L’argent colloïdal, qu’est-ce que c’est ?

Face aux problèmes grandissants d’antibiorésistance, l’argent colloïdal et ses vertus antibactériennes connues depuis des siècles retrouvent aujourd’hui leurs lettres de noblesse. Mais savez-vous comment il est obtenu ?

Rédigé par Séverine Bascot, le 12 Apr 2018, à 17 h 30 min
Cet article a été sponsorisé, mais nous gardons
notre liberté éditoriale et y avons écrit ce que nous pensons.

Solution liquide incolore et inodore composée d’eau ultra-pure et d’ions d’argent porteurs d’une charge électrique positive, l’argent colloïdal est un antibiotique naturel capable de s’attaquer à la plupart des bactéries, virus et autres parasites, sans aucun effet secondaire. Comment les labos obtiennent-ils ce produit miracle ?

L’argent colloïdal : comment l’obtenir ?

« Solution composée de particules d’argent dans de l’eau » selon l’INCI, l’argent colloïdal, oligo-élément 100 % naturel et assimilable, est largement reconnu pour ses propriétés désinfectantes, antimicrobiennes et antibiotiques.

argent colloïdal contre le psoriasis

L’argent colloïdal contre le psoriasis © Hriana

Les différentes façons d’obtenir de l’argent colloïdal

Les particules colloïdales doivent être suffisamment fines pour ne pas s’agglutiner (phénomène de précipitation) entre elles. Il existe trois méthodes différentes pour fabriquer l’argent colloïdal :

  • Par broyage mécanique : courante au début du XXe siècle, cette méthode n’est plus utilisée car elle produisait de trop grosses particules.
  • Par précipitation chimique : mise en oeuvre pour remédier au problème de la taille des particules obtenue par broyage mécanique, cette méthode n’est également plus utilisée car sa composition à base d’un réducteur sous forme d’acide mélangé à un sel d’argent (en général du nitrate d’argent), est toxique pour l’organisme (risque d’intoxication au métal, brûlures, ulcères, teinte de la peau…).
  • Par électrolyse, aussi appelée méthode « électro-colloïdale » : une tension continue basse de faible intensités envoyée à travers des électrodes d’argent pures plongées dans de l’eau ultra-pure (99.99 %, même si 99.9 % semble aussi acceptable) permet de dissoudre les ions d’argent et de les charger en électricité positive. Il s’agit de la méthode la plus simple et efficace pour obtenir de l’argent colloïdal.

Bon à savoir : il n’existe pas de label bio pour l’argent colloïdal car l’eau ne peut pas être certifiée.

La concentration de l’argent colloïdal

Le taux de particules d’argent dans la solution est très important pour une bonne assimilation, car plus les particules sont petites, plus la solution sera efficace, pour une quantité d’argent équivalente : la concentration est indiquée en PPM (Partie Par Million), et indique le nombre de portions de soluté dissoutes dans 1 million de parties de solution. Plus simplement, 1 PPM représente 1 milligramme d’argent contenu dans 1 litre d’eau.

  • Argent colloïdal à 5 PPM (5 parties d'(ions) d’argent pour un million de parties d’eau) : concentration minimum locale nécessaire pour neutraliser la plupart des agents pathogènes, mais trop faiblement dosée pour agir.
  • Argent colloïdal à 10 PPM (10 parties d'(ions) d’argent pour un million de parties d’eau) : concentration idéale en usage externe pour une bonne pénétration au niveau de la peau, résout les problèmes auriculaires (bourdonnements, otites, douleur ou gonflement des oreilles, tympans endommagés…), oculaires (cataracte, glaucome, rougeur, vision floue…), vaginaux.
  • Argent colloïdal à 15 PPM (15 parties d'(ions) d’argent pour un million de parties d’eau) : en usage interne, c’est un antimicrobien puissant qui élimine plus de 650 espèces de microbes, virus, bactéries, parasites, moisissures, champignons et mycoplasmes, dont certains en moins d’une minute.

Au-delà de ces concentrations, l’argent colloïdal perd son efficacité.

Attention aux imitations

En effet, comme l’argent colloïdal fabriqué par électrolyse est long à obtenir, certains fabricants utilisent des procédés obsolètes (comme ceux décrits plus haut) afin d’augmenter leur production et de profiter financièrement des consommateurs. Gare aux imitations !

Pour une solution d’argent colloïdal de qualité optimale, n’achetez que des produits conditionnés dans des flacons en verre

De plus, on retrouve parfois sous l’appellation argent colloïdal une simple eau distillée combinée à des substances (huiles essentielles, eaux florales, épices comme le curcuma ou encore conservateurs tels que l’acide citrique ou le sorbate de potassium…). Ces solutions peuvent contenir des sels d’argent nocifs pour la santé et non assimilables, que l’organisme pourrait stocker à ses dépens.

Le vrai argent colloïdal est peu disponible sur le marché en raison de sa fabrication complexe dont le coût est élevé.

Quelques uns des multiples avantages de l’argent colloïdal en usage externe (prévention et cure)

  • En application directe : soigne les plaies, l’eczéma, les brûlures, l’acné, les mycoses…
  • En pansement : guérit les verrues, les champignons sur les ongles…
  • En vaporisation : soulage le nez congestionné, les sinus douloureux et la gorge irritée.
  • En inhalation : apaise les problèmes pulmonaires.
  • En gargarisme : pour soigner les maladies de la bouche (aphtes gingivite infectée, parodontites…) et les inflammations de la cavité buccale.
  • En goutte ou bain : contre les conjonctivites, les otites.

Depuis le 1er janvier 2010, la réglementation européenne proscrit l’usage de l’argent colloïdal par voie interne, bien qu’il soit couramment utilisé dans d’autres pays comme les États-Unis, le Canada ou l’Australie… Merci Big Pharma !

L’argent colloïdal commercialisé en France (et dans le reste de l’Europe) l’est donc en tant que produit cosmétique et non comme complément alimentaire.

Comme pour les humains, on peut aussi utiliser l’argent colloïdal sur les animaux et les plantes, afin de combattre les attaques de bactéries, de virus et de champignons.

Conseils d’utilisation

  • conserver dans un contenant en verre (et surtout pas en plastique) à l’abri de la lumière et à température ambiante
  • ne pas diluer le produit
  • ne pas utiliser de métal (oubliez les cuillères en inox)
  • espacer la prise du produit avec des médicaments (1h) et des compléments alimentaires (20 minutes)
  • se conserve deux ans non-ouvert et un an une fois ouvert

Histoire du laboratoire Bio Colloïdal France, célèbre fabricant dans l’Hexagone

À 6 ans, Germain Le Borgne est diagnostiqué avec la maladie de Darier, une maladie de peau orpheline et héréditaire incurable. Face à son enfant en souffrance et à l’inefficacité des traitements, Alain Le Borgne, chimiste et chercheur, teste l’argent colloïdal pour soigner les plaies qui rongent son fils. Constatant une amélioration générale de la qualité de vie de Germain, il fonde le laboratoire Bio Colloïdal France en 2010, une entreprise familiale que gère toujours les Le Borgne Père et Fils.

Le terme « bio colloïdal » signifie que l’argent colloïdal naturel de ce laboratoire est 100 % bio-disponible soit intégralement assimilable.

Depuis, fort de l’agrément auprès de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), les deux hommes continuent sans cesse, non seulement de  fabriquer de l’argent colloïdal, mais aussi de promouvoir ce produit aux multiples bienfaits sur les foires et salons.

Le laboratoire Bio Colloïdal France respecte les normes de Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF). La traçabilité des produits et les contrôles qualité réguliers sont garantis par une assurance qualité. Il offre également de nombreux conseils et un suivi personnalisé à ses clients.

Illustration bannière : Goutte d’argent colloïdal – © s230
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,
    Les solutions colloïdales ne sont pas des solutions ioniques. Un colloïde d’argent ne contient normalement aucun ion argent (Ag+) mais seulement une « suspension stable » de nanoparticules d’argent métallique » qui se comportent comme si elles étaient solubilisées » (sans l’être). Il n’y a donc normalement que très peu d’ions argent (Ag+) dans une solution colloïdale d’argent. Une fois dans l’organisme, ces nanoparticules d’argent peuvent se solubiliser (ou pas, cela dépend de très nombreux paramètres tels que l’acidité, la présence de certaines protéine, en particulier celles qui contiennent du soufre, etc.) et libérer des ions Ag+, qui peuvent eux-même réagir pour donner de nouvelles nanoparticules d’autres composés de l’argent.

  2. Bonjour,

    Efficace et utile en cas d’antibiorésistance et pour traiter une large gamme de bactéries pathogènes mais la prudence devrait prévaloir sur la durée d’utilisation car tout traitement AB quel qu’il soit (allopathie, argent colloïdal, propolis…)pris trop souvent et trop longtemps finit par détruire la flore intestinale « utile » (bactéries lactiques, bifidobactéries); Le mieux est l’ennemi du bien !

Moi aussi je donne mon avis