Aromachologie : le pouvoir des odeurs

L’aromachologie est la science des phénomènes liés aux odeurs et plus particulièrement l’influence des odeurs sur le comportement. En effet, les fragrances jouent un rôle sur notre psychisme. Comment peut-on expliquer ce phénomène ?

Rédigé par Annabelle, le 9 Aug 2019, à 14 h 20 min

Si on ne veut pas voir, on peut détourner le regard ou fermer l’image ; si on ne veut pas entendre, on peut se boucher les oreilles ou couper le son ; mais si on ne veut pas sentir, il est plus difficile de se soustraire à une odeur même en se bouchant le nez.

Capter les parfums de la forêt lors d’une promenade matinale au printemps, de la pluie qui commence à tomber sur le bitume dans la lourdeur d’une fin d’après-midi d’été, du café qui passe chaque matin dans la cuisine, d’un petit plat amoureusement concocté qui mijote sur le feu ou d’un reflux d’égout… Et voilà des souvenirs qui remontent, des sensations qui s’éveillent, des émotions qui s’expriment, des réactions impulsives qui se déclenchent, du simple fait de cette expérience olfactive. Et sans même qu’on en ait vraiment conscience !

Les odeurs ont bel et bien un pouvoir sur nous et peuvent influer sur notre humeur et notre comportement. Et c’est là toute la science de l’aromachologie, et de l’olfactothérapie, la thérapie douce qui en découle. Décryptage.

Aromachologie et aromathérapie, quelles différences ?

Les termes sont proches, mais ne désignent pas la même chose. L’aromathérapie peut être définie comme l’art de soigner  en utilisant des huiles essentielles. Elle existe depuis l’Antiquité puisque les Égyptiens puis les Grecs et les Romains utilisaient déjà  les plantes pour se soigner. Toutefois, le terme d’aromathérapie tel qu’on l’utilise aujourd’hui est apparu en 1937, dans l’ouvrage du chimiste français René-Maurice Gattefossé « Aromathérapie, les huiles essentielles, hormones végétales ».

aromachologie

Les odeurs comptent parmi les souvenirs d’enfance inoubliables © irin-k

L’aromachologie, quant à elle, est beaucoup plus récente. Le terme a été utilisé pour la première fois en 1982. Si l’aromathérapie soigne par les plantes, l’aromachologie, elle, étudie l’influence des odeurs sur le comportement, l’humeur et de manière générale sur notre psychisme.

Aromachologie – Comment l’odeur peut influencer le comportement ?

L’influence de l’odeur sur le comportement s’explique par le fait que l’odorat est le seul de nos cinq sens qui n’accède pas directement à notre conscience. En d’autres termes, quand nous respirons une fragrance, le message olfactif est perçu par notre inconscient. Il ne passe pas par la case « conscience », mais d’abord par le système limbique. Cette partie du cerveau est le siège de nos émotions – agressivité, peur, plaisir, etc. – jouant un rôle primordial dans notre comportement.

C’est aussi dans cette partie du cerveau que se forme la mémoire, ce qui expliquerait peut-être l’émergence de souvenirs par le simple fait de respirer un parfum, comme le décrit si bien Proust avec cette madeleine qui éveille chez lui de tendres souvenirs d’enfance.

Les informations résultant des odeurs que nous respirons sont analysées par notre cerveau sans que nous en ayons conscience. L’odeur déclenche des réactions physiologiques et une réponse qui peut être positive de plaisir (sentir une odeur de pain chaud par exemple) ou négative de fuite (sentir une odeur d’égout).

aromachologie

Les odeurs déclenchent des réactions physiologiques diverses © RossHelen

L’odeur déclenche non seulement un comportement, mais elle déclenche aussi une réaction spécifique sur notre organisme. Par exemple, le citron et la menthe poivrée ont un effet stimulant, la noix de muscade, la sauge et la lavande calment, le jasmin, le romarin et la cannelle aident à la concentration …

Page suivante : quête du bien-être par les odeurs et olfactothérapie

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Pour ma part, j’ai un odorat beaucoup trop sensible, à tel point que je suis très souvent incommodée par les odeurs ou les parfums.
    Passer dans les rayons de produits ménagers ou de produits cosmétiques, sentir les odeurs de lessive sur les vêtements de mes petits enfants ou ceux de la voisine qui a mis son linge à sécher dehors, les produits phytosanitaires dans les champs, les parfums des femmes au cinéma ou au spectacle, etc… Tout cela m’est tellement désagréable que je suis parfois obligée de m’éloigner ou de partir.
    En revanche, il y a aussi des avantages qui ont parfois été vitaux: détecté une fuite de carburant sur la voiture, une odeur de brûlé (due à une prise électrique qui fondait) et que personne d’autre ne sentait.
    J’ai l’impression que ce phénomène ( hyperosmie) s’accentue en vieillissant !

  2. bonjour,
    mon mari avait cette maladie très jeune, nous ne le savions pas jusqu’au jour ou une bouteille de gaz s’est vidée entièrement dans la chambre de notre bébé. Le bébé n’a été qu’incommodé, et mon mari depuis m’a fait confiance dans la détection des odeurs, j’ai en plus un odorat très aiguisé. Aucun médecin ne nous a dit que c’était une maladie, nous avons attribué cela au fait du tabac

  3. Je vois que je n’est qu’une seule réponse.C’est tres grave cette maladie, vous imaginé une fuite de gaz et hop une explosion!!!.L’acupuncture j’ai essayé,mais bof pas beaucoup de résultat.Des batonnets d’huile essentiel d’orange amère m’a fait plus de bien, ou encore des séances ostéos au niveau des cervicales.Mais c’est de courtes durées,vous qui nous lisé donnez votre opinion.Cordialement

    • Annabelle

      Bonjour,
      Il est vrai que ce trouble peu connu doit être handicapant au quotidien …. J’imagine que vous avez dû consulter plusieurs spécialistes (ORL ou médecins généralistes), avez-vous recherché une association d’aide aux malades dans votre région ?
      Le témoignage de Chantal est plutôt encourageant, peut-être que votre cas nécessite davantage de séances d’acupuncture ? J’espère en tout cas que vous trouverez solution à votre problème
      Amicalement,
      Annabelle

  4. Pour ma part je n’est plus d’odorat depuis 1995.J’aimerai savoir s’il y a d’autres personnes dans mon cas? Et savoir si cela peux se soigner? Cordialement.

    • Mon mari a aussi cette « maladie » depuis une dizaine d’années, car c’est une vraie maladie « l’anosmie » qu’il ne faut pas négliger mais qui a de nombreuses causes.
      Il a tout essayé médicalement (scaner, corticothérapie etc.), mais il a découvert depuis quelques mois l’acupuncture, et il retrouve l’odorat de façon épisodique, parfois pendant quelques jours, parfois avec une sélection d’odeurs, mais il semble que plus l’anosmie est ancienne, plus longue est la guérison !
      quoiqu’il en soit, il continue l’acupuncture, et le praticien a espoir qu’il retrouve l’odorat a 100% dans une dizaine de mois.

Moi aussi je donne mon avis