Les méchants petits secrets de Red Bull

Les méchants petits secrets de Red Bull
Cet article a été sponsorisé, mais nous gardons
notre liberté éditoriale et y avons écrit ce que nous pensons.

La boisson au taureau est un génie du marketing. Une star planétaire qui a colonisé le sponsoring sportif et même culturel. Il n’est en effet pas rare de croiser lors d’événements ces filles peu vêtues sur de belles voitures tendant une canette de Red Bull à qui souhaite naïvement prolonger sa nuit. Pas si loin d’une “drogue légale” dans l’image populaire, spécifiquement auprès des jeunes, le breuvage véhicule cette idée à travers son slogan : “Red Bull te donne des ailes“. Ou peut-être de quoi les plomber, si l’on regarde de près.

Red Bull : un envahissement rapide du monde

Origines thaïlandaises

Red Bull Energy Drink s’inspire en réalité d’une recette plus ancienne : celle du Krating Daeng l’a précédée. Cette boisson, dont le nom signifie “taureau rouge” déploie un univers visuel proche de ce qu’on connaît aujourd’hui mais les caractéristiques sont un peu différentes. La boisson est alors non pétillante, très sucrée, mais possède déjà une teneur haute en caféine : 75 mg pour 100 mL. L’ironie veut qu’elle soit produite par une société pharmaceutique, TC Pharmaceuticals, à qui appartiennent encore 51 % des capitaux de Red Bull à l’heure actuelle.

Red-Bull problèmes santé ingrédients

Exportation de la boisson énergisante

En 1987 arrive un Autrichien, Dietrich Mateschitz. Il fonde, avec le Thaïlandais Chaleo Yoovidhya, Red Bull GmbH en Autriche. Ils modifient la recette pour l’adapter aux goûts européens et l’exportent dans le monde entier assez rapidement. La marque envahit l’espace visuel, multipliant les partenariats sportifs et culturels, créant même un label musical et ayant ses scènes dédiées dans certains festivals. La marque s’impose peu à peu partout, même si elle rencontre des détracteurs.

L’Anses dénonce les risques liés à la consommation de boissons énergisante

Le mardi 1er octobre 2012, l’Anses (Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail) publiait un rapport sur les boissons énergisantes. Elle y révèlait les risques d’une consommation régulière de ce type de boisson riche en caféine chez une certaine part de la population.

En effet, une canette ou bouteille de boisson énergisante équivaut à 2 espressos bien serrés ! Suite aux 200 cas rapportés par les professionnels de santé en 2012 (soit en tout 257 cas étudiés par l’Agence), l’Anses conclut que le risque de générer des accidents cardiaques chez les consommateurs porteurs de prédispositions génétiques fréquentes (1 individu sur 1000) et généralement non diagnostiquées est bien réel.

D’une manière générale, l’Anses considère que la multiplication des sources de caféine, notamment via les boissons dites énergisantes, combinée aux modes de consommation actuels de ces boissons est susceptible de générer des situations à risque.

L’Agence recommande donc aux consommateurs :

  1. d’éviter la consommation de boissons dites énergisantes en association avec l’alcool ou lors d’un exercice physique ;
  2. d’être particulièrement vigilants vis-à-vis des apports en caféine, notamment via les boissons dites énergisantes, pour certains consommateurs, en particulier : les femmes enceintes et allaitantes, les enfants et adolescents, les personnes sensibles aux effets de la caféine ou présentant certaines pathologies notamment certains troubles cardio-vasculaires, psychiatriques et neurologiques, insuffisance rénale, maladies hépatiques sévères ;
  3. et d’une façon générale, pour l’ensemble des consommateurs, de modérer la consommation de boissons caféinées.

*

Page suivante : pas de Red Bull en France !