L’agroécologie en automne : 6 activités à faire au potager avec vos enfants

L’automne arrivant à grands pas, il y a bien des choses à faire, ou à ne pas faire, avec vos enfants au potager. Grâce à l’agroécologie, sols et hérissons vous remercieront !

Rédigé par Julien Hoffmann, le 29 Sep 2018, à 15 h 30 min

Jardiner est un excellent moyen de mettre ses enfants au contact des éléments naturels et leur permet de construite un lien sensible à la terre et par ricochet à leur alimentation. L’agroécologie est un ensemble de techniques en constantes évolution – beaucoup d’essais et d’expérimentations sont encore menées – qui envisage le potager comme le champ de l’agriculteur en tant qu’agrosystème (un écosystème agricole). Mais qui dit écosystème, dit aussi saison, alors parlons automne !

#1 – Faire pour comprendre

Commencez par réaliser une butte de culture simple, « en lasagne », est le meilleur moyen d’intéresser les bouts de chou aux travaux d’automne. La surface ne doit pas obligatoirement être grande et peut être simple un carré de 1,2 m de côté.

agroécologie automne

Créer une nouvelle parcelle pour et avec les enfants © A3pfamily

On y rassemble alors en couches successives des branchages de petite taille, puis de la matière verte (compost, fruits pourris, tonte de gazon, etc.) ensuite de la matière sèche (paille, feuilles mortes, etc.), avant de recommencer à nouveau avec de la matière verte et sèche pour finir avec une dernière couche de terre. Paillez le tout pour la protéger de l’hiver, et vous venez de construire un sol temporaire avec vos enfants.

Cette parcelle sera la leur dans 2 ou 3 ! Ils pourront alors y faire pousser ce qu’ils désirent et la gérer seuls.

#2 – Paillez pour aller plus loin

Avec l’automne arrivent les premiers froids de l’hiver à venir. C’est souvent le bout du nez un peu gelé que l’on comprend que le sol et ses habitants peuvent avoir besoin d’une couverture pour se protéger.

agroéologie automne

Pailler pour aider les habitants du sol à se protéger contre le froid © Morozov Alexey

Pour préparer l’hiver et ne pas laisser le sol nu donc, il s’agira de le recouvrir. Vous pourrez alors utiliser de la paille de céréales de préférence bio, mais aussi des feuilles mortes, du BRF (bois raméal fragmenté) ou encore du foin. Le sol et ses habitants seront alors protégés des grands froids, ils y trouveront un abri de choix pour passer l’hiver en continuant à lui prodiguer leurs biens faits et les pluies trop abondantes ne lessiveront pas la terre.

Qui est le plus grand jardinier de la planète sans qui la surface de la Terre ne serait pas pareille ?

Le bon moment pour sensibiliser les jardiniers en herbe à l’importance du ver de terre, l’un des êtres vivants les plus précieux sur notre Terre, pour les sols.

#3 – Ne rien faire pour comprendre

Il est souvent difficile de saisir le fonctionnement de la vie sous terre. Nos sols sont incroyablement riches et peuplés d’animaux en tous genres, sans lesquels l’agriculture n’aurait jamais vu le jour. Des milliers d’animaux au mètre carré se baladent dedans, le travaillent, le fertilisent, l’aèrent…

Pour leur survie et qu’ils puissent remplir leur rôle, ne pas les tuer en laissant le sol sans le retourner comme le fait le voisin, est un préalable. D’ailleurs, à part dans les déserts, existe-t-il des endroits où la terre reste nue en automne ou à une autre saison ?

#4 – De la branche au hérisson

Puisque vous en étiez aux branchages et si vous réalisez vos petits travaux à la fin de l’automne, vous pouvez tailler vos arbres et arbustes à ce moment-là. Il suffit alors d’expliquer que si ces travaux d’élagages sont réalisés maintenant, c’est bien parce que la sève des arbres est descendue pour l’hiver dans les racines et qu’ainsi les arbres ne « saignent » pas quand on les coupe.

agroécologie automne

Accueillir et protéger les hérissons © Mark Bridger

Les branchages pourront être placés dans un coin un peu abrité du jardin et feront alors un abri de choix pour les hérissons, ces excellents mangeurs de limaces !

Fabriquer un gîte de luxe pour les hérissons

Disposez tout d’abord un tapis de feuilles mortes au sol. Placez ensuite deux grosses pierres ou parpaings de part et d’autre sur lesquels vous mettrez des planches ou une palette pour faire un toit. Recouvrez le tout de nouveau de feuilles mortes pour une bonne isolation et faites alors un tas par-dessus avec vos branchages.

Inutile d’aménager une entrée, la nature étant bien faite les hérissons trouveront leur chemin tout seul.

#5 – Plantez !

Ce n’est pas parce que l’on arrive à l’automne qu’il n’y a plus rien à planter. Le rythme des saisons est ainsi fait qu’effectivement la grande majorité des plantes vont rentrer dans leur phase de repos hivernale et commencer à s’y préparer (phase de « repos végétatif »).

Mais ce n’est pas le cas pour toutes les plantes. Vous pourrez donc semer de la mâche, une salade que l’on verra arriver dans nos assiettes avec les fêtes ou un peu avant, en couvrant le semis d’un peu de foin pour le protéger des intempéries.

Framboisiers et fraisiers sont aussi de ceux qui apprécient être mis en terre à cette période pour être déjà en place au printemps et produire tout de suite. Pour ces derniers le paillage est plus que recommandé, il accélère vraiment la croissance des racines et des plants en général, tout en leur permettant de produire plus !

agroécologie auomne

Plantez des fraises pour le printemps prochain © Halfpoint

#6 –  Préparez votre compost

Le compost, l’engrais qui s’y trouve et tous ses habitants qui vont y passer l’hiver, peuvent avoir besoin d’un coup de main pour se préparer au mauvais temps.

Si de la végétation a poussé dessus, n’hésitez pas à l’arracher et… à la remettre dessus une fois la chose faite. Étalez la surface du compost pour faire une surface plus ou moins plane et recouvrez-le de matière sèche.

La paille, les feuilles mortes ou encore le foin que vous mettrez en quantité dessus (et autour si votre compost n’est pas dans un bac fermé) permettront à tous ses habitants de bien passer l’hiver et au compost de rester charger en engrais (azote, phosphate et potassium).

Les techniques agroécologiques sont en générales soit étonnantes, soit tout à fait logique pour les jeunes publics. C’est cependant à l’automne, avec toutes les préparations et les mises en place qui visent à réussir la saison potagère suivante, que les enfants comprennent plus profondément le principe de saisonnalité.

Illustration bannière : Du bon temps en famille – © Halfpoint
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



20 ans de fascination pour la faune sauvage allant d’expériences professionnelles telles qu’un programme européen de réintroduction ou le travail en...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis