver le lieu idéal.
L’idée d’acheter des locaux est vite abandonnée, question de prix !. Les joyeux compères se tournent finissent par trouver, au bout de cinq ans un grand local à louer « brut à construire » dans le Bas-Montreuil. Mais tout était à faire, l’eau, l’électricité, la réputation.

Au fait, un restaurant solidaire, c’est quoi ?

restaurant solidaire Un restaurant solidaire est aussi un espace de communication, d’actions sociales, et aussi pour échanger et promouvoir des idées pour le développement de l’économie solidaire et sociale.

Un restaurant solidaire s’intéresse au « profit social » et au capitalisme populaire et aide les gens à ne pas tomber dans la grande pauvreté. Il existe des restaurants solidaires gérés sous forme d’associations, sous l’enseigne du réseau RDESS, et parfois sous forme de scop.

« L’immeuble est pourri, les voisins aussi »

Les galères ne faisaient que commencer. Le local n’est pas celui de leurs rêves mais, « on a trouvé que ça. Dès le départ, on cherchait un endroit sans voisins. Ici l’immeuble est pourri au niveau son, les voisins aussi »*.

Manoeuvres dilatoires

Les problèmes se sont accumulés de suite.
Les voisins, installés depuis 3 ans dans cet immeuble quasi neuf « se sont habitués au silence. Ils ont donc tout fait pour qu’il dure ». Ils ont fait preuve d’une persévérance inouïe pour ralentir les travaux, allant jusqu’à « mettre de l’eau dans le groupe électrogène ».

Ils ont également multiplié les procédures et fini par trouver une faille : le garage à vélo de l’immeuble, trop bas de 20 centimètres… Le propriétaire n’a eu d’autre choix que de réaménager l’endroit, et au passage rogner 30 m² sur le restaurant. Pas un drame en soi, sauf que les 30m² en question se trouvaient au niveau de l’issue de secours du CASA Poblano.

casa-poblano-interieurPas le choix, malgré l’avancement des travaux, « on a dû démolir pour tout reconstruire ».

L’affaire est allée devant la justice, le collectif a finalement remporté la bataille, mais à quel prix ! « Le groupe de départ a éclaté, les gens sont partis les uns après les autres ». Les dettes elles, par contre, ne se sont pas envolées. « J’ai quasiment tout pris à mon compte. Ma maison qui était hypothéquée a été saisie et je me suis retrouvé à la rue ».

Suite > la renaissance du projet

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Emmanuel Daniel est un journaliste indépendant de 25 ans qui s’intéresse particulièrement aux alternatives politiques et économiques au système actuel....

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Depuis que le gérant du lieu a scandaleusement éjecté l’association employeur des salariés et animatrice du lieu, créée pour sauver celui-ci, nous, association CASA, tenons à préciser que ce gérant ne peut plus de prévaloir d’un espace autogéré, solidaire et culturel en continuant d’usurper l’identité de notre association. Le beau projet du CASA n’est plus porté par l’actuel lieu et nous nous organisons pour en perpétuer l’esprit dans une nouvelle aventure.

  2. Hélas, la belle aventure s’est lamentablement terminée : notre association (qui, employant jusqu’à 10 salarié-es -et ce n’est pas le gérant qui pouvait le faire- a permis le développement du restaurant, jusqu’à 100 couverts vers la fin), s’est retrouvée tricarde le 1er novembre dernier, sous prétexte de fin de bail et d’impossibilité de racheter le fond de commerce que le gérant voulait lui revendre. L’association CASA, indûment endettée, ses salariés licenciés, se débat dans ses problèmes, quand nous apprenons que le lieu n’a peut-être jamais arrêté de tourner…

  3. Bravo pour ce super projet et tous mes encouragements!
    J’aurais une suggestion à faire : dans les Instituts de Formation en Soins Infirmiers (écoles d’infirmiers) un stage de santé publique est planifié. Étant moi-même infirmière, je sais qu’en proposant ce lieu de stage à l’IFSI proche de chez vous, vous pourriez peut-être avoir du soutien pour inclure les habitants du quartier à votre action. Prenez contact avec le directeur des IFSI environnants. Qui ne tente rien n’a rien. Bon courage !

  4. Tous mes encouragements a l’équipe qui essaye d’instaurer d’autres
    rapports humains que ceux fondés sur l’argent et le superficiel!
    Tenez bon!

Moi aussi je donne mon avis