Guide des poissons – Cabillaud – morue, un poisson à éviter

Parce que la consommation de certaines espèces peut avoir des conséquences sur la biodiversité, mieux vaut prendre son temps sur les étals pour bien le choisir. Aujourd’hui, dans notre liste des espèces, le cabillaud, un poisson menacé difficile à conseiller.

Rédigé par Jean-Marie, le 29 Jul 2019, à 13 h 00 min

Dans le Guide poisson de consoGlobe, vous avez pu lire qu’acheter des poissons comme le bar, le lieu noir ou le hareng ne contribue pas à la disparition de ces espèces. Ce n’est pas le cas pour le cabillaud, autre nom de la morue, qui est au bord de l’effondrement. Un poisson qui complète donc à la liste déjà longue des espèces à éviter.

Le cabillaud, un poisson répandu mais menacé

Nom scientifique : Godus Morua

Famille : Gadidés – Appelé Coding ou  Cod en anglais

Poids maximum : 8 kg

Taille maximale : 1 m

Durée de vie : 15 ans

Période de frai : Janvier à Avril

Le cabillaud est aussi appelé « Morue » lorsque le poisson est séché se trouve en Atlantique Nord et dans les eaux européennes.

Dans le passé, il était souvent consommé sous forme de morue était consommée c’est-à-dire séché et salé ; actuellement on la trouve, souvent sous le nom de cabillaud, fraîche ou surgelée.

Description du cabillaud

Le Cabillaud est un poisson vorace, affichant une mâchoire caractéristique avec le maxillaire supérieur proéminent. Il a un  barbillon très visible.

Sur le corps du cabillaud, on trouve une ligne latérale claire et bien visible. Sa couleur varie suivant son lieu de vie et va de verdâtre à rougeâtre, ou des teintes plus grises pour le cabillaud des zones profondes et des fonds sableux.

cabillaud

Le cabillaud reconnaissant à son barbillon et la ligne qui lui traverse le corps © Vladimir Wrangel

Habitat du cabillaud

Les principaux stocks de morue de l’Atlantique se trouvent dans le nord de la mer Baltique, en mer du Nord et autour de l’Islande. Les principaux producteurs mondiaux de cabillauds sont : Norvège, Islande, Irlande, Royaume-Uni.

Reproduction

La femelle atteint la maturité sexuelle lorsqu’elle mesure plus de 60 cm. La reproduction se fait à des températures comprises entre 4 et 6°C ; elle a lieu en mer du Nord, de février à avril.

Le cabillaud – morue reste l’espèce de poisson  la plus consommée au monde, l’un des poissons les plus célèbres et les plus courants dans nos assiettes.

La pêche au cabillaud et l’état des stocks

Ce poisson si commun est une des grandes victime de la surpêche : son « stock » a été divisé par 5 en 20 ans, surtout en Europe. Déjà en 2011, on nous disait : Si rien ne change, le cabillaud – morue aura disparu à l’horizon 2020.

Il n’en reste plus dans la mer d’Irlande et à l’Ouest de l’Écosse. Le stock de la mer du Nord se rétablit peu à peu mais reste en surpêche. Les stocks de la mer Baltique sont a bord de l’effondrement (sauf pour le plus petit, à l’ouest de l’île danoise de Bornholm qui  se porte encore relativement bien). Quant aux stocks du Groenland et de Terre-Neuve (cf encadré ci-dessous), ils sont encore loin d’être restaurés…

Le drame du cabillaud de Terre-Neuve

De 1550 à 1950, la morue de Terre-Neuve a été exploitée à hauteur de 200 à 300.000 tonnes par an. Mais dans les 20 années qui ont suivi, on en a pêché jusque 800.000 tonnes jusqu’à le faire disparaître. Résultat, plus de pêche et des milliers de pêcheurs au chômage. Plus de 25 ans plus tard, la morue de Terre-Neuve commence à montrer des signes positifs de développement.

Ainsi seuls les stocks de cabillaud du nord-est de l’océan Arctique et du pourtour de l’Islande sont exploités de manière durable.

Pourtant la Commission européenne a fixé cette année encore un taux de capture de 50 % supérieur à ce que les scientifiques du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) recommandent !

cabillaud

Le cabillaud se pêche au chalut de fond ou à perche, au filet droit, à la ligne et à la palangre© Piotr Wawrzyniuk

Ressource : FEU ROUGE

Les quantités de cabillaud pêchées ont baissé de 70 % en 30 ans. Selon 60 Millions de consommateurs, « L’état des stocks est critique dans le sud de la zone de pêche traditionnelle européenne (Mer du Nord, Écosse, Irlande, Bretagne). Il est correct plus au nord ».

Taille minium : OUI

Les pêcheries de cabillaud sont soumises à une taille de capture minimale européenne, qui varie selon les zones de pêche. Il interdit de capturer des cabillauds de moins de 35 cm.

TAC : OUI

Le Total Autorisé de Capture limite les prises à 28.000 tonnes en 2018.

Des cabillauds de plus en plus jeunes, de plus en plus petits

Les faits sont alarmants :

  • Normalement, le cabillaud peut vivre 25 ans et peser jusqu’à 70 kg.
  • Or, actuellement les cabillauds de 1 à 3 ans représentent 95 % des captures.
  • Vers 1900, le cabillaud pêché pesait en moyenne 12 kg pour 1 mètre.
  • Vers 1950, le cabillaud pêché pesait en moyenne 6,5 kg pour 80 cm
  • En 2011, le cabillaud pêché pèse 1,6 kg pour 50 cm !
  • Alors qu’un cabillaud peut vivre jusqu’à 40 ans, 90 % des cabillauds – morues pêchés en mer du Nord en 2003 avaient moins de 2 ans .

Mais en juin dernier des chercheurs de l’Université de Stockholm a constaté que la taille moyenne de ces poissons a rétréci d’environ 45 cm dans les 20 dernières années, la taille de reproduction aussi a été revue à la baisse avec une diminution de 30 cm. Résultat, les oeufs plus fragiles sont aussi moins nombreux, avec un fort taux de mortalité.

Le cabillaud d’aquaculture

La reproduction du cabillaud est réalisée en écloserie, avec des géniteurs capturés en mer. Des chercheurs norvégiens se sont penchés dès les années 1980 sur l’élevage de cabillaud. Parallèlement, les éleveurs norvégiens de saumon ont commencé à engraisser des cabillauds sauvages capturés en mer, affinant ainsi les techniques de nourrissage. Mais c’est en 2000, avec la première production de cabillaud juvéniles en écloserie, que l’aquaculture du cabillaud a réellement démarré, notamment en Norvège.

L’engraissement des cabillauds se fait dans des cages flottantes, comme pour le saumon, ou dans des bassins à terre équipés d’un système de recirculation. Les cabillauds sont nourris avec des granulés composés de farine et d’huile de poisson et d’extraits végétaux. Ils sont prêts à être consommés lorsqu’ils atteignent 3 à 4 kg, après deux années d’engraissement

L’élevage en cause dans la disparition des cabillauds en mer Baltique ?

En mer Baltique, d’immenses zones « mortes », privées d’oxygène sont observées. Elles sont le fruit de l’eutrophisation de l’eau due à un excès de nutriments présents dans l’eau. En cause, les rejets de l’agriculture intensive et de l’industrie.

Autre cause de la disparition des cabillauds en mer Baltique, la pêche intensive du sprat et du flet, proies de prédilection du cabillaud, pour être transformés en farines et alimenter les élevages de saumons de Norvège !

Le cabillaud qui a du mal à se nourrir devient donc plus sensible aux maladies et parasites, ce qui affaiblit encore plus l’espèce dans cette région du globe !

Acheter du cabillaud ?

  • Faute de précision sur les étiquettes, il faut éviter le cabillaud vendu  frais dans les poissonneries, qui a de fortes probabilités de venir de mers du sud.
  • Il faut vraiment éviter le cabillaud de l’Atlantique à moins d’être certain qu’il provient des mers arctiques du Nord-est, de la pêche à la ligne d’Islande.
  • Il faut se contenter d’acheter de temps en temps, du cabillaud surgelé du nord, pêché au large de la Norvège ou du Groenland.

Quatorze pêcheries (en Islande, Îles Féroé, Norvège, Danemark, Royaume-Uni, Espagne, France, Russie et Canada) de cabillaud de l’Atlantique Nord-Est, Gadus morhua.

Deux pêcheries de cabillaud du Pacifique en Alaska, Gadus macrocephalus, une espèces dont le répartition géographique diffère (nord de l’océan Pacifique) surpêchée aussi, sont certifiées MSC.

Lire page suivante : choisir son poisson

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

13 commentaires Donnez votre avis
  1. Le cabillaud riche ne Oméga-3 , très riche?! C’est un poisson maigre contenant peu de lipides, il ne peut donc être riche en Oméga-3
    Ses graisses sont stockés dans son foie. Le foie de morue est riche en Oméga-3 , pas la chair

  2. Non ,la taille minimum que doit avoir le cabillaud est aujourd’hui de 42 Cm(tout au moins pour nous, pêcheurs de loisirs)

  3. net votre site trop net en apren bocou je swi lycéen!!!!!!!!!!!!!!!!

  4. j’aime bien le cabillaud mais je ne trouve pas son régime alimentaire

  5. Bonjour,

    Pensez vous qu’il vaille mieux manger du Colin que du Cabillaud ? (pour la santé)

    Merci pour vos réponses.

  6. Bonjour,

    Pourquoi plusieurs pêcheries de cabillaud de l’Atlantique Nord ont été écolabellisées pêche durable (MSC)ces derniers mois (comme Euronor, compagnie de Saint Malo, ainsi que des armements allemands et norvégiens)?

    Vous expliquez tout le contraire avec la disparition de la ressource en cabillaud… Les quotas de pêche norvégiens et russes toujours en augmentation seraient-ils trop importants selon vous… Ils atteignent près d’1 million de tonnes comme au bon temps des bancs de Terre Neuve !!!

    Le cabillaud de l’Atlantique Nord-Ouest a quasiment disparu mais il a été remplacé par d’autres espèces comme l’églefin…

    Je pense que votre fiche sur le cabillaud n’est plus d’actualité !!!

    Cordialement

    Philippe Favrelière

    • Surtout que presque tout le cabillaud esr pêché par les Polonais et les Ruses, transformé en Islande et arrive en France emballé , par la route (4100km) et vendu avec une mention « transformé en France »!

  7. Ce qui est fou, c’est qu’on voit du cabillaud chez tous les poissonniers et que les gens semblent totalement ignorer qu’il vaut mieux éviter le cabillaud ….

    • Jean-Marie

      tout à fait, et quand on le dit aux poissonniers, on dirait qu’il s’en moquent complètement…. pourtant le cabillaud tend à se faire rare et cher sur les étals. On va le pêcher jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus et puis on passera à à une autre espèce.

    • Gourmands 2.0 qui e7a? moi ? Parce que sino Matteo est Italien, OK c est aussi un accent du Sud @Frimousse c est vrai la sauce au burere blanc n est pas indispensable mais tellement bonne, on a tous trempe9 des morceaux de pain dans cette sauce e0 la fin du repas@CloumCloum : ouiiii vas-y cuisine du poisson c est vraiment de9licieux et e7a e9pate toujours !

Moi aussi je donne mon avis