Bleu Blanc Coeur : il faut remettre de la couleur dans nos assiettes… et dans nos champs !

Du producteur au consommateur, l’association Bleu Blanc Coeur rassemble tous les acteurs de la chaîne alimentaire, ainsi que des professionnels de la santé, autour d’un objectif : diversifier l’alimentation des animaux… pour améliorer la nôtre. Ce qui pourrait redonner des couleurs à nos campagnes !

Rédigé par Brigitte Valotto, le 17 Mar 2018, à 8 h 00 min

Du producteur au consommateur, l’association Bleu Blanc Coeur rassemble tous les acteurs de la chaîne alimentaire, ainsi que des professionnels de la santé, autour d’un objectif : diversifier l’alimentation des animaux… pour améliorer la nôtre. Ce qui pourrait aussi redonner des couleurs à nos campagnes !

5 questions à…
 Nathalie Kerhoas, directrice de Bleu Blanc Coeur

Explications avec la directrice de l’association Bleu Blanc Coeur fondée en 2000, Nathalie Kerhoas.

bleu blanc coeur

Nathalie Kerhoas © M. Veyre

consoGlobe.com – Pouvez-vous nous expliquer la démarche Bleu Blanc Coeur ?

Nathalie Kerhoas : Bleu-Blanc-Coeur est une association créée pour améliorer la qualité nutritionnelle et environnementale de notre alimentation en apportant une nouvelle approche d’agriculture responsable. Notre idée fondatrice, c’est : « Pour bien nourrir les Hommes, il faut commencer par prendre soin de nos cultures et de la santé de nos animaux« .

Les 1.500 produits Bleu-Blanc-Coeur concernent différentes catégories (oeufs, viandes, produits laitiers, farines, pain…). Ils permettent de mieux manger sans changer nos habitudes alimentaires, et avec 3 à 5 % maximal de surcoût à la production – un engagement auprès de l’État, qui garantit un prix raisonnable au consommateur.

Nous espérons ainsi apporter plus de plaisir et de qualité dans nos assiettes, mais aussi une création de valeur ajoutée dans notre économie agricole et une action en faveur de notre santé !

consoGlobe.com – De quelle manière ?

Nathalie Kerhoas : notre priorité est de diversifier, de varier et d’équilibrer l’alimentation animale  : nous mettons en oeuvre, en quelque sorte, le PNNS [N.D.L.R. Programme National de Nutrition Santé] des animaux !

Bleu Blanc Coeur

Aujourd’hui, notre bétail se nourrit quasi-exclusivement de blé, maïs et soja : il suffit de regarder nos paysages français pour s’en rendre compte.  Plus de 90 % de nos 14 millions d’hectares cultivés sont occupés par seulement quatre cultures ! Il est donc urgent de remettre de la diversité dans les auges, pour améliorer la densité nutritionnelle de nos produits… et redonner de la couleur à nos paysages !

consoGlobe.com – Cela assure-t-il le consommateur d’un bénéfice santé ?

Nathalie Kerhoas : 
oui, car nos cahiers des charges reposent sur une double obligation de moyens et de résultats. Les études démontrent un meilleur rapport Oméga 6 / Oméga 3 dans les assiettes, avec un avantage dans la prévention de l’inflammation des cellules et dans l’apparition de maladies de civilisation, telles que le surpoids, le diabète, les maladies cardiovasculaires(1). Bleu Blanc Coeur est ainsi devenue la seule démarche reconnue d’intérêt nutritionnel et environnemental par les Ministères de l’Agriculture, de l’Environnement et de la Santé.

consoGlobe.com – Quels avantages pour l’environnement ?

Nathalie Kerhoas : on a démontré une amélioration mesurée et contrôlée de l’empreinte carbone des produits, une plus grande diversité végétale, moins d’importations de tourteau de soja (qui sont le plus souvent des OGM)… et le retour du lin, de la féverole, des pois, de l’herbe, de la luzerne, dans nos campagnes !

bleu blanc coeur

Alexandre Lecuyer © Bleu Blanc Coeur

consoGlobe.com – Et pour les 6.000 agriculteurs qui ont rallié l’association ?

Nathalie Kerhoas : 
Bleu Blanc Coeur leur assure de participer à une démarche de filière, identifiée et reconnue, et d’être rémunérés pour les efforts consentis en faveur de la nutrition et de l’environnement.

Ils s’inscrivent dans une initiative collective, qui rassemble tous les acteurs de la chaîne alimentaire, du producteur au consommateur en passant par les éleveurs, transformateurs, consommateurs, professionnels de la santé, autour d’un même objectif : une agriculture saine et vertueuse au bénéfice du bien manger pour tous.

Illustration bannière : Élevage Bleu Blanc Coeur – © Elizagaraia
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste free-lance, Brigitte Valotto est notamment une collaboratrice régulière des pages enfants, société, pratique, tourisme et actu de...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Pourquoi sauvagement ? Non, proprement égorgés :-D) Une mort si douce comparée à bien des morts humaines… Et si la viande est nocive pour l’homme, ça fait 2000 ans que l’homme s’en porte bien (oui, la cervelle aussi… : D)) mon dieu que les intégristes sont fatigants…

  2. Arrêter de bouffer les animaux permet d’avoir une alimentation plus saine. Ridicule de chercher des alternatives bio machin truc alors que la viande est nocive pour l’Homme ! Faites fonctionner votre cervelle, par pitié !

    • Et en plus ces animaux sont sauvagement égorgés, ce que Mme Valotto a
      « oublié » de préciser.

Moi aussi je donne mon avis